Menou (Nièvre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Menou.

Menou
Menou (Nièvre)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Canton Clamecy
Intercommunalité Communauté de communes Haut Nivernais-Val d'Yonne
Maire
Mandat
Véronique Ravaud
2014-2020
Code postal 58210 (anciennement 58630)
Code commune 58163
Démographie
Gentilé Nantinivinois, Nantivinoises[1]
Population
municipale
181 hab. (2017 en diminution de 3,21 % par rapport à 2012)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 12″ nord, 3° 16′ 52″ est
Altitude Min. 232 m
Max. 382 m
Superficie 17,41 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Menou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Menou

Menou est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Menou est un village de 186 habitants (recensement de 2013), situé à égale distance de Donzy et de Varzy.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol est essentiellement composé de roches calcaires, marnes et gypses.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Menestreau La Chapelle-Saint-André Rose des vents
Couloutre N
O    Menou    E
S
Colméry Oudan

Toponymie[modifier | modifier le code]

En juin 1697, par lettre patente du roi Louis XIV, le village de Nanvignes (ancien nom de la commune) est érigé en marquisat sous le nom de Menou en faveur de son seigneur, Armand-François de Menou.

L’ancien nom de Menou, Nanvignes, signifiait vallée de vignes.

Par décision du conseil municipal (août 2011), les habitants de Menou ont retrouvé leur nom : ce sont des Nantivinois[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'agglomération de Menou s'est probablement développée à l'époque gallo-romaine (c'est en tout cas ce que semblent indiquer des découvertes aériennes datant de moins de 25 ans), ce qui n'exclut d'ailleurs pas une origine gauloise plus ancienne.

Dates et événements mémorables[modifier | modifier le code]

- 800 : première mention du nom, Nantivinea.

- 1565 : une décision de justice interdit, à peine de punition corporelle, "aux manans et habitans de Nanvignes" l'accès aux bois du seigneur.

- 1608 : grand "hyver".

- 1619 : unification de Nanvignes en une seule seigneurie.

- 1627 à 1638 : peste.

- 1672 à 1681 : construction du château de Menou sur l'emplacement de la demeure seigneuriale (du château, lit-on dans les registres) détruite, la même année, par un incendie.

- 1697 : Nanvignes, de la châtellenie de Donzy, est érigé en marquisat sous le nom de Menou, que la commune a conservé, par lettres de juin 1697 en faveur de Armand-François de Menou de Charnizay.

- 1709 : hiver très rigoureux ; famine probable.

- 1727 : "Menou est sans exagérer la plus pauvre paroisse de l'élection laquelle n'a pas un quart de lieu d'étendue dans un mauvais terrain. L'eau y est très rare et point de prez borné de toutes parts par les bois... Les pauvres habitants y meurent de faim..." (Déclaration des biens de la paroisse, laquelle "noircit" peut-être bien la situation)

- 1783 : "La communauté manque absolument d'eau tant pour l'usage des habitants que pour abreuver leurs bestiaux." (Jacques Danthault, notaire)

- 1789 : "Cette paroisse est... couverte de forêts de toutes parts... il ne reste que peu de terre en culture, de médiocre valeur, et cette paroisse ne récolte pas de quoi se nourrir la moitié de l'année." (extrait du cahier de doléances)

- Vendredi 31 juillet 1789 : le château est encerclé à la suite d'une rumeur, infondée, selon laquelle s'y tramait une conspiration visant à détruire une partie de la nation...

- 1788/1789 : hiver très rigoureux.

Seigneurs[modifier | modifier le code]

Quelques-uns des seigneurs de Menou : Guillaume Tenon (vers 1550), Jean de La Rivière (vers 1575), Etienne Tenon (vers 1580), Armand-François de Menou (1660 à 1703), François-Charles de Menou (1719 à 1739), Augustine-Marie de Menou (1739 à 1764), Marie-Louise de Menou (1764 à 1786), Étienne-Charles de Damas-Crux (1786).

Armorial[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 [Quand ?] Daniel Lecaplain   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2017, la commune comptait 181 habitants[Note 1], en diminution de 3,21 % par rapport à 2012 (Nièvre : -4,43 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1784916807488398709341 0201 094
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1111 1081 1431 1051 1201 0361 075911841
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
772724670595534460410391349
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
335293251209201172173182183
2017 - - - - - - - -
181--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame de la Tête Ronde, de nuit.
  • Fanum, à triple enclos et cella centrale, entourée de sa galerie et encadrée par le mur du péribole, placé sur une des branches de l'Y formant le site de l'agglomération antique (site enfoui)[8].
  • Chapelle Notre-Dame de la Tête Ronde.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Roch Coignet[modifier | modifier le code]

Auteur des fameux Cahiers du capitaine Coignet, sur les campagnes napoléoniennes, Jean-Roch Coignet (1776-1865) était vraisemblablement l'un des descendants des Coignet ayant donné leur nom à l'un des hameaux de Menou.

Barthélémy Leblanc[modifier | modifier le code]

Maître d'œuvre du château (fin XVIIe siècle).

Tocqueville (Hervé de, père d’Alexis de Tocqueville)[modifier | modifier le code]

Hervé-Louis-François-Bonaventure Clérel, comte de Tocqueville, chevalier, seigneur de Tocqueville et de Tourlaville, est né en 1772 à Menou. Son père, Bernard-Bonaventure Clérel, chevalier, comte de Tocqueville, seigneur et patron de Tocqueville, Anville, et autres lieux, était mestre de camp de cavalerie, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, né en 1730, décédé en 1776. Sa mère, Catherine-Antoinette Crux, née en 1749, est morte le 17 octobre 1785 (Hervé avait alors treize ans). Elle descendait de Saint-Louis et de César Borgia[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Depuis Louis XIV, les habitants de Menou n'avaient plus de nom
  2. Journal du Centre - 17 août 2011
  3. Armorial de l'ancien duché de Nivernais, Georges de Soultrait, 1852
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. Archéologia, n°482 de novembre 2010. p.38.
  9. Jean-René van der Plaetsen, « Jacques Garcia, le soleil du Champ-de-Bataille », Le Figaro Magazine, semaine du 15 novembre 2013, p. 60-68.
  10. Voir chanoine G.-A. Simon, Histoire généalogique des Clérel seigneurs de Rampan Tocqueville, Caen, Imprimerie Ozenne, 1954.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages consultables aux Archives départementales de la Nièvre :

  • La vie rurale d'une seigneurie nivernaise : Menou (1660 - 1750), Jacques Jarriot.
  • La terre de Menou - les structures d'une société villageoise au XVIIIe et au début du XIXe siècles, Jacques Jarriot.
  • Une famille de bons ménagers : la branche nivernaise des Menou de Charnisay aux XVIIe et XVIIIe siècles, Jacques Jarriot.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :