La Face cachée du Che

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Face cachée du Che
Auteur Jacobo Machover
Genre Biographie
Essai historique
Éditeur Buchet/Chastel
Date de parution 2007
Nombre de pages 208

La Face cachée du Che est une biographie de Che Guevara, par Jacobo Machover, publié en 2007.

Présentation[modifier | modifier le code]

Jacobo Machover est un exilé cubain, auteur de plusieurs essais critiques du régime castriste mis en place depuis 1959 dans l'île de Cuba. Il dénonce, à propos de Che Guevara, « un immense malentendu qui s’est greffé autour de sa personne faisant d’un fanatique stalinien un libertaire romantique »[1].

Che Guevara milite pour la rédemption par le travail. Les opposants à la révolution castriste : les homosexuels, les croyants dans une religion, les pratiquants du vaudou cubain (santeria), fans des Beatles se retrouvent dans les unités militaires d'aide à la production. Che Guevara inaugure les premières UMAP[2].

En 1959, Le Che préside les tribunaux de la forteresse de la Cabaña indique Jacobo Machover. Il assiste aux exécutions et « lui-même se chargeait de pratiquer des simulacres d'exécution »[3]. Che Guevara décrit son « rôle de bourreau  » avec l'exécution d'Eutímio Guerra (en) en février 1957 : « J'ai tiré une balle de calibre 32 dans l'hémisphère droit de son cerveau, qui est sorti par sa tempe gauche. Il a gémi pendant quelques instants, puis est mort »[4]. À New York en 1964, à la tribune de l'ONU, Che Guevara déclame : « Nous avons fusillé; nous fusillons et nous continuerons de fusiller tant qu'il le faudra. Notre lutte est une lutte à mort. Nous savons quel serait le résultat d’une bataille perdue et les contre-révolutionnaires doivent savoir aussi quel est le résultat d’une bataille perdue à Cuba ». Son fanatisme meurtrier trouve ses racines dans une « terrifiante rigidité morale »[5],[6].

Pour Jacobo Machover, Che Guevara a été un instrument aux mains des frères Castro. Ses échecs à répétition et ses erreurs l'ont conduit à quitter Cuba[1].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Pour Pierre Rigoulot, il s'agit d'une « utile compilation des informations déjà publiées mettant à mal l’image sacro-sainte d’Ernesto Guevara »[7]. Le journaliste Matthew Campbell, de The Australian, indique que Jacobo Machover a mis en avant « l'implication de Guevara dans d'innombrables exécutions de traîtres et de vers contre-révolutionnaires, donnant à voir un côté obscur de la guérilla castriste »[4]. Gilles Biassette du journal La Croix rapporte que l'ouvrage est à charge contre le Che et fait polémique[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Face cachée du Che, Buchet-Chastel, 2007, 205 p. (ISBN 2283022525)
  • La cara oculta del Che: desmitificación de un héroe romántico Edité par Bronce, 2008

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]