Centre d'art contemporain (Genève)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centre d'art contemporain
Centre d'art contemporain
Centre d'art contemporain
Informations géographiques
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Ville Genève
Adresse Rue des Vieux-Grenadiers 10,1205 Genève
Coordonnées 46° 11′ 57″ N 6° 08′ 15″ E / 46.1992, 6.137646° 11′ 57″ Nord 6° 08′ 15″ Est / 46.1992, 6.1376  
Informations générales
Date d’inauguration 1974
Informations visiteurs
Site web http://centre.ch/fr/

Géolocalisation sur la carte : Genève

(Voir situation sur carte : Genève)
Centre d'art contemporain

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Centre d'art contemporain

Fondé en 1974 sous la forme d'une Kunsthalle, le Centre d'Art Contemporain Genève est la première institution d'art contemporain de Suisse romande.

Une Kunsthalle est un espace de production, de recherche et d'expérimentation. Son rôle est la conception d'expositions, la mise en relation active du public avec ces expositions dans le but d'ouvrir un espace de dialogue autour de la culture contemporaine et l'édition de catalogue et de livres d'art. À la différence du musée, une Kunsthalle n'a pas de collection. Tournée vers le futur, elle présente des artistes de la scène émergeante, locale et internationale. Ainsi, depuis quarante ans, le Centre a anticipé les courants, découvert des talents et présenté des artistes suisses ou internationaux au début de leur carrière. La programmation engage tous les champs de la pratique contemporaine et plus de 300 expositions pionnières ont été présentées au Centre d’Art Contemporain Genève, avec des artistes comme Joseph Beuys, Martin Boyce, Olaf Breuning, Pablo Bronstein, Maurizio Cattelan, Philippe Decrauzat, Gilbert & George, Nan Goldin, Dan Graham, Joan Jonas, On Kawara, William Kentridge, Joachim Koester, Robert Overby, Pipilotti Rist, Ugo Rondinone, Fernando Sanchez-Castillo, Thomas Scheibitz, Shirana Shahbazi, Cindy Sherman, Josh Smith, Andy Warhol, Lawrence Weiner, Christopher Wool et bien d'autres encore.

Le Centre bénéficie d’un espace d’exposition de 1300m2 répartis sur trois niveaux. Deux étages entiers sont consacrés à des expositions de grande envergure et le dernier étage réunit un cinéma(le Cinema Dynamo), une librairie, un Project Space et une résidence d’artistes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Centre d'Art Contemporain Genève a été fondé par Adelina Von Fürstenberg en 1974. Dans le texte d’intention qui accompagne la description de la première exposition du Centre d’Art Contemporain dédiée à l’artiste Janos Urban, il est écrit que la vocation du Centre « n’est pas de faire de l’anticipation historique, de l’originalité, mais de montrer les recherches de certains artistes, suisses ou étrangers, dont les moyens et les buts sont peu communs aux langages habituels du système et de de fait difficilement exposables dans les galeries traditionnelles »[1]. Par son exigence et sa passion, Adelina von Fürstenberg a su développer un véritable laboratoire de l’art vivant international. Avec l’interdisciplinarité pour credo, elle a présenté entremêlés arts visuels, architecture, vidéo, danse et musique expérimentale. A titre d’exemple, le Bimensuel d’information édité par le Centre en 1977 précise le programme annuel : « Ainsi se succèdent, au rythme de 7 à 8 expositions par année, diverses formes d’expression : du "vidéo-art" (Janos Urban, Dan Graham) au "narrative-art" (Christian Boltanski, Shérif Defraoui), du "minimal-art" (Peter Downsbrough, Sol LeWitt) à Fluxus (George Brecht, Robert Filliou, etc.), des environnements (Luciano Fabro, Sarkis, Daniel Buren) à la photographie (August Sander, Renato Maestri), des performances (Tina Girouard, Dan Graham) aux concerts (Philip Glass, Richard Landry, Jon Gibson), de la danse (Trisha Brown Company, Nancy Topf) au théâtre (Mabou Mines[2].

Après quinze années d’activités dans neuf lieux différents, l’artiste et commissaire d’exposition Paolo Colombo hérite d’une institution au passé déjà prestigieux, bénéficiant depuis 1981 de subventions croissantes de la Ville de Genève, ainsi que de nouveaux locaux au sein de l’ancienne Société des Instruments de Physique, où l’ont rejoint le MAMCO, le Fonds municipal d’art contemporain de Genève (FMAC), et le Centre de la Photographie Genève pour former le Bâtiment d’Art Contemporain (BAC). Paolo Colombo se veut fidèle à ses choix d’artistes « qui posent des questions intellectuelles plutôt que ceux qui se piquent de fournir des réponses »[3]. Durant les treize années à la tête du Centre d’Art Contemporain Genève, il a conçu des dizaines d’expositions monographiques (parmi lesquelles Kiki Smith, Allan McCollum, Tony Oursler, Louise Lawler, Rosemarie Trockel, Gavin Turk ou Ugo Rondinone) ainsi que de nombreuses expositions collectives qui ont marqué l’histoire du Centre (« Veronica’s revenge » et « Fatto in Italia » en 1997 ou encore « Les mondes du Sida » en 1998).

Après une enfance trépidante et une adolescence tout aussi mouvementée, c’est à la commissaire d’exposition Katya García-Anton qu’il revint de faire passer le Centre à l’âge adulte, notamment en l’ouvrant davantage au public. Peu après son arrivée en 2002, Katya García-Antón déclarait à la presse: « J’aimerais beaucoup qu’il devienne un lieu de confluence de personnes et d’idées. Dans cette optique, il ne sera pas seulement un lieu de présentation, mais également de recherche et de production. Je souhaiterais montrer qu’un centre n’est pas une "cathédrale" d’art, mais un lieu d’interaction »[4]. De 2002 à 2012, Katya García-Anton a élaboré une programmation mêlant artistes émergents et confirmés, avec un fort accent mis sur la transdisciplinarité (parmi les expositions personnelles : Santiago Sierra, La Ribot, Philippe Decrauzat, Martin Boyce, George Shaw, Pamela Rosenkranz, Joan Jonas, Taryn Simon ou encore Sterling Ruby).

Depuis 2012, l’historien d’art, commissaire d’exposition et critique d’art Andrea Bellini prend la tête du Centre d'Art Contemporain Genève. Dès son arrivée le nouveau directeur a inauguré le Cinema Dynamo, la résidence d’artistes et relancé également la Biennale de l’Image en Mouvement (BIM), qui aura lieu en septembre 2014. Ces projets innovants et créatifs renforcent la position de l’institution au sein de la scène artistique genevoise et internationale et lui confèrent un dynamisme important.

Le Centre d'Art Contemporain aujourd’hui[modifier | modifier le code]

La mission première du Centre d'Art Contemporain Genève est de soutenir et présenter des artistes de la scène émergente locale et internationale. Il s’agit donc principalement d’artistes en début ou milieu de carrière, mais le Centre intègre aussi à sa programmation la redécouverte d’artistes des années 1960-1970. Les expositions qui ont lieu au Centre sont régulièrement itinérantes. À l’image de la vitalité et de la diversité de la scène culturelle suisse, le Centre s’intéresse à toutes les disciplines de la pratique contemporaine : l’architecture, la danse, le dessin, les nouveaux médias, la musique, la peinture, la performance, la photographie, la sculpture et la vidéo.


L’Association des Amis du Centre d'Art Contemporain[modifier | modifier le code]

Le Centre d'Art Contemporain se veut accessible au public, les tarifs d’entrée sont donc modestes et des visites guidées gratuites ont lieu chaque semaine. La fondation bénéficie du soutien de la Ville de Genève mais également de divers donateurs. Le sponsoring et les partenariats s’ajoutent aux divers soutiens, indispensables pour pérenniser la qualité des expositions qui se distinguent sur la scène artistique suisse et internationale.

Le Cinema Dynamo[modifier | modifier le code]

En 2010, le Centre reçoit pour mission, en plus de sa programmation, d'assurer la relève de la Biennale de l'Image en Mouvement (créée et gérée par le Centre pour l'Image Contemporaine de 1985 à 2007). Il développe ainsi une programmation spécifiquement liée à l'image en mouvement et aux arts électroniques. Après avoir présenté différentes expositions, soirées de projections, discussions et performances, le Centre décide d'élargir le spectre des modes de présentation possibles et inaugure ainsi en 2013 dans ses propres espaces un cinéma d'une capacité de trente places. A ce besoin spatial et conceptuel s'associe par ailleurs une volonté de s'investir davantage dans la production de films d'artistes, puisque ceux-ci, entre cinéma et art, souffrent souvent de manques de financement et de réseaux appropriés. La programmation variée du Cinema Dynamo propose la découverte d’un nouvel artiste tous les mois, une programmation de films animés en collaboration avec Animatou, des cours d’Initiation à l’histoire de l’art vidéo ainsi que des soirées de projections et discussions.

Le Project Space[modifier | modifier le code]

Le Project Space est un petit espace d’exposition dédié notamment à soutenir les artistes locaux. Depuis son inauguration, le travail varié de plusieurs artistes a déjà été exposé, parmi lesquels : Pablo Hurtado, Nelly Haliti, Hayan Kam Nakache et Andrea Bruno.

Biennale de l’Image en Mouvement 2014[modifier | modifier le code]

Le Centre d’Art Contemporain Genève relance en septembre 2014 la nouvelle Biennale de l’Image Mouvement (BIM 2014), en étroite collaboration avec des institutions locales et internationales, sous la direction artistique d’Andrea Bellini (Directeur du Centre d’Art Contemporain Genève), Hans-Ulrich Obrist (Curateur et co-directeur de la Serpentine Gallery, Londres) et Yann Chateigné (Directeur du Département d’Arts Visuels à la Haute Ecole d’Art et de Design de Genève). La BIM 2014 présentera 22 nouvelles œuvres produites par le Centre d’Art Contemporain et est un projet unique, activement impliqué dans la production de nouvelles œuvres d’artistes émergents.


18 – 21.09.2014 (inauguration)

18.09– 23.11.2014 (exposition)

Expositions & évènements récents[modifier | modifier le code]

  • Joachim Koester, The Place of Dead Roads (2014)
  • Marina Abramovic, MAI Presents: Counting the Rice (Performance, 2014)
  • Robert Overby, Works 1969-1987 (2014)
  • Nicole Miller, Death of a School (2014)
  • Michelangelo Pistoletto, Il Terzo Paradiso (Performance, 2014)
  • Bourses de la Ville de Genève (2013)
  • Pablo Bronstein, A is Building, B is Architecture (2013)
  • Gianni Piacentino, Une retrospective (2013)
  • Hotel Abisso (2013)

Publications co-éditées par le Centre (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2014 – Joachim Koester : Of Spirits and Empty Spaces, édité par Thomas Caron. Textes de Thomas Caron, Philippe-Alain Michaud, Christopher Pinney, Clara Schulmann, Catherine Wood, et Joachim Koester.
  • 2013 – Pablo Bronstein: A is Building, B is Architecture, édité par Andrea Bellini et Pablo Bronstein. Textes de Sam Jacob, Catherine Wood, Andrea Bellini.
  • 2013 – Gianni Piacentino, édité par Andrea Bellini. Textes de Andrea Bellini, Dan Cameron, Laura Cherubini, Christophe Khim, Hans Ulrich Obrist, Marc-Olivier Wahler.
  • 2013 – Piccolo Manuale dell’Espressione con la Gommapiuma, édité par Andrea Bellini. Textes de Andrea Bellini et Piero Gilardi.
  • 2012 – Pamela Rosenkranz, édité par Katya García-Antón, Gianni Jetzer, Quinn, Latimer, Pamela Rosenkranz, Hike Wagner. Textes de Alex Kitnick, Robin Mackay, Reza Negarestani.
  • 2008 – Mai-Thu Perret: Land of Cristal, édité par Christoph Keller. Textes de Giovanni Carmine, Fabrice Stroun, Paula van den Bosch, Hamza Walker.
  • 2007 – Philippe Decrauzat, édité par Lionel Bovier. Textes de Bice Curiger, Julien Fronsacq, Katya García-Antón, Bob Nickas.
  • 2007 – Joan Jonas. Timelines : transparencies in a dark room, édité par Barbara Clausen, Katya García-Antón, Bartomeu Marí et Gregory Volk.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Premier communiqué de presse du Centre d'Art Contemporain, exposition Janos Urban, du 3 octobre au 3 novembre 1974 à la salle I. patiño, septembre 1974
  2. Adelina von Fürstenberg, "Editorial", Bimensuel d'information, n°3, Janvier-Février, 1977
  3. Conférence de presse du 30 octobre 1989 dans les locaux vides de la SIP, cité dans le Journal de Genève, "Enfin un toit pour l'art contemporain", 1er novembre 1989 (auteur: D.Z.)
  4. Entretien avec Florence MARGUERAT, "Un lieu de confluence de personnes et d'idées", Le Courrier, 1er mars 2003

Lien externe[modifier | modifier le code]