Captorhinidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Captorhinidae
Description de cette image, également commentée ci-après
Squelettes fossiles de Captorhinus aguti.
Classification
Règne Animalia
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Sauropsida

Famille

 Captorhinidae
Case, 1911

Les Captorhinidae, aussi connu sous le nom de cotylosaures, sont une famille éteinte d'anapsides. Ils furent particulièrement abondants à la fin du Carbonifère et au début du Permien, et s'éteignirent à la fin du Permien. Ils sont considérés comme le groupe frère des Romeriidae au sein des Eureptilia. Les Romeriidae regroupent les Diapsides et les Protorothyrididae.

Paléoécologie[modifier | modifier le code]

Ils semblent avoir été plus adaptés que leurs contemporains les Protorothyrididae à l'herbivorie. Leurs mâchoires étaient plus puissantes et mieux équipées pour déchiqueter les plantes coriaces. Les premiers captorhinidae possédaient une seule rangée de dents. mais les suivants en possédaient plusieurs.

Labidosaurus et Captorhinus, du Permien inférieur texan, étaient deux des plus célèbres. Ils possédaient ces multiples rangées de dents coniques qui leur permettaient de dévorer des mollusques ou des insectes.

Paléobiologie[modifier | modifier le code]

Autotomie[modifier | modifier le code]

En 2018, une étude par A. R. H. LeBlanc et ses collègues a montré que la partie médio-ventrale du corps des vertèbres caudales des Captorhinidae, et en particulier de Captorhinus, montrait des fentes transversales typiques d'une capacité d'autotomie caudale, c'est-à-dire que ces animaux pouvaient perdre une partie de leur queue en cas d'attaque par un prédateur, telle la queue des lézards actuels. C'est le cas le plus ancien (Permien inférieur) d'autotomie prouvé à ce jour[1],[2].

Classification[modifier | modifier le code]

En raison de l'ancienneté des Captorhinidae, les classifications demeurent relativement conjecturelles. Elles peuvent encore évoluer en fonction de la découverte de nouveaux fossiles ou de la mise au point de nouvelles modélisations taxinomiques.

La taxonomie la mieux acceptée actuellement a été fixée par deux publications récentes, Reiszorhinus olsoni, a new single-tooth-rowed captorhinid reptile of the Lower Permian of Texas de Sumida, Dodick, Metcalf et Albright (2010)[3] et A new captorhinid reptile, Gansurhinus qingtoushanensisgen. et sp. nov., from the Permian of China de Reisz, Liu, Li et Müller (2011)[4]. S'y ajoutent plusieurs adjonctions secondaires issues de publications antérieures ou de la Paleobiology Database.

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Deux Cladogrammes distincts sont envisagées par la communauté scientifique. Le premier a été mis au point en 2010 par Sumida et alii :

 Captorhinidae 

Thuringothyris




Concordia




Romeria




Protocaptorhinus




Reiszorhinus




Rhiodenticulatus




Saurorictus




Captorhinus




Labidosaurus



Labidosaurikos











Le second a été développé en 2011 par Robert R. Reisz, Jun Liu, Jin-Ling Li and Johannes Müller[4].



Paleothyris


 Captorhinidae 

Thuringothyris




Concordia




Rhiodenticulatus




Romeria




Protocaptorhinus




Saurorictus



 Captorhinus 

C. laticeps




C. aguti



C. magnus






Captorhinikos




Labidosaurus


 Moradisaurinae 

Labidosaurikos




Moradisaurus




Rothianiscus



Gansurhinus















Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A. R. H. LeBlanc, M. J. MacDougall, Y. Haridy, D. Scott & R. R. Reisz. Caudal autotomy as anti-predatory behaviour in Palaeozoic reptiles, Scientific Reports, volume 8, Article number: 3328 (2018), doi:10.1038/s41598-018-21526-3, [1]
  2. (en) « Permian Reptiles Could Detach Their Tails to Escape from Predators », sur http://www.sci-news.com/, (consulté le 7 mars 2018)
  3. (en) S.S. Sumida, « Reiszorhinus olsoni, a new single-tooth-rowed captorhinid reptile of the Lower Permian of Texas », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 30, no 3,‎ , p. 704–714 (DOI 10.1080/02724631003758078, lire en ligne)
  4. a et b Robert R. Reisz, Jun Liu, Jin-Ling Li and Johannes Müller, « A new captorhinid reptile, Gansurhinus qingtoushanensis, gen. et sp. nov., from the Permian of China », Naturwissenschaften, vol. 98, no 5,‎ , p. 435–441 (PMID 21484260, DOI 10.1007/s00114-011-0793-0, lire en ligne)
  5. (en) Nor-Eddine Jalil and Jean-Michel Dutuit, « Permian captorhinid reptiles from the Argana formation, Morocco », Palaeontology, vol. 39, no 4,‎ , p. 907–918 (lire en ligne)
  6. (en) « Baeotherates fortsillensis, A New Captorhinid Reptile from the Fort Sill Fissures, Lower Permian of Oklahoma », Oklahoma Geology Notes, vol. 58,‎ , p. 128–137
  7. a et b The Paleobiology Database: Moradisaurinae