Artavazd Pelechian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Artavazd Pelechian
Image dans Infobox.
Artavazd Pelechian (mars 2008).
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Արտավազդ Աշոտի ՓելեշյանVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Union of Cinematographers of the Russian Federation (en)
Société civile des auteurs multimédia ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Liste détaillée
Artiste émérite de la RSS d'Arménie (d) ()
Ordre de Saint-Serge de Radonège ()
Prix d'État de la RSS d'Arménie (d) ()
Artiste honoré de la Fédération de Russie (d) ()
Médaille Mesrop Machtots (en) ()
Q4313315 ()
Médaille du Premier ministre ()
Citoyen d'honneur d'Erevan (d) ()
Ordre de l'Insigne d'honneur (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Artavazd Pelechian (Արտավազդ Փելեշյան en arménien, Артавазд Ашотович Пелешян en russe), né le à Gyumri, alors Leninakan, en Arménie (Union soviétique à cette époque), est un cinéaste arménien, représentant de l'école du cinéma soviétique.

Auteur de treize films, courts ou moyens métrages faits principalement pour la télévision d'Erevan, Pelechian est connu pour le caractère poétique de ses réalisations, où il mélange cinéma documentaire, archives, musique et bruitages esthétisant les éléments de la vie quotidienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a trente ans lorsqu'il intègre l'Institut national de la cinématographie de Moscou au début des années 1960.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1964 : La Patrouille de montagne (Gornyj patrul, film d'études)
  • 1965 : Le Cheval blanc (Belyj kon)
  • 1966 : Le Pays des hommes, ou La Terre des hommes (Zemlja Ljudej) (10 min)
  • 1967 : Au début (Natchalo, Nacalo ou Skisb) (10 min)[1]
  • 1968 : Votre acte d’héroïsme est éternel (Ich padvig bessmerten)
  • 1968 : Le rêve (Metschta)
  • 1969 : Nous (Menk ou My) (24 min)[2]
  • 1970 : Les Habitants (Obitateli ou Bnakitchnère) (9 min)
  • 1971 : Pastorale d'automne (Osennjaja pastoral) (10 min), scénario (réalisé par Mikhaïl Vartanov)[3]
  • 1975 : Les Saisons (Tarva Yeghanaknère, Vremena goda) (29 min) (directeur de la photographie : Mikhaïl Vartanov)[3],[4],[5],[6],[7]
  • 1982 : Notre siècle (Nas vek, Mer dare) (47 min)
  • 1984 : Dieu en Russie (Bog v Rossii)
  • 1993 : Fin (Konec ou Verj (10 min)[8]
  • 1994 : Vie (Zizn’) (7 min)
  • 2020 : La nature (1 h 2 min)[9],[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Au Début (Skizbe) d'Artavazd Pelechian - 1967 », sur canalblog.com, Shangols, (consulté le 7 août 2020).
  2. « Menk ou My (Nous) », sur film-documentaire.fr
  3. a et b Paradjanov-Vartanov Institute
  4. IDFA.nl
  5. http://pelechian.free.fr/Pelechian/Pelechian___Spirale_dans_Les_Saisons.html
  6. « Les Saisons (Vremana Goda) d'Artavazd Pelechian - 1972 », sur canalblog.com, Shangols, (consulté le 7 août 2020).
  7. a et b https://artreview.com/artavazd-pelechian-visionary-cinema-nature-seasons/ Art Review Magazine
  8. « Fin (Konec) d'Artavazd Pelechian - 1992 », sur canalblog.com, Shangols, (consulté le 7 août 2020).
  9. https://www.parajanov.com/peleshian Parajanov-Vartanov Institute

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mikhail Vartanov, « Artavazd Pelechian », in Garun, 1971[réf. incomplète]
  • Marine Landrot, « Le poète à la caméra », in Télérama, no 2235,
  • « Artavazd Pelechian, le poète cinéaste arménien : Pelechian, un cinéaste hors normes », in Le Monde, le (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]