Marlon Pérez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pérez Arango est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Pérez ; le second, maternel, souvent omis, est Arango.
Marlon Pérez
Marlon Alirio Perez.jpg

Marlon Pérez lors du départ de la 8e étape de l'Eneco Tour 2008 à Ardooie.

Informations
Nom de naissance
Marlon Alirio Pérez ArangoVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Rionegro con más futuro
Équipes amateurs
1995 Ron Medellín-Lotería de Medellín
1999 Empresas Públicas de Medellín
2000 Aguardiente Antioqueño
2010-2011 GW Shimano
2013 GW Shimano
2015 Rionegro con más futuro
Équipes professionnelles
2001-2003 05 Orbitel
2004-2005 Colombia-Selle Italia
2006 Tenax Salmilano
2007 Universal Caffè-Ecopetrol
2008-2009 Caisse d'Épargne
2012 Colombia-Comcel puis Colombia-Claro

Marlon Alirio Pérez Arango, né le à Támesis, dans le département d'Antioquia, est un coureur cycliste colombien. À l'issue de la saison 2009, son contrat avec l'équipe Caisse d'Épargne n'est pas prolongé.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Issu de la municipalité de Támesis, dans le sud-est du département (es) d'Antioquia, le jeune Marlon est un enfant débordant d'énergie. Il pratique plusieurs sports, commençant par le football puis s'essayant à l'athlétisme pour terminer par le cyclisme. Dès 1988, il s'initie à un sport qui deviendra sa passion. Avec le soutien de sa mère, lassée de ses incartades, il s'inscrit à l'école de cyclisme Clubcitam (Club de Ciclismo de Tamesís) puis à celle de Cisa, où il continue sa formation. Il termine deuxième de sa première compétition, disputée en 1989 à Ciudad Bolívar[1]. Dès son plus jeune âge, Pérez a enchaîné les petits boulots pour entretenir sa famille, venant les samedis sur la place du marché pour transporter les ballots, par exemple. Il était encore serveur, juste avant de devenir cycliste professionnel[2].

En 1996, pour la première de ses trois participations aux Jeux olympiques, il est porte-drapeau de la délégation colombienne.

Après une carrière en Europe, en 2010, il rentre en Colombie et intègre l'équipe GW Shimano, une des formations les plus performantes au niveau national. Il se distingue particulièrement lors du Clásico RCN où il remporte la bagatelle de cinq étapes[3]. Il garde le maillot de leader pendant les six premières étapes de l'épreuve et ne le cède que devant le parcours accidenté de la septième[4].

Au mois de mai 2011, il s'aligne au départ de la Vuelta a Antioquia, course de préparation au Tour de Colombie. Il l'achève sur le podium[5]. Au Tour de Colombie, il remporte le prologue en devançant d'une seconde Óscar Sevilla[6]. Il récidive lors du Clásico RCN où il devance cette fois un autre Espagnol de l'équipe cycliste Gobernación de Antioquia-Indeportes Antioquia, José Enrique Gutiérrez[7]. Il perd la tête du classement général dès le lendemain, subissant la course, ne pouvant rééditer sa performance de l'année précédente (cinq victoires d'étape), il abandonne lors de la septième étape, pour préparer au mieux les Jeux panaméricains[8].

À Guadalajara, il remporte la médaille d'or du contre-la-montre, succédant au palmarès à Santiago Botero[9]. Après sa victoire, il exprime sa joie et sa fierté d'avoir gagné, à son âge (35 ans), une seconde médaille d'or, douze ans après les Jeux de Winnipeg, en devançant deux autres latino-américains (Matías Médici et Carlos Oyarzún)[10]. Dans l'épreuve en ligne, il anime la course en prenant part à l'échappée, s'isolant même devant pendant un temps[11]. Il abandonne[12] lorsque celle-ci est rejointe.

Saisons 2012 - 2013[modifier | modifier le code]

Après treize victoires en deux ans, avec la formation GW Shimano, il signe, pour la saison 2012, avec la nouvelle équipe Coldeportes, avec l'intention d'apporter son expérience à ses jeunes coéquipiers[13].

Malgré un début d'année tronqué par une crise interne à l'équipe[14], il participe au Tour du Mexique (es)[15] et au Tour of the Gila (es)[16] avec la sélection nationale de poursuite par équipes, en pleine préparation pour les Jeux Olympiques[17]. Il commence, seulement, sa saison avec sa nouvelle formation à la Vuelta del Tolima, à la mi-avril[18] (où il s'impose dans le classement des étapes volantes[19]). En juin, il est au départ de la 62e édition du Tour de Colombie. En tête du classement provisoire du prologue, son temps n'est amélioré que par deux concurrents, il échoue à une seconde du maillot de leader[20]. Cinquième du sprint massif de la troisième étape[21], il abandonne la course sur une chute dans la descente de l'Alto de La Línea, le lendemain[22]. Il réapparait en haut des classements à la mi-août, en participant au triplé de sa formation à l'arrivée de l'étape de clôture de la Vuelta a Antioquia[23]. Fin septembre, il est au départ du prologue du 52e Clásico RCN. Vainqueur des contre-la-montre initiaux, les deux années précédentes, il échoue, cette fois, à la troisième place, gêné par le fort vent latéral[24]. Neuf jours plus tard, il grimpe sur le podium protocolaire du Clásico RCN 2012, en tant que vainqueur du classement des étapes volantes (sprints intermédiaires)[25]. Mi-novembre, il dispute les XIXe Juegos Deportivos Nacionales pour le département d'Antioquia. En retard à tous les pointages intermédiaires[26], il obtient néanmoins la médaille d'argent du contre-la-montre individuel (et est considéré, à ce titre, comme vice-champion de Colombie de la spécialité)[27].

Pour la saison 2013, il réintègre la formation GW Shimano[28], avec laquelle il s'était lié en 2010, à son retour en Colombie. Mi-décembre 2012, il participe, avec celle-ci, au Tour du Costa Rica (es) (comptant pour l'UCI America Tour 2013)[29]. Faisant honneur à son titre panaméricain, Pérez s'adjuge la troisième étape, disputée en contre-la-montre individuel[30]. Il récidive, six jours plus tard, en disposant de son ultime compagnon de fugue[31].
La saison cycliste colombienne 2013 commence, véritablement, à la fin mars, par la Vuelta al Valle. Il remporte la troisième étape à l'issue d'un sprint massif[32].

Le 3 mai, l'UCI informe de la suspension provisoire de Marlon Pérez, à la suite de deux contrôles positifs lors du Tour du Costa Rica, de décembre 2012[33]. Il a été retrouvé dans ses analyses d'urine des traces de GW 1516 (en)[34] et de sibutramine. Le coureur déclare sa surprise et assure n'avoir pris aucune substance que ce soit pour augmenter ses performances. Cependant, il avoue avoir consommé un produit naturel pour perdre du poids, en août et septembre[35].

Saison 2015[modifier | modifier le code]

Deux ans plus tard, après avoir purgé sa suspension, il ne change pas sa version et n'admet pas s'être dopé. Il décrit cette période comme « un traumatisme lui qui vivait uniquement pour la bicyclette ». Il clame son amertume d'avoir vu le monde du cyclisme lui tourner le dos. Il fut blessé d'avoir été expulsé du Tour de Colombie 2014 (conformément à la règlementation de l'UCI), où il pensait pouvoir diriger l'équipe Rionegro con más futuro. Le rejet l'a conduit à la dépression. Il admet avoir sombré dans l'alcoolisme et pris de l'embonpoint du fait de son oisiveté. Il a dû vendre deux appartements (acquis grâce à ses gains de cycliste professionnel) pour subvenir à ses besoins. Puis il a refait surface et a gagné sa vie en vendant des pièces et accessoires de vélo et en ouvrant un salon de massage pour sportifs de haut niveau, dans sa maison. Et de nouveau, il a acheté le matériel, notamment un cadre carbone GW, pour équiper un vélo de compétition et pratiquer son sport[2]. De retour dans les pelotons, il prend part au Tour de Colombie 2015 avec l'équipe Rionegro con más futuro. Lui qui n'espérait que participer, lors de la deuxième étape, il s'échappe et dispose de ses compagnons de fugue dans les deux premiers sprints intermédiaires de la journée. Ce qui lui permet d'être considéré comme le coureur le plus combatif de l'étape et de s'emparer (pour deux jours[N 1]) de la tête du classement des étapes volantes. Il en retire une énorme satisfaction. Marlon Pérez veut recouvrir la forme car de nouveau concentrer sur la compétition, il espère réintégrer une équipe qui lui donnerait la possibilité de gagner sa vie en roulant. Il ne se voit pas mettre un terme à sa carrière avant les trois prochaines années[1].

En novembre, il est appelé à disputer la 72e édition de la Vuelta al Valle, épreuve la plus importante dans le sud de l'Argentine, en renfort de la formation locale Servicios Petroleros Mirasal. Malgré une chute dans la première étape, pénalisante[36], il renoue avec le succès lors de la dernière, en anticipant le sprint massif[37]. Il met alors fin à trente-trois mois de disette ; sa dernière victoire étant celle acquise, en 2013, dans une autre Vuelta al Valle, en Colombie[38].

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Par années[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

3 participations.

  • 2004 : 40e du classement général
  • 2005 : abandon lors de la 6e étape
  • 2008 : 90e du classement général

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
UCI America Tour 61e[40] 393e[41] 162e[42],[N 4] nc
UCI Asia Tour 78e[43]
UCI Europe Tour 1134e[44] 829e[45] 488e[46]

Résultats sur les championnats[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Course en ligne

1 participation.

  • 2004 : abandon dans le 1er tour de circuit[47].

Championnats du monde professionnels[modifier | modifier le code]

Course en ligne

4 participations.

  • 2001 : 62e au classement final.
  • 2003 : 38e au classement final.
  • 2006 : 55e au classement final.
  • 2007 : abandon.
Contre-la-montre

3 participations.

  • 2001 : 33e au classement final.
  • 2003 : 36e au classement final.
  • 2006 : 34e au classement final.

Championnats panaméricains[modifier | modifier le code]

Course en ligne

1 participation.

Contre-la-montre

2 participations.

Jeux panaméricains[modifier | modifier le code]

Course en ligne

3 participations.

Contre-la-montre

1 participation.

  • 2011 : Médaille d'or, Amérique Vainqueur de la compétition.

Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes[modifier | modifier le code]

Contre-la-montre

1 participation.

  • Maracaibo 1998 : Médaille d'or, Amérique Vainqueur de la compétition.

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Course aux points

2 participations.

Poursuite par équipes

1 participation.

  • 1996 : 17e temps des participants (éliminé au tour qualificatif)[55].

Il n'y a seulement que huit qualifiés lors de ces tours éliminatoires.

Championnats du monde professionnels[modifier | modifier le code]

Course aux points

1 participation.

Jeux panaméricains[modifier | modifier le code]

Poursuite individuelle

1 participation.

  • 1999 : Médaille de bronze, Amérique Troisième de la compétition.
Course aux points

1 participation.

  • 1999 : Médaille d'or, Amérique Vainqueur de la compétition.

Championnats du monde juniors[modifier | modifier le code]

Course aux points

1 participation.

  • 1994 : Médaille d'or, monde Vainqueur de la compétition.

Championnats panaméricains[modifier | modifier le code]

Poursuite par équipes

1 participation.

Course aux points

1 participation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Confer le paragraphe "Évolution des classements" du Tour de Colombie 2015.
  2. Résultats retirés pour dopage.
  3. Lors des années olympiques, il n'y a pas de championnats de Colombie. Les vainqueurs des courses des Juegos Deportivos Nacionales sont toutefois considérés comme champion national.
  4. Ses victoires au Tour du Costa Rica lui ayant été retirées pour dopage, ce classement est caduc.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) « Las acrobacias de Marlon Pérez », sur www.elespectador.com, (consulté le 12 novembre 2015)
  2. a et b (es) « Marlon Pérez regresó al ciclismo para fortuna de sí mismo », sur www.elespectador.com, (consulté le 12 novembre 2015)
  3. a et b (es) « Marlon Pérez ganó su quinta etapa en el Clásico RCN », sur www.eltiempo.com (consulté le 2 octobre 2011)
  4. (es) « Iván Parra es el nuevo líder del Clásico RCN tras la séptima etapa », sur www.eltiempo.com (consulté le 2 octobre 2011)
  5. (es) « Le classement final de la Vuelta a Antioquia 2011 », sur docs.google.com (consulté le 4 octobre 2011)
  6. (es) « Le classement du prologue du Tour de Colombie 2011 », sur docs.google.com (consulté le 4 octobre 2011)
  7. (es) « Le classement du prologue du Clásico RCN 2011 », sur docs.google.com (consulté le 4 octobre 2011)
  8. (es) « Se fue el primer líder del Clásico RCN Comcel », sur www.clasicorcn.com.co (consulté le 8 octobre 2011)
  9. (es) « Marlon Pérez ganó oro en CRI en los Juegos Panamericanos », sur www.eluniversal.com.co (consulté le 21 janvier 2012)
  10. (es) « 'Ganar a los 35 años da mucha felicidad': Pérez », sur www.eltiempo.com (consulté le 21 janvier 2012)
  11. (es) « El antillano de Maars ganó el oro de ruta en el circuito de JP », sur deportescl.terra.cl, (consulté le 6 décembre 2012)
  12. (es) « Les résultats de la course en ligne des Jeux panaméricains de 2011 », sur info.guadalajara2011.org.mx (consulté le 6 décembre 2012)
  13. (es) « Marlon, ahora en Coldeportes, se siente de 20 años », sur elcolombiano.com, (consulté le 29 novembre 2015)
  14. (es) « 'Los chismes casi acaban el equipo': Mauricio Ardila », sur www.eltiempo.com, (consulté le 27 novembre 2015)
  15. (en) « Les résultats officiels du Tour du Mexique 2012 », sur www.uci.infostradasports.com (consulté le 29 novembre 2015)
  16. (en) « La liste des participants du Tour de Gila 2012 », sur www.tourofthegila.com (consulté le 29 novembre 2015)
  17. (es) « Joe Martin Stage Race: Francisco Mancebo primer líder. Cesar Grajales el mejor colombiano en la 4ª posición del prólogo », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 29 novembre 2015)
  18. (es) « Marlon Pérez y John F. García debutan con el Comcel en el Tolima », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 29 novembre 2015)
  19. (es) « Stiver Ortiz y Mauricio Ardila hicieron el 1-2 para el Colombia-Comcel en Ibagué. Marlon Pérez rey de los sprinters », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 29 novembre 2015)
  20. (es) « Vuelta a Colombia: Fabio Duarte fue un cohete en Puerto Gaitán. Victoria en el Prólogo y primer líder », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 29 novembre 2015)
  21. (es) « Les différents classements de la troisième étape du Tour de Colombie 2012 », sur josecalderon210.wordpress.com (consulté le 28 novembre 2015)
  22. (es) « Vuelta a Colombia: Félix Cárdenas ‘araña’ el triunfo en Armenia y reafirma su camiseta de líder. Fabio Duarte es segundo en la general », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 28 novembre 2015)
  23. (es) « Barrida en la última etapa y subcampeonato para el Colombia-Claro en la Vuelta a Antioquia », sur www.facebook.com, (consulté le 29 novembre 2015)
  24. (es) « Colombia-Claro empezó con pie derecho el “duelo de titanes” », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 8 décembre 2012)
  25. (es) « Les différents classements du Clásico RCN 2012, cf p.9 », sur docs.google.com (consulté le 28 novembre 2015)
  26. (es) « Les résultats officiels du contre-la-montre masculin des XIX e Juegos Deportivos Nacionales », sur docs.google.com (consulté le 29 décembre 2015)
  27. (es) « Juegos Deportivos Nacionales: Iván Mauricio Casas es el dueño del cronometro y gana el oro para Boyacá en la CRI », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 29 novembre 2015)
  28. (es) « El Team GW Shimano 2013 entre el gimnasio y la carreteras paisas », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 30 novembre 2015)
  29. (es) « Colombiano Marlon Pérez correrá la Vuelta a Costa Rica », sur www.aldia.cr, (consulté le 30 novembre 2015)
  30. (es) « Colombia le ganó al reloj y se adueñó del liderato », sur www.nacion.com, (consulté le 30 novembre 2015)
  31. (es) « Colombia da golpe de autoridad en la novena etapa », sur www.aldia.cr, (consulté le 30 novembre 2015)
  32. (es)« Vuelta al Valle, 3ª Etapa: Marlon Pérez ganador, Roldán sostiene la casaca de líder », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 23 mars 2013)
  33. (es)« Comunicado de Marlon Pérez, cf onglet Comunicado UCI », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 11 novembre 2015)
  34. « Dopage: voici venue l’ère du GW1516… », sur laflammerouge.com, (consulté le 11 novembre 2015)
  35. (es)« Comunicado de Marlon Pérez, cf onglet Comunicado Marlon Pérez », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 11 novembre 2015)
  36. (es) « Colombianos en Argentina para la tradicional Vuelta al Valle », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 26 novembre 2015)
  37. (es) « Vuelta al Valle, Argentina: Marlon Pérez del infierno a la gloria », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 26 novembre 2015)
  38. (es) « Marlon Pérez gana en Roldanillo pero Wbeimar Roldán sigue líder », sur www.colombia.com, (consulté le 26 novembre 2015)
  39. « Les podiums du contre-la-montre aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, cf p.238 » [PDF], sur www.mayaguez2010.com (consulté le 25 novembre 2011)
  40. « Classements Route UCI 2005 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  41. (en) « UCI America Tour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  42. (en) « UCI America Tour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  43. « Classements Route UCI 2005 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  44. « Classements Route UCI 2005 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  45. « Classements Route UCI 2005-2006 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  46. « Classements Route UCI 2006-2007 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  47. « Le rapport officiel du cyclisme sur route des JO 2004, cf p.35 » [PDF], sur www.la84foundation.org (consulté le 4 avril 2010)
  48. (en) « Les résultats de la course en ligne des championnats panaméricains de 2007 », sur www.siteducyclisme.net (consulté le 9 avril 2010)
  49. (nl) « Les résultats du contre-la-montre des championnats panaméricains de 2000 », sur www.cyclebase.nl (consulté le 9 avril 2010)
  50. « Les résultats du contre-la-montre des championnats panaméricains de 2007 », sur www.siteducyclisme.net (consulté le 25 novembre 2011)
  51. (en) « Les résultats de la course en ligne des Jeux panaméricains de 1999 », sur autobus.cyclingnews.com (consulté le 20 octobre 2010)
  52. (en) « Le classement de la course en ligne aux Jeux panaméricains de 2003 », sur sports123.com (consulté le 5 avril 2010)
  53. « Le rapport officiel des JO 1996 (volume 3), cf p.199 » [PDF], sur www.la84foundation.org (consulté le 3 octobre 2010)
  54. « Le rapport officiel du cyclisme sur piste des JO 2000, cf p.48 » [PDF], sur www.la84foundation.org (consulté le 25 octobre 2010)
  55. « Le rapport officiel des JO 1996 (volume 3), cf p.198 » [PDF], sur www.la84foundation.org (consulté le 28 janvier 2012)
  56. « Les résultats de la course aux points des championnats du monde de 1999 », sur oldsite.uci.ch (consulté le 27 février 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :