Billy-sur-Oisy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Billy-sur-Oisy
Billy-sur-Oisy
Mairie-école de Billy-sur-Oisy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Intercommunalité Communauté de communes Haut Nivernais-Val d'Yonne
Maire
Mandat
Hervé Bourgeois
2014-2020
Code postal 58500
Code commune 58032
Démographie
Population
municipale
370 hab. (2017 en diminution de 5,85 % par rapport à 2012)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 49″ nord, 3° 24′ 47″ est
Altitude Min. 172 m
Max. 292 m
Superficie 26,65 km2
Élections
Départementales Canton de Clamecy
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Billy-sur-Oisy
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Billy-sur-Oisy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Billy-sur-Oisy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Billy-sur-Oisy

Billy-sur-Oisy est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 8 km à l'ouest de Clamecy, sous-préfecture de la Nièvre, Billy-sur-Oisy est longée par la rivière l'Oisy, petit affluent du Sauzay, lui-même affluent du Beuvron et sous-affluent de l'Yonne, à Clamecy.

Le village est à 185 m d'altitude[1].

À 500 m au sud du village se trouve une butte nommée Château-Musard, culminant à 232 m d'altitude, avec à son pied côté ouest une source importante : la fontaine du Grés[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Billy-sur-Oisy
Druyes-les-Belles-Fontaines (Yonne) Andryes
(Yonne)
Étais-la-Sauvin
(Yonne)
Billy-sur-Oisy Oisy
Entrains-sur-Nohain Corvol-l'Orgueilleux Trucy-l'Orgueilleux

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Billy-sur-Oisy a une origine très ancienne comme en témoignent les nombreux silex taillés et tessons de poterie trouvés sur son territoire.

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Bourgade gauloise, ville forte au temps de la Gaule romaine, autrefois nommée Billiacum (du nom d'homme gaulois Billius[2]), une voie romaine passe à proximité. Il est tout à fait possible que les romains aient construit un château en haut de la butte appelée plus tard Château-Musard située à 500 m au sud du village, précisément pour surveiller cette route. De nombreuses monnaies trouvées dans les environs renforcent cette thèse[3].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le bourg devient une baronnie au Moyen Âge. Vers 1215 le comte de Nevers Hervé IV de Donzy et son épouse Mahaut de Courtenay relèvent le château Murat sur la butte de Château-Musard et l'agrandissent à 200 mètres de long sur 50 de large[3], avec une enceinte de 900 m comprenant douze tours. Les comte et comtesse viennent fréquemment y séjourner. Après la mort de Mahaut de Courtenay en 1257, le château est progressivement délaissé ; il n'en subsiste aujourd'hui que des ruines. En 1296 Louis de Flandre comte de Nevers rend hommage de cette baronnie à Pierre de Mornay 65e évêque d'Auxerre[4].

Fondelin et La Vignelle étaient autrefois des fiefs dépendant de la seigneurie de Saint-Vérain. De grands domaines sont également présents sur la commune : Charrier, le Colombier, la Motte, Villemouron, la Villeneuve et le Fey. Ce dernier a la particularité d’être sur deux communes, Billy et Étais-la-Sauvin et sur deux départements : la Nièvre et l’Yonne.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1544, François Ier autorise, par lettre patente, les habitants à créer foires et marchés et à entourer, à leurs frais, le village de murailles. Une tour en est l'unique vestige[3] (propriété privée de nos jours).

L'église Saint-Laurent possède un chœur du XIIIe siècle à chevet plat. À l’intérieur se trouve un beau retable en bois sculpté du XVIIIe siècle. La nef et le clocher ont été reconstruits à partir de 1777.

Cet ancien village de vanniers n’a pas gardé le souvenir de cette activité exercée pendant environ 350 ans sur le site.

Les vignes, avant le phylloxéra y étaient nombreuses sur les versants sud des collines. Les vignerons résidaient entre autres à Savigny, hameau autrefois bien différencié du bourg lui-même.

La commune comprend aussi le village de Charmois où les tisserands ont été nombreux et qui dépendait de la justice d'Andryes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1942 Charles Moreau    
1942 1945 Auguste Nicole    
1945 1949 Léon Girault    
1949 1953 Julien Fougerat    
1953 1959 Léon Girault    
1959 1971 Germain Pesson    
1971 mars 1977 Clément Fromageot    
mars 1977 mars 1995 Martial Mélinger PCF  
mars 1995 oct. 2003 François Christel    
nov. 2003 mars 2008 Yvette Martin    
mars 2008 En cours Hervé Bourgeois    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2017, la commune comptait 370 habitants[Note 1], en diminution de 5,85 % par rapport à 2012 (Nièvre : -4,43 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8408959299581 1581 2071 2601 2921 333
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3971 3271 4001 3221 1921 1831 0571 326928
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
885858806668615622597587531
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
484464427389392400413415417
2013 2017 - - - - - - -
382370-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8]. |recens-prem=2008.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et vie sociale[modifier | modifier le code]

La vie associative y est notamment animée par l'association Culture et Loisirs qui organise, entre autres, à l'automne, la Fête de la pomme, et par le groupe théâtral amateur Les Musardins, qui chaque année présente au public des pièces comiques et des sketches.

On trouve à Billy un certain nombre de commerces de proximité et différents services :

  • une école maternelle ;
  • un bureau de poste ;
  • une salle polyvalente pouvant recevoir 120 personnes pour séminaires, spectacles ou réunions à caractère familial.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

  • Outre l'église Saint-Laurent, on trouve à Billy trois lavoirs anciens et une fontaine.
  • Les nombreux sentiers de randonnée et un parcours de découverte jalonné de panneaux touristiques, permettent de découvrir les spécificités du bourg et des nombreux hameaux que compte la commune, ainsi que les rives de l'Oisy.
  • La forêt couvre 366 hectares. Elle se compose de chênes, de sapins et d’essences fruitières. Elle est un lieu de promenades.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Billy-sur-Oisy, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique des noms de lieux, Larousse, 1963. (Toponymie française).
  3. a b et c « Château Murat », sur terres-et-seigneurs-en-donziais.fr, Terres et seigneurs en Donziais (consulté le 9 octobre 2017).
  4. Abbé Jean Lebeuf, Mémoires concernant l’histoire ecclésiastique et civile d’Auxerre..., vol. 1, Auxerre, Perriquet, , 886 p. (lire en ligne), p. 417.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]