Membre chiridien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Homologie entre la structure de l'endosquelette ichtyen (pterygium) des vertébrés à membres charnus et celui de l'endosquelette chiridien (chiridium) des premiers tétrapodes[1].

Les membres chiridiens (du grec ancien cheir « main ») sont les appendices locomoteurs articulés des vertébrés tétrapodes. Ils sont originellement au nombre de deux paires, mais peuvent être perdus secondairement, soit en partie (Amphiuma, Chalcides striatus), soit totalement (apodie chez les Serpents, les Gymnophiones…). Chez les premiers Tétrapodes, ils constituaient uniquement les pattes, permettant la marche quadrupède. Puis, en fonction de l'adoption de modes de locomotion alternatifs, le plus souvent liés à des changements radicaux de niche écologique, les membres chiridiens ont pu se spécialiser en ailes (Oiseaux, Chiroptères), en palettes natatoires (Cétacés) ou disparaître (apodie liée à la reptation)[2].

Structure[modifier | modifier le code]

Chacun des membres des tétrapodes est organisé selon un plan défini : stylopode (cuivre), zeugopode (rouge et blanc), autopode (dont le basipode).
Homologie chez les vertébrés.

Il est caractérisé par 3 segments articulés :

  • le segment proximal ou stylopode qui correspond au bras (stricto sensu), comportant l’humérus, ou à la cuisse, comportant le fémur ;
  • le segment moyen ou zeugopode qui correspond à l’avant-bras, comportant l’ulna et le radius, ou à la jambe (stricto sensu), comportant le tibia et la fibula. Ces os constitutifs du zeugopode peuvent être secondairement soudés (ex : les équidés, la jambe du hérisson) ;
  • le segment distal ou autopode qui correspond à la main ou au pied. Complexe, il se subdivise en trois sous-régions anatomiques :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Beaumont, Pierre Cassier, Daniel Richard, Biologie animale. Les Cordés : Anatomie comparée des vertébrés, Dunod, , p. 203-204.
  2. Aurélien Miralles, « Sans pattes : quand les Tétrapodes ne le sont plus vraiment… », Espèces, no 19,‎ , p. 24.

Voir aussi[modifier | modifier le code]