Caseidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Caseidae (ou caséidés) sont une famille éteinte de synapsides herbivores ayant vécu du Permien inférieur au Permien moyen. Tout comme Dimetrodon ou Edaphosaurus, les caséidés sont classés au sein des pélicosauriens[1]. Ils auraient pu être en partie aquatiques[2]

Description[modifier | modifier le code]

Squelette fossile d'un caséidé : Cotylorhynchus romeri.

Les caséidés mesuraient de 1 à 5,50 mètres. Ils possédaient une tête petite avec un museau incliné et un corps très massif, et certains étaient les plus grands des pélicosauriens. Leurs vertèbres cervicales étaient réduites, ils avaient des membres massifs, supportant leur masse importante. Certains d'entre eux, Angelosaurus et Cotylorhynchus, dépassaient les 4 mètres de long et pouvaient atteindre 2 tonnes. Ce sont probablement les premiers herbivores géants. Ils semblent avoir eu la même importance écologique durant la première moitié du Permien que les paréïasauridés et les dinocéphales herbivores dans la deuxième moitié.

Les caséidés possédaient de grandes fenêtres temporales et de larges narines externes. Ces narines devaient probablement abriter des organes sensoriels ou bien être utilisées pour la conservation de l'humidité. Le foramen pinéal est lui aussi important. Les dents des caséidés sont semblables à celles des paréïasauridés, car ces animaux se nourrissaient des mêmes plantes coriaces dont ils arrachaient les folioles. Elles ne sont pas spécialisées, contrairement à ce que l'on peut observer chez la plupart des pélycosauriens, à l'exception d'Edaphosaurus. Elles sont longues et dépassaient de la bouche même lorsqu'elle était fermée. On n'observe pas de dents caniniformes.

Ces animaux partagent des similitudes morphologiques avec les Eothyrididae. La morphologie du museau, de forme saillante, et les narines externes en sont un exemple. Le crâne est orné de fosses et de fentes. Les vertèbres cervicales sont de taille réduite, quelle que soit la taille de l'animal. La formule des phalanges est également réduite, variant de 2-3-4-4-3 à 2-2-2-3-2. Ces phalanges portent des griffes massives chez Cotylorhynchus et chez Angelosaurus, avec sur les côtés des bords aiguisés. Chez Angelosaurus, cette caractéristique est cependant moins marquée, ce qui témoigne peut-être d'adaptations différentes selon les genres.

Paléobiologie[modifier | modifier le code]

Une étude en 2016[2], montre que les caséidés pouvaient être en partie aquatiques. En effet, ils paraissent posséder un diaphragme pour faciliter leur respiration, même s'il devait être moins efficace que celui des mammifères actuels. Ils devaient utiliser leurs membres aux extrémités aplaties pour nager et ainsi rechercher leur nourriture[2].

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Genre (biologie)s de caséidés :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert Reisz, 1986, Handbuch der Paläoherpetologie – Encyclopedia of Paleoherpetology, Part 17A Pelycosauria Verlag Dr. Friedrich Pfeil, (ISBN 3-89937-032-5)
  2. a, b et c (en) M. Lambertz, C.D. Shelton, F. Spindler et S.F. Perry, « A caseian point for the evolution of a diaphragm homologue among the earliest synapsids », Annals of the New York Academy of Sciences,‎ (DOI 10.1111/nyas.13264, lire en ligne)