Brèves (Nièvre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brèves.

Brèves
Brèves (Nièvre)
(2) Francisques (3) haches dissymétriques (4) haches à tranchant symétrique ; développé provenant de la nécropole mérovingienne de Brèves.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Canton Clamecy
Intercommunalité Communauté de communes Haut Nivernais-Val d'Yonne
Maire
Mandat
Claude Moreux
2014-2020
Code postal 58530
Code commune 58039
Démographie
Population
municipale
266 hab. (2015 en diminution de 10,14 % par rapport à 2010)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 08″ nord, 3° 36′ 24″ est
Altitude Min. 152 m
Max. 309 m
Superficie 16,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brèves

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brèves

Brèves est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le canal du Nivernais et l'Yonne, ainsi que par son affluent, l'Armance.

Brèves fait partie de la communauté de communes Haut Nivernais-Val d'Yonne. La commune comprend deux hameaux : Sardy-les-forges et Sur-Yonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Asnières-sous-Bois
(Yonne)
Chamoux (Yonne) Rose des vents
Dornecy N La Maison-Dieu
O    Brèves    E
S
Villiers-sur-Yonne Asnois Metz-le-Comte

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté par une inscription antique du IIIe siècle sous la forme vico Brivae[1].

Homonymie avec les Brives, Brive-la-Gaillarde (Brivae VIe siècle), toponymes issus du gaulois briva (autrement noté brīuā) qui signifie « pont »[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une inscription du IIIe siècle découverte à Monceaux-le-Comte signale que Brèves aurait été un village (vicus) du peuple gaulois des Éduens (vico Brivae Sugnutiae)[4]. Une importante nécropole mérovingienne au hameau Sur-Yonne a été l'objet de fouilles répétées. Le mobilier mis au jour (en particulier l'armement : scramasaxes, francisques, pointes de flèches ; le dépôt des fouilles est exposé au Musée d'Art et d'Histoire Romain-Rolland de Clamecy) semble indiquer la présence d'une implantation franque sur ce qui était la limite entre royaume franc et royaume burgonde à la fin du VIe siècle, début VIIe siècle[5]. La présence de chefs et l'abondance des armes est le signe d'une implantation à caractère militaire. Cinq groupes avec à la tête de chacun un chef, se seraient installés en ce lieu stratégique, peu avant 534, préparant ainsi l'invasion du royaume burgonde[6]

Deux plaques-boucles provenant de la nécropole mérovingienne.
Plaque-boucle et contre-plaque, de type aquitain, bronze moulé. Provenant de la nécropole mérovingienne.

Le village fut la terre de Breviis en 1156 et a dépendu ensuite de la châtellenie de Metz-le-Comte. La seigneurie de Brèves appartint ensuite à la famille de Nourry, puis à la famille de Damas au XVe siècle par le mariage de Anne de Nourry, fille de Pierre de Nourry, seigneur de Brèves (entre autres), avec Jean Damas, seigneur de Montagu [7]. Brèves, ainsi que la seigneurie de Maulévrier, appartint par succession à la famille Damas de Marcilly, puis à la famille de Savary, par le mariage de Françoise Damas avec Denis Savary en 1544[8]. Leurs descendants furent connus sous le nom de Savary de Brèves, ou Savary comte de Brèves, ou de Savary-Brèves pour les filles.

Le fils de Denis Savary, François Savary, marquis de Maulévrier, plus couramment appelé François Savary de Brèves, devint le premier comte de Brèves en 1625, après que Marie de Médicis ait converti ses terres de Brèves en un comté, pour le remercier de ses services diplomatiques et de s'être chargé de l'éducation de son fils, Gaston d'Orléans[9]. C'est François Savary de Brèves qui construisit le château de Brèves en 1610, selon les plans de l'architecte Salomon de Brosse et sur l'emplacement d'un château médiéval détruit durant les guerres de religion.

Le 26 juillet 1748, le comté de Brèves fut vendu par l'arrière-petit-fils de Savary de Brèves, Louis Paul Jean Baptiste Camille Savary, comte de Brèves et marquis de Jarzé, à François Houy de Cheveru, écuyer du roi[10]. Le 22 novembre 1766, son fils, Zacharie François Hoüy de Cheveru, et sa veuve, représentée par sa fille Catherine de Cheveru, parrainèrent la nouvelle cloche de l'église de Brèves, qui se trouve toujours dans le clocher de l'église actuelle[11].

Sous la Révolution, Brèves ne changea pas de nom.

Le château de Brèves fut vendu en 1828 et transformé en tuilerie[12]. L'édifice, très dégradé, fut ensuite fragmenté en plusieurs demeures qui, malgré leurs transformations successives jusqu'au XXIe siècle, laissent encore entrevoir la structure originelle du corps de bâtiment [13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Michel Dapoigny    
mars 2008 en cours Claude Moreux   Professeur de lettres
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2015, la commune comptait 266 habitants[Note 1], en diminution de 10,14 % par rapport à 2010 (Nièvre : -3,57 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
656682734713370809817834790
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
729706731697674623579578502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
458444393330350315309314282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
300298273234286308299298287
2015 - - - - - - - -
266--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17]. |recens-prem=2007.)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pont, probablement d'origine gallo-romaine, sur l'Yonne ;
  • Pont sur le canal du Nivernais ;
  • Trois lavoirs anciens : deux à Brèves, un à Sardy-les-Forges[18] ;
  • Écluse d'Esselier sur le canal du Nivernais (nº 40), en aval du village ; l'écluse de Brèves (nº 41), située en amont du pont sur le canal, se trouve sur la commune voisine d'Asnois ;
  • Église construite en 1832 ;
  • Tombe de Romain Rolland ;
  • Ancien moulin à eau sur l'Yonne, au cœur du village ;
  • La route Buissonnière traverse le village au nord.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 117b
  2. Xavier Delamarre : Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, éditions Errance 2003. (ISBN 978-2-87772-198-1), p 89-90.
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cité.
  4. Hypothèses 2004: travaux de l'École doctorale d'histoire de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Publications de la Sorbonne, , 360 p. (ISBN 2-85944-528-5, lire en ligne), p. 91. Accès 04-09-2011.
  5. Revue Gallia, Vol 37, 1979, page 450
  6. Jean-François Garmier et Alain Bouthier, Catalogue de l'exposition 30 ans d'archéologie dans la Nièvre, , 236 p. (ISBN 2-9510069-0-X), p. 228
  7. Anselme (de Sainte Marie), Honoré Caille Du Fourny, Pol Louis Potier de Courcy, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, Compagnie des Libraires, pp. 328-329, Paris, 1733, 1017 p. En ligne sur Google books
  8. [1] Histoire du Brionnais - Melay outre Loire, Source : "Description historique et topographique du duché de Bourgogne", par l'abbé Claude Courtépée et Edmé Béguillet en 7 volumes, Tome IV (1779) Charolais, Brionnais.
  9. Encyclopédie méthodique: ou par ordre de matières, volume 4, p. 717-720, Paris, 1790. Lire en ligne sur Google books
  10. Née de la Rochelle, Mémoires pour servir à l'histoire, politique et littéraire, à la géographie, et à la statistique ...de la Nièvre des petites contées qui en dépendent, p. 61, J. B. Souchois, 1827. En ligne sur Google books
  11. Sur le site du ministère de la culture culture.fr, collections, Houy. Accès 4-09-2011 [2]
  12. Monographies des villes et villages de France - Guide pittoresque dans la Nièvre et spécialement dans le Nivernais, collection dirigée par M.G. Micberth, Res Universis, 1993
  13. François-Charles James, Architecture et spéculation en Nivernais : le château de Brèves, in Revue de l'Art, n° 38, p. 35-47, 1977, Paris, Flammarion.
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  18. photos des 3 lavoirs de Brèves sur le site notre-passion-des-lavoirs.com