Wu Tsang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Wu Tsang
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Maître
Représenté par
Electronic Arts Intermix (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Site web
Distinction
Œuvres principales
Wildness (d), Duilian (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Wu Tsang est une artiste de scène transgenre et qui réalise des œuvres cinématographiques. Son travail explore la communauté queer et transgenre. Elle vit et travaille à Los Angeles[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Wu Tsang est née en 1982 à Worcester, dans le Massachusetts[2] d'une mère suédo-américaine et d'un père chinois. Elle étudie les arts plastiques à l'École de l'Art Institute of Chicago[3] et obtient un diplôme de maîtrise à Université de Californie à Los Angeles[4]. Wu Tsang se considère comme représentante du mouvement transgenre dans l'art et s'identifie en tant que « transféminine » et « transguy »[1]. Wu Tsang a enseigné la théorie de l'art au Vermont College of Fine Arts (en)[5].

Travail artistique[modifier | modifier le code]

Le travail de Wu Tsang comprend l'installation, la performance, la réalisation des films, l'organisation d'événements, et l'organisation communautaire[1]. Wu Tsang s'intéresse à la notion d'espace privé et public[2] et aux safe spaces, comme lieu d'empowerment pour les communautés marginalisées[6].

Lors de sa première exposition personnelle à New York en 2011, Wu Tsang présente le film Damelo Todo, adapté d'une nouvelle de Raquel Gutierrez. Le film narre l'histoire d'un adolescent qui arrive à Los Angeles en 1985 pour échapper à la guerre civile qui sévit dans son pays natal, le Salvador. Le jeune homme trouve refuge dans un bar transgenre où il se lie d'amitié avec les clients. Il monte sur scène et donne des shows[1].

En 2012, Wu Tsang réalise et produit un documentaire, Wildness, sur le Silver Platter, bar transgenre à Los Angeles. Wu Tsang écrit le scénario avec Roya Rastegar. Le film est présenté au MoMA Documentary Fortnight à New York puis à des festivals au Canada, aux États-Unis et au Chili. Depuis 1963, le Silver Platter est fréquenté par une communauté LGBT majoritairement latino[7]. Wildness suit un groupe de jeunes artistes qui présentent une performance hebdomadaire dans ce bar. Le film montre deux communautés LGBT, questionne les notions de communauté, d'espace et de propriété. Dans un entretien, Wu Tsang décrit la façon dont les personnes transgenres, de couleur et queer sont souvent représentées avec des stéréotypes[8]. Wy Tsang propose une autre vision de ces communautés[9].

En 2012, à la Whitney Biennal, Wu Tsang crée une installation artistique appelée Green Room. Cette œuvre est un espace privé avec des meubles spécifiques qui servent de vestiaires pour les participants de la biennale pendant les performances. Pendant les périodes sans performance, l'espace est ouvert aux visiteurs à la fois en tant que salon et œuvre d'art[2].

Son film Duilian (2016) concerne Qiu Jin, une poétesse, féministe, révolutionnaire et héroïne chinoise, née en 1875. Wu Tsang filme la relation de Qiu Jin avec son amie, la calligraphe Wu Zhiying (jouée par Wu Tsang). Cet aspect de sa vie privé est peu connu[10]. En préparant ce film, Wu Tsang découvre que certains poèmes de Qiu Jin n'ont pas été traduits du chinois. Wu Tsang les fait traduire en anglais et les a réécrits avec boychild, l'actrice qui incarne Qiu Jin dans le film[11].

Liste de projets[modifier | modifier le code]

  • We Hold Where Study (2017)
  • Duilian (2016)[12],[13]
  • You're Dead to Me (2013)[14]
  • Wildness (2012)
  • Mishima in Mexico (2012)[15]
  • Tied and True (2012)[16]
  • Green Room (2012)[2]
  • Damelo Todo (2011)
  • Breakdown (2013)[17]
  • For how we perceived a life (Take 3) (2012)[8]
  • P.I.G. (Politically Involved Girls) (2012)[5]
  • Full Body Quotation (performance à Performa 11) (2011)[6]
  • Shape of a Right Statement (2008)[18]
  • You're Dead to Me (2014)[19]
  • Pilot TV (2004)[5]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Imagen Award, Meilleur court métrage[3].
  • 2013 : Foundation for Contemporary Arts[22].
  • 2012 : Outfest, Grand prix de jury pour un documentaire[23],[24].
  • 2011 : Louis Comfort Tiffany Foundation, Prix biennial[25].

Références[modifier | modifier le code]

  • a b c et d (en) Holland Cotter, « WU TSANG », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 4 mars 2017).
  • a b c et d (en) « Wu Tsang | Whitney Museum of American Art », sur whitney.org (consulté le 4 mars 2017).
  • a et b « Wu Tsang : Foundation for Contemporary Arts », sur www.foundationforcontemporaryarts.org (consulté le 4 mars 2017).
  • (en) Kylie Knott, « Artist Wu Tsang gives LGBT community medium for communication », South China Morning Post,‎ 21 février, 2015 (lire en ligne, consulté le 4 mars 2017).
  • a b et c (en) Dan Duray, « Meet Wu Tsang, Soon to Be Featured in Every Show in Town », Observer,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2017).
  • a et b (en) « Performa · Wu Tsang's Full Body Quotation », sur performa-arts.org (consulté le 4 mars 2017).
  • « Wu Tsang - L’art contre les tiroirs ! », sur Tracks | ARTE, (consulté le 4 mars 2017).
  • a et b (en) Aimee Walleston, « In Both Bi- and Triennial, Wu Tsang Talks Community », sur www.artinamericamagazine.com, (consulté le 4 mars 2017).
  • (en) Scott Macaulay, « Wu Tsang », Filmmaker Magazine, 2012-19-07 (consulté le 25 juillet 2014).
  • (en) Arthur Tam, « Artist Wu Tsang on her new film exploring the life of 'China's first feminist', Qiu Jin », sur TimeOut HK, 2015-17-12 (consulté le 4 mars 2017).
  • (en) Ariela Gittlen, « Wu Tsang Unveils the Queer History of One of China’s Most Famous Poets », Artsy,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2017).
  • (en) « Berlin Biennale | Wu Tsang », sur 9th Berlin Bienniale for Contemporary Art (consulté le 4 mars 2017)
  • (en) « Wu Tsang’s World Premiere of Duilian at Hong Kong », sur http://www.randian-online.com (consulté le 7 mars 2017).
  • « You're dead to me ».
  • (en) « MCA – Collection: Wu Tsang, Mishima in Mexico, 2012 », sur Museum of Contemporary Art Chicago (consulté le 4 mars 2017).
  • (en) « Wu Tsang | Art Agenda », sur www.art-agenda.com (consulté le 4 mars 2017).
  • (en) « Breakdown: Kelela, Ashland Mines and Wu Tsang | Tate », sur Tate (consulté le 4 mars 2017).
  • (en) « Wu Tsang. The Shape of a Right Statement. 2008 | MoMA », sur The Museum of Modern Art (consulté le 4 mars 2017).
  • (en-US) Nonso Christian Ugbode, « You're Dead to Me, A Mother's Love and Regret - Black Public Media », Black Public Media,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2017).
  • https://www.macfound.org/fellows/1025/
  • (en-US) « John Simon Guggenheim Foundation | Wu Tsang », sur www.gf.org (consulté le 4 mars 2017).
  • « Grant Recipients :: Foundation for Contemporary Arts », sur www.foundationforcontemporaryarts.org (consulté le 9 mars 2017).
  • (en-US) « Wu Tsang awarded Outfest’s Grand Jury Award », sur en.artmediaagency.com, (consulté le 4 mars 2017).
  • (en) « Outfest 2012 » (consulté le 25 juillet 2014).
  • (en) « 2011 Biennial Awards | The Louis Comfort Tiffany Foundation », sur louiscomforttiffanyfoundation.org (consulté le 4 mars 2017).
  • Liens externes[modifier | modifier le code]