Laurie Anderson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Laurie Anderson
Image dans Infobox.
En concert à Nimègue (mai 1986)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Barnard College
Mills College
Université Columbia
School of the Arts de l'université Columbia (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Lou Reed (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Religion
Membre de
Mouvement
Instrument
Violon, claviers
Label
Représentée par
Video Data Bank (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Site web
Distinctions
Laurie Anderson lors d'une cérémonie à The Kitchen à New York en 2007

Laurie Anderson, née Laura Phillips Anderson, le à Glenn Ellyn dans l'Illinois, est une artiste expérimentale et musicienne américaine, connue pour ses performances multimédia et une œuvre prolifique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurie Anderson est diplômée de Barnard College (1969) et de l'université Columbia (1972) en histoire de l'art et en sculpture. Dès les années 1970, elle réalise des performances à New York, notamment à The Kitchen, dont certaines sont reprises dans des œuvres ultérieures. En 1981, elle enregistre la chanson O Superman (en) de manière confidentielle sur le label One Ten Records. Le disque est apprécié et relayé par John Peel. C'est un succès important, puisque cette composition parvient à la deuxième position des ventes en Angleterre. Ce succès la fait sortir du statut d'artiste d'« avant-garde » et lui procure un début de notoriété en France. Peu après, Laurie Anderson signe avec la Warner ; cette chanson est incluse dans son album Big Science ainsi que dans son œuvre maîtresse, United States Part One to Four, performance-fleuve de huit heures qui fait, en 1983, l'objet d'un enregistrement partiel, United States Live Volumes 1 to 4.

Par la suite, la carrière de Laurie se poursuit avec de très nombreuses performances, expositions, disques, collaborations diverses. La liste des artistes avec lesquels elle travaille est importante, incluant : William Burroughs, John Giorno, Arto Lindsay, Ian Ritchie, Peter Gabriel, Perry Hoberman, David Sylvian (ancien chanteur du groupe Japan), Jean-Michel Jarre, Brian Eno, Nona Hendryx, Bobby McFerrin, Dave Stewart, Hector Zazou, Andy Kaufman, Philip Glass, Ryūichi Sakamoto, Lou Reed, Trisha Brown. Ses thèmes de prédilection sont la technique et ses effets sur les relations humaines.

La musique de Laurie Anderson illustre plusieurs films de Wim Wenders, dont Les Ailes du désir en 1987, Jusqu'au bout du monde en 1991, Si loin, si proche ! en 1993

En 2001, elle effectue une tournée à travers les États-Unis. La date du concert à New York tombe le , quelques jours seulement après les attentats du 11 septembre 2001. Le concert est maintenu, mais les paroles apocalyptiques de O Superman (« Voici les avions… Ce sont des avions américains… ») y prennent une consonance toute particulière. Le concert est enregistré et le disque, Live in New York sort en 2002.

En 2003, Laurie Anderson est la première artiste en résidence à la NASA, ce qui se concrétise par la performance The End of the Moon.

Le , Laurie Anderson épouse son compagnon de longue date, Lou Reed, ancien meneur du Velvet Underground, au cours d'une cérémonie intime à Boulder, dans le Colorado. Le couple vit à New York jusqu'au décès de Lou Reed en 2013.

Production artistique[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Solo[modifier | modifier le code]

Albums studio :

  • 1982 : Big Science
  • 1984 : Mister Heartbreak (Avec Peter Gabriel et William S. Burroughs)
  • 1989 : Strange Angels
  • 1994 : Bright Red
  • 1995 : The Ugly One with the Jewels and Other Stories: A Reading from Stories From the Nerve Bible
  • 2001 : Life on a String
  • 2010 : Homeland
  • 2015 : Heart of a Dog
  • 2019 : Songs from the Bardo

Albums live :

Compilation :

  • 2000 : Talk Normal: The Laurie Anderson Anthology - 2 CD

Bande sonore :

  • 1986 : Home of the Brave

Singles :

  • 1981 : "O Superman (For Massenet)"
  • 1981 : "Big Science"
  • 1984 : "Sharkey's Day"
  • 1986 : "Language is a Virus"
  • 1989 : "Strange Angels"
  • 1989 : "Babydoll"
  • 2004 : "In Our Sleep" - Avec Lou Reed)

William S. Burroughs/John Giorno/Laurie Anderson[modifier | modifier le code]

  • 1981 : You're the guy I want to spend my money with

John Zorn/Lou Reed/Laurie Anderson[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

  • 1977 : New Music for Electronic & Recorded Media - Artistes variés - New York Social Life et Time To Go (For Diego).
  • 1977 : AIRWAVES (One Ten Records) - Artistes variés - Joue sur 3 pièces.
  • 1979 : The Nova Convention - Artistes variés - Avec Julia Heyward - Song From America On The Move.
  • 1983 : You're a Hook - Artistes variés - Song From America On The Move.
  • 1984 ; Zoolook de Jean-Michel Jarre - Chant sur Diva
  • 1989 : Les Ailes du désir (1989) (bande originale)
  • 1983 : A chance operation - The John Cage tribute - Artistes variés - Cunningham Stories (At The Age Of Twelve...) 8 Mouvements.
  • 1986 : So de Peter Gabriel - Chœurs et synthés sur Excellent Birds seulement sur CD et Cassette.
  • 2000 : Metamorphoses de Jean-Michel Jarre - Chant sur Je me souviens
  • 2015 : Electronica 1: The Time Machine de Jean Michel Jarre - Joue sur Rely on me.

Performances[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1984 : The New Show – Invitée musicale
  • 1986 : Saturday Night Live – Invitée musicale
  • 1987 : Alive from Off Center – Hôte
  • 1996 : Space Ghost Coast to Coast – Invitée
  • 2010 : The David Letterman Show – Invité

Livres[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • CD-ROM Puppet Motel (1994)
  • Rien dans les poches (Nothing In My Pockets) (2006), un journal intime sonore en 2 parties d'une heure, coproduit et diffusé par France Culture.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michael Anthony, « Laurie Anderson, More Than 'Just a Storyteller' », Star Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 8 avril 2021).
  2. « Laurie Anderson: On Performance: ART/new york No. 54 », sur ART/newyork.org (consulté le 20 décembre 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philip Nel, The Avant-garde and American Postmodernity, University Press of Mississipi, , « Laurie Anderson and Leonard Cohen »

Liens[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]