Julie de Bona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Julie de Bona
Description de cette image, également commentée ci-après

Julie de Bona à la cérémonie des Étoiles d'or du cinéma français en 2011.

Nom de naissance Julie de Bona
Naissance (36 ans)
Paris 18e arrondissement
(Île-de-France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Séries notables Une famille formidable
La Smala s’en mêle
Le Secret d'Élise
Site internet « Julie de Bona », sur son site personnel
« Julie de Bona », sur Agences artistiques

Julie de Bona est une actrice française, née à Paris dans le 18e arrondissement[1] le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Julie de Bona est née le 7 décembre 1980 dans le 18e arrondissement de Paris[1], d'un père informaticien et d'une mère couturière. Elle évolue dans un milieu modeste dont la famille a une ascendance italienne et vietnamienne[2]. Sa scolarité se passe à Montpellier où ses parents se sont installés et titulaire du baccalauréat, elle s'inscrit à l'université afin de suivre une filière en biochimie. Julie de Bona se conforme donc à un parcours classique lorsqu'elle décide à 19 ans de prendre une année sabbatique pour s'essayer au théâtre. Déjà quatre ans plus tôt, sa mère, qui surnomme sa fille « la tornade blanche »[3], l'inscrit à son premier cours de théâtre et l'adolescente a pour modèles Sarah Bernhardt, Audrey Hepburn, Isabelle Adjani ou Sophie Marceau[1]. Une passion qui ne se dément pas au fil des années et une façon pour Julie, si réservée, d'exprimer ses émotions. Elle intègre le conservatoire d'art dramatique de Montpellier de 1999 à 2001 et poursuit sa formation avec le Studio Pygmalion de 2001 à 2002. Son arrivée dans la capitale prend l'allure d'un chemin de croix : une chambre de bonne de 10 m2 pour logement, la course aux castings et elle enchaîne les petits rôles[1]. Forte de ses expériences professionnelles, elle rejoint l'Atelier Damien Acoca de 2004 à 2005 afin de compléter son entraînement de comédienne. Julie de Bona perfectionne sa technique d'interprétation grâce à la méthode Meisner entre 2010 et 2011 sous l'égide du coach américain Scott Williams, à qui l'on doit l'importation de ce savoir-faire en Europe[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Dès 1998 et jusqu'en 2000, Julie de Bona exerce sa passion au Café-théâtre le Grand Mélo, situé dans la commune Le Crès, à proximité de Montpellier. Elle intègre la troupe de Christian Dob et joue dans plusieurs de ses pièces : La Queue du Diable, Les Batifolles, Le Général Tu-koipa. En 1999, nous la retrouvons dans La Vie Parisienne d'Offenbach à l'Opéra Comédie de Montpellier. Elle reprend de 2000 à 2002, les représentations de Christian Dob dont La Queue du Diable au théâtre le Grand Mélo et Les Batifolles au Festival d'Avignon en 2002 au théâtre Le Paris. Nouvelle étape dans la carrière de la jeune comédienne où elle joue d'octobre 2002 à 2003, au côté de Gérard Jugnot dans la pièce État critique de Michel Lengliney au théâtre Fontaine. Parallèlement, elle décroche en 2001 ses premiers rôles dans des fictions à la télévision, Zone reptile, un téléfilm pour Arte de Jérôme de Missolz et La Vie devant nous, une série de TF1 de Patrick Grandperret, dans le rôle d'Éloïse. Cette même année elle enchaîne deux courts métrages, Entretien premier cachet et Le renard rouge d'Antonin Koilski. En 2003, elle tourne au cinéma pour la première fois dans un film de Fouad Benhammou, Fixion. Retour à la télévision où Julie de Bona endosse la robe d’une religieuse, sœur Florence, dans plusieurs épisodes de la série, Sœur Thérèse.com, créée par Michel Blanc. Elle se produit également dans Une famille formidable de Joël Santoni de 2005 à 2014 et Boulevard du Palais de Philippe Venault en 2006[5].

Julie de Bona est l'atout charme dans le feuilleton La Smala s’en mêle et « le public a aimé Wanda, mon personnage qui était une nana des rues un peu vulgaire et gouailleuse »[6] aux antipodes du rôle interprété par Michèle Bernier. La série diffusée de 2012 à 2014 et le dernier épisode en 2016 permet de découvrir toutes les facettes de l'actrice : « Wanda, je l’ai eue pendant deux ans avec moi. Je l'ai construite dans le premier épisode. Après, cela a évolué d'épisode en épisode. J'ai adoré ce personnage. Elle est loin de moi et proche, aussi, en même temps. Elle m'a permis de vaincre plein de peurs, d'oser faire des choses que je n'avais jamais faites dans la vie, de dire tout haut des trucs qu’on pense tout bas. C'était un exutoire comme rôle »[7]. Julie de Bona devient une figure familière dans les œuvres audiovisuelles. Depuis 2014, cette période est tout particulièrement prolifique pour l'actrice qui enchaîne les tournages : La Vallée des mensonges de Stanislas Graziani, La Voyante de Henri Helman , Nina de Éric Le Roux et Nicolas Picard-Dreyfuss, Ma pire angoisse de Romain Lancry et Vladimir Rodionov, Un parfum de sang de Pierre Lacan, Qui sème l'amour... de Lorenzo Gabriele, Le Secret d'Élise d'Alexandre Laurent et une nouvelle série en six épisodes, Innocente de Lionel Bailliu avec Sagamore Stévenin, Olivia Bonamy, Alexandra Vandernoot, Bernard Le Coq et Thomas Jouannet. Julie de Bona tient le rôle principal, Roxane Delage, professeur d'archéologie à Marseille[8],[9]. La comédienne joue une femme qui vient d'être emprisonnée et décide de se rendre à la prison des Baumettes à Marseille, ainsi qu'au Centre pénitentiaire d'Orléans-Saran dans le département du Loiret : « Une rencontre intense, forte, qui a bouleversé la comédienne, autant que les femmes incarcérées »[10]. Une approche qui marque profondément Julie de Bona et qui va bien au-delà de son métier : « En tant qu'actrice, il m'est arrivé de jouer des personnages qui ont parfois fait des erreurs dans leur vie. Je ne juge pas. J'ai appris à aimer ces gens. Ces femmes font partie de mon public. Je me suis dit que la plus belle des démarches c'était d'aller les rencontrer. La deuxième chose, c'est que je vais incarner prochainement une femme qui sort de prison. C'est pourquoi j'ai souhaité échanger avec elles, recueillir leurs impressions, afin de comprendre, ressentir, appréhender l'univers carcéral. Mais je dois dire que j'appréhendais vraiment. Je ne voulais surtout pas donner un cours, ou les brusquer ou les offusquer. Finalement, elles se sont ouvertes. C'était magnifique. Ces moments sont des cadeaux qu'elles m'ont offerts »[10]. La même année, Julie de Bona renoue avec la comédie en jouant dans le film Enfin des bonnes nouvelles, du réalisateur Vincent Glenn.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Julie de Bona a une sœur cadette, Olivia de Bona, née en 1985. Elle est diplômée en Arts appliqués et cinéma d'animation, en 2005. Olivia exerce la profession d'illustratrice[11] et alerte son aînée sur les expositions du moment, comme celle de Hey ! au musée de la Halle Saint-Pierre[12].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Un souvenir pour la vie, d'Éric Mahé
  • 2006 : Demain la veille, de Julien Lecat et Sylvain Pioutaz : Anna
  • 2008 : Mathilde et Juliette, de Brigitte Johansen.
  • 2009 : Quand passe le bus, de Chloé Micout (Prix d'interprétation au Festival de Meaux 2009) : la jeune femme
  • 2009 : Julie à Paris, de Damien Steck.
  • 2010 : Douche franche, d'Antonin Toty-Péroche et Geoffrey Wemelle.
  • 2011 : Je suis comme vous, de Thibaut Buccellato.
  • 2012 : Valse favorite de Deborah Helpert : Lucie
  • 2013 : La vie comme elle vient, de Arnaud Sadowski.
  • 2016 : Dehors, tu vas avoir si froid, de Arnaud Sadowski.
  • 2016 : Ce que cache la neige, de Loïc Gaillard : Clémence[13].

Télévision (séries et téléfilms)[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

  • Coécriture avec Émilie Alibert du scénario d'un long métrage pour une comédie dramatique.

Vidéographies[modifier | modifier le code]

Articles de presse[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Méliné Ristiguian, « Julie de Bona : cette fille est un miracle de la génétique », Paris Match, Paris,‎ (lire en ligne)
  • Amélie Desrumaux, « Un vent de nouveauté sur France 3 avec Innocente ! », France Net Infos, Paris,‎ (lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Laurent Amar, « Monte-Carlo 2016 : À la rencontre de l’actrice Julie de Bona », Stars Media, Paris,‎ (lire en ligne)
  • Laurence Gallois, « La Vallée des mensonges (France 3) : qui est Julie de Bona ? », Télé Loisirs, Gennevilliers,‎ (lire en ligne)
  • Stéphanie Gorlin, « Cinq infos sur… Julie de Bona », Télé 2 semaines, Paris,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Stéphanie Raïo, « Julie de Bona : J’étais tellement triste de quitter Wanda », Le Figaro, Paris,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Marc Barenghi, « Julie de Bona, étoile montante », Le Figaro, Paris,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • B. B., « Julie de Bona au casting d'Innocente, nouvelle série de France 3 », Allo Ciné, Paris,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pauline Sommelet, « Les états d'art de Julie de Bona », Point de Vue, Paris, no 3526,‎ (lire en ligne)
  • Michaël Meiller, « Julie de Bona : J'avais la rage de plaire », Midi Libre (Montpellier), Saint-Jean-de-Védas,‎ Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marion Bonnet, « Une actrice à la prison de Saran », La République du Centre, Saran,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Frédéric Lohézic, « Qui sème l'amour… : Y a de l'amour dans l'air ! », Télé 7 jours, Levallois-Perret,‎ (lire en ligne)
  • Chloé Sullivan, « Belle des champs », TV8 magazine, Lausanne,‎ , p. 11 (résumé, lire en ligne)
  • Joséphine Simon-Michel, « L'autre visage de Julie de Bona : Un parfum de sang », Télé 7 jours, Levallois-Perret,‎ , p. 34 (lire en ligne)
  • Le Parisien, « Elle a du nez, Julie », Le Parisien, Saint-Ouen,‎ (lire en ligne)
  • Laurent Mereu-Boulch, « Julie de Bona : Le goût du jeu », Madame Figaro, Paris, Le Figaro,‎ , p. 50 à 54 (lire en ligne)
  • Camille Loiret, « Talent d'actrice : Julie de Bona », Paulette magazine, Paris,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Michaël Meiller, « Julie de Bona : J'avais la rage de plaire », Midi Libre (Montpellier), Saint-Jean-de-Védas,‎ .
  2. Camille Loiret, « Talent d'actrice : Julie de Bona », Paulette magazine, Paris,‎ (lire en ligne).
  3. Le Parisien, « Elle a du nez, Julie », Le Parisien, Saint-Ouen,‎ (lire en ligne)
  4. « Méthode Sanford Meisner et Scott Williams », sur Impulse Company France.
  5. « Biographie », sur le site de Julie de Bona.
  6. Stéphanie Gorlin, « Cinq infos sur… Julie de Bona », Télé 2 semaines, Paris,‎ (lire en ligne).
  7. Stéphanie Raïo, « Julie de Bona : J’étais tellement triste de quitter Wanda », Le Figaro, Paris,‎ (lire en ligne).
  8. B. B., « Julie de Bona au casting d'Innocente, nouvelle série de France 3 », Allo Ciné, Paris,‎ (lire en ligne).
  9. Jean-Marc Barenghi, « Julie de Bona, étoile montante », Le Figaro, Paris,‎ (lire en ligne).
  10. a et b Marion Bonnet, « Une actrice à la prison de Saran », La République du Centre, Saran,‎ (lire en ligne).
  11. « Olivia de Bona, illustratrice », sur le site officiel d'Olivia de Bona.
  12. Pauline Sommelet, « Les états d'art de Julie de Bona », Point de Vue, Paris, no 3526,‎ , p. 64 et 65 (lire en ligne).
  13. « Ce que cache la neige (court-métrage) », sur Unifrance.org
  14. Amélie Desrumaux, « Un vent de nouveauté sur France 3 avec Innocente ! », France Net Infos, Paris,‎ (lire en ligne)
  15. Alexandre Letren, « On a vu pour vous… la série Innocente (France 3) », Radio VL, Paris,‎ (lire en ligne)
  16. « Entre deux mères », sur TF1 pro.com
  17. Les sources assassines (ancien titre : Sources vives), téléfilm de Bruno Bontzolakis pour France 3. Artistes : Julie De Bona, Marthe Keller, Joakim Latzko, Agathe Bonitzer, Jacques Bonnaffé. Date de tournage : septembre 2016. Lieux de tournage : Lyon, La Bourboule, Mont-Dore. Diffusion sur France 3, le 14 mars 2017.
  18. Isabelle Dhombres, « Le mystère du lac, suite : Julie de Bona remplace Barbara Schulz sur TF1 », Télé Star, Paris,‎ (lire en ligne)
  19. Stéphanie Gorlin, « Julie de Bona dans la suite du Mystère du lac (TF1) », Télé Loisirs, Paris,‎ (lire en ligne).
  20. Téléfilm à destination de la Laponie. Voir l'article de Ruben Vanyper, « Tomer Sisley et Julie de Bona au casting de Coup de foudre à Noël ! », MYTF1, Boulogne-Billancourt,‎ (lire en ligne).