Luciano Fabro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Luciano Fabro
KMM Fabro 01.JPG
La doppia faccia del cielo (1986)
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien, Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Représenté par
Marian Goodman Gallery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Mouvement
Distinctions
Prix d'art d'Aix-la-chapelle (d) ()
Prix Sikkens (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Luciano Fabro, né le à Turin et mort le à Milan, est un artiste contemporain italien, associé au mouvement artistique Arte Povera.

Biographie[modifier | modifier le code]

Luciano, de son vrai nom Marcelino Fabro, est un très grand amateur de peintures, d'art contemporain depuis son plus jeune âge. Il bricole sans cesse des vieilles affaires pour en faire des chefs-d'œuvre. Sa première œuvre est Carte d'Italie, réalisée avec une vieille carte de son père.

Démarche[modifier | modifier le code]

Luciano Fabro élargit l'idée de tableau à l'espace par ce qu'il appelle lui-même concetto spaziale (« concept spatial »). Avant d’être un espace de représentation, une surface et des images, le tableau peut être un espace concret. Luciano Fabro rejoint en cela une certaine voie de la modernité italienne qui, issue du Futurisme, relie Umberto Boccioni, Lucio Fontana, Francesco Lo Savio et certains artistes de l’Arte Povera, groupe auquel il fut dès l’origine associé. À l’instar de ces derniers, c’est désormais hors du tableau qu’il propose plusieurs formulations plastiques originales permettant au visiteur d’éprouver ce « sens de l’espace » qu’il définit dans les années 1960.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il représente l'Italie à la Biennale de Paris en 1975 avec Latin-Lover et Couronne de plomb. Dans La double face du ciel (1988) il propose des environnements et montre le spectacle du vide pour « sentir, toucher, reconstruire ». Il n'utilise ni toile ni pinceau, ni crayon. Il n'a pas non plus d'atelier. Il use indifféremment de matières brutes, banales ou nobles, contemporaines ou classiques, très simplement assemblées et envisagées dans leur rapport avec l'espace.

Liens externes[modifier | modifier le code]