Tous les garçons et les filles (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne pas confondre avec la série de téléfilms d'Arte diffusée en 1994 intitulée Tous les garçons et les filles de leur âge
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la chanson de Françoise Hardy. Pour l'album homonyme, voir Tous les garçons et les filles.
Tous les garçons et les filles
Chanson de Françoise Hardy
extrait de l'album Tous les garçons et les filles
Sortie 1962
Durée 3 min 08 s
Genre Variétés
Auteur Françoise Hardy
Compositeur Françoise Hardy (arrangements de Roger Samyn)

Tous les garçons et les filles est une chanson de Françoise Hardy, sortie en 1962, qui raconte les sentiments d'une jeune personne qui n'a jamais connu l'amour, et qui exprime un sentiment de dépit envers les couples autour d'elle.

La maison de disque ne croyait pas que ce titre, un blues triste, pourrait connaître le succès, raison pour laquelle il le plaça en dernier titre du EP, mettant en valeur trois chansons plus légères et dansantes qui étaient plus conformes aux tubes « yéyé » de l'époque. Le succès inattendu de la chanson la plus mélancolique a permis à Françoise Hardy de sortir du lot des jeunes chanteuses souvent éphémères.

Très grand succès à l'époque, le microsillon super 45 tours, paru en juin, se vendra à 4 000 000 exemplaires en France[1]. L'album homonyme rencontrera également un grand succès auprès du public.

Historique[modifier | modifier le code]

Françoise Hardy présente la chanson à l'émission de Mireille, Le Petit Conservatoire de la chanson (sous-titrée En attendant leur carrosse) du [2]. Dans la soirée du 30 octobre 1962, de nombreux téléspectateurs de l'unique chaîne de télévision attendent les résultats du référendum sur l'élection du président de la République au suffrage universel ; dans l’un des intermèdes musicaux, Françoise Hardy apparaît en noir et blanc pour chanter Tous les garçons et les filles. Dès le lendemain et les jours suivants, le titre va se démarquer des trois autres sur les ondes radios et dans les juke-boxes et devenir un « tube » incontournable ; le succès est porté par la vague « yéyé ». À la fin de l’année, 500 000 exemplaires ont déjà été vendus. La presse s'empare du phénomène. Paris Match la met en couverture de son numéro du et la consacre nouvelle « idole » de la chanson.

Un scopitone de la chanson a été réalisé par Claude Lelouch[3].

Françoise Hardy l'a interprétée en anglais (Find Me A Boy, sur le 45 tours Françoise Hardy Sings in English en 1963 qui figurera aussi sur le CD In English publié en 1988), en italien (Quelli Della Mia Età, album Françoise Hardy canta per voi in italiano paru en 1963), en allemand (Peter Und Lou, album Françoise in Deutschland, 1965). Jimmy Page, guitariste de Led Zeppelin, participe à la session d'enregistrement du 45 T[4].

Cette chanson a été reprise par de nombreux artistes et dans de nombreuses langues, notamment : Sophie Blaede (1962), Timi Yuro (The Love Of A Boy), Ginette Reno (album homonyme, 1962), Catherine Spaak (1962), Aimable (à l'accordéon, 1963), la chanteuse brésilienne Eny Mara (en portugais, A Idade Do Amor, 1964), Dulce Salles Cunha Braga (1965), Mia Frye (version en anglais, All the girls and boys, 1984), Eurythmics (titre bonus de l'album Be Yourself Tonight et, dans certains pays, en face B du single It's alright - (Baby's coming back)), les brésiliennes Paquitas (choristes de Xuxa) (en portugais, Alguem para amar, 1991), Laurent Voulzy et Carla Bruni au sein des Enfoirés (album Les Enfoirés à l'Opéra comique, 1995), Marie Myriam (1996), Gigliola Cinquetti (Quelli della mia età, 1999), Saint Etienne (Find me a boy, album The misadventures of Saint Etienne, musique du film Les Folies de Margaret (The Misadventures of Margaret) paru uniquement au Japon en 1999), The Dresden Dolls, Thanh Lan en français et vietnamien, la chanteuse brésilienne Zona Zul (album Beira, 2006)[5]. Les paroles inspireront Rei Kawakubo pour la création de sa marque à la fin des années 1960[6].

Sur son disque Ferraillages en 1977, Dick Annegarn proposait une chanson Françoise parodie qui en démarque le texte et la mélodie :

Tous les garçons et les filles de mon âge
Voudraient bien un jour un moog ou deux
Tous les jours et toutes les nuits au moins un sage
Se fait sauter les plombs, bon dieu...

Formats[modifier | modifier le code]

  • 1962 : Oh oh chéri / Il est parti un jour // J'suis d'accord / Tous les garçons et les filles (EP)
  • 1962 : J'suis d'accord / Tous les garçons et les filles (45 tours)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Meilleures Ventes Tout Temps de 45 T. / Singles, InfoDisc, page visitée le 16 juin 2008.
  2. « Françoise Hardy "Tous les garçons et les filles" », Le Petit Conservatoire de la chanson. En attendant leur carrosse, 21 septembre 1962, sur le site de l'INA (voir et écouter en ligne)
  3. Françoise HARDY à propos de Lelouch et de ses premiers scopitones sur le site de l'INA
  4. Christophe Le Pabic, Benoît Pascal, Led Zeppelin and related : hexagonal experiences, p. 60-61, 1997 (ISBN 2-9512068-0-1), notice BnF no 370660648 (lire des extraits en ligne — en bas de page : Jimmy Page session man)
  5. Source partielle : Site officiel de Françoise Hardy
  6. Marnie Fogg (dir.) et al. (trad. Denis-Armand Canal et al., préf. Valerie Steele), Tout sur la mode : Panorama des chefs-d’œuvre et des techniques, Paris, Flammarion, coll. « Histoire de l'art », (1re éd. 2013 Thames & Hudson), 576 p. (ISBN 978-2081309074), « L'ensemble asymétrique Comme des garçons », p. 405