Broussonetia papyrifera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mûrier à papier

Le Mûrier à papier (Broussonetia papyrifera (L.) L'Hér. ex Vent.) ou Broussonétia à papier ou Mûrier d'Espagne (désuet)[1] ou encore en Nouvelle-Calédonie, Arbre à tapa, est une espèce d'arbre dioïque à feuillage caduc de la famille des Moraceae, originaire d'Asie orientale et du Sud-Est asiatique.

Le mûrier à papier est un arbre pouvant mesurer de 15 à 20 m de haut. Il possède des fibres végétales dans la couche interne de son écorce, qui depuis les premiers siècles de l’ère commune ont servi en Chine à produire du papier.

La tradition d’une production artisanale de papier de broussonétia a quasiment disparu de Chine sauf pour quelques ethnies du Yunnan (comme les Dai ou les Bai). Au Japon, le Broussonetia papyrifera (kazino-ki) est aussi utilisé avec le broussonétia hybride (B. kazinoki x B. papyrifera) ou koso. En Corée, le broussonétia hybride, est une espèce qui pousse à l’état sauvage dans l’île de Gageodo et qui est utilisée pour fabriquer le papier traditionnel hanji (voir Papier d'écorce de mûrier)[2].

En Chine, les espèces B. papyrifera et B. kazinoki qui sont très proches, ne sont généralement pas très bien distinguées[3] .

Étymologies[modifier | modifier le code]

Le nom de genre Broussonetia est dédié au médecin, ichtyologue et botaniste, Pierre Broussonet (1761, 1807), défenseur du système de nomenclature de Carl Linné et introducteur de pieds femelles de mûrier à papier de Chine à la fin du XVIIIe siècle. En 1799, Charles Louis L'Héritier de Brutelle (1746-1800) lui dédie, le genre Broussonetia de la famille des Moraceae.

L’épithète spécifique papyrifera est un mot de latin botanique formé du latin papyrus « support d'écriture en papyrus » et du suffixe -fera, du latin fero, ferre « porter » soit « qui produit un support d’écricuture ». L’étymologie de ces mots latins repose sur le grec ancien: πάπυρος, pápyros « papyrus » et sur φέρω, phérō « porter ». Le mot français papier est issu (vers 1300) du latin populaire °papilus, altération du latin classique papyrus, d’origine grecque. C’est le nom du roseau d’Égypte qui désignait aussi, la feuille mince servant de support à l’écriture (Ier siècle). Les feuilles de papyrus furent exportées d’Égypte en Europe occidentale jusque vers la fin du VIIIe siècle. Par la suite, le papyrus fut remplacé peu à peu par le parchemin, presque exclusivement en usage jusqu’au XIIe siècle, puis par le papier à chiffon, d’origine chinoise et transmis par les Arabes[4].

Nomenclature[modifier | modifier le code]

Linné a d’abord décrit cette espèce en 1753 sous le nom de Morus papyrifera L. dans Species plantarum[5]. Il cite la planche d’Engelbert Kaempfer (1712), Amoenitates Exoticae, 471, t.472, décrivant le papier de broussonétia.

Quoique l'espèce fut connue des botanistes européens et cultivée dans les environs de Paris, elle n’était présente que sous forme de spécimens mâles[6]. Par la suite, le botaniste Pierre Broussonet (1761, 1807), trouva un spécimen de la plante en Écosse, en préleva une bouture et s’aperçut que la plante était femelle. Au Muséum national d'histoire naturelle, Lamarck place alors cette espèce dans le nouveau genre Papyrius (1798). À la même époque, L’Héritier de Brutelle, un magistrat botaniste, créé lui aussi un nouveau genre, sous le nom de Broussonetia. Il sera assassiné en 1800, avant qu’il n'ait eu la possibilité de publier une description.

En 1798, le botaniste et mycologue Étienne Ventenat (1757-1808) décrit l’espèce sous le nom de Broussonetia papyrifera dans le « Tableau du règne végétal selon la méthode de Jussieu, Tome 3 », p.547-8[7]. Après avoir donné une description botanique précise, il indique que « Comme les citoyens L’Heritier et Lamarck n’ont pas encore publié la description de ce genre, c’est dans l’herbier que nous avons observé les caractères énoncés ».

La citation d’auteur dans l’encadré ci-dessus « (L.) L'Hér. ex Vent., 1799 » indique que Ventenat (abr. Vent.) est le responsable de la création du taxon et reconnait que L’Héritier de Brutelle (et Lamarck) avaient l’intention de le faire. En outre Ventenat indique aussi que l’espèce « est originaire du Japon. Cet arbre est cultivé avec succès dans plusieurs jardins des environs de Paris ».

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Tropicos, les synonymes sont[8]

  • Morus papyrifera L.
  • Smithiodendron artocarpoideum Hu
  • Papyrius papyrifera (L.) Kuntze

Description[modifier | modifier le code]

Le mûrier à papier est un arbre pouvant mesurer jusqu'à 15–20 m de haut. Son écorce grise est légèrement striée. C’est une espèce dioïque (les fleurs mâles et femelles sont sur des spécimens différents)[9].

Ses rameaux sont pubescents et laissent s'écouler un latex blanc si on les taille (ce qu'il supporte assez mal).

Ses feuilles sont disposées en spirale, avec un pétiole de 2,3–8 cm et un limbe largement ovale à étroitement elliptique-ovale, simple ou 3-5-lobé chez les jeunes arbres, de 6–18 cm de long sur 5–9 cm de large, rêche et vert sur la face supérieure, duveteuse et gris blanchâtre sur la face inférieure et à marge grossièrement dentée en scie, à base cordée et asymétrique et apex acuminé[9]. Les stipules sont largement lancéolées à étroitement ovales, membraneuses et décidues. Les jeunes sujets et les rejets ont généralement des feuilles beaucoup plus grandes et lobées qui diffèrent notablement de celles des sujets âgés[10].

L'inflorescence mâle est un chaton pendants, gris jaunâtre, oblongs, long de 5–10 cm et l'inflorescence femelle est un glomérule globuleux vert 1–2 cm de diamètre portant de nombreuses fleurs pistillées séparées par des bractées. La fleur mâle est formée d’un calice (à 4 lobes) et de 4 étamines, et la fleur femelle d’un périanthe membraneux à 2–4 lobes, d’un ovaire libre et d’un style de 3–4 mm de long.

À la fin de l'été, le glomérule laisse éclore de petits tubes orangés de 1 cm de long, à l'extrémité desquels on trouve une graine rouge d'1 à 2 mm de diamètre. On a alors une infrutescence, un « fruit » sphérique syncarpe, une « mûre » globuleuse, de 3 à 4 cm de diamètre, rouge-orangé, sucré et juteux mais très fragile. Il peut être une source importante d'alimentation pour les animaux.

Le fruit est comestible et assez bon mais trop fragile pour être commercialisé.

La floraison a lieu en avril-mai et la fructification en juin-juillet[9].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce d'arbre pionnier dioïque à croissance rapide est très probablement originaire de Chine, de Taïwan et de l'Asie du Sud-Est continentale[11]. Mais en raison de la longue histoire de son usage, de considérables divergentes existent dans la littérature botanique sur l’ampleur de sa distribution.

Espèce originaire d'Asie tempérée et tropicale (Flora of China[9]):

Utilisations[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La multiplication du mûrier à papier se fait par graines ou boutures (de 8–12 cm prélevées en fin d’été). Il se sème au printemps, et sous verre dans les latitudes européennes. Une fois bien enraciné, il peut résister à environ −12 °C.

De croissance assez rapide, il est tolérant à la sécheresse une fois installé (fréquent en Provence). Il supporte bien les terres calcaires, mais pas les excès d'humidité. Ses racines émettent des rejets même à longue distance, ce qui le rend envahissant.

Le mûrier à papier est souvent employé pour ombrager les terrasses dans le Midi[10].

En Asie, quand il est recherché pour sa fibre, il est cultivé aussi bien en terrain plat, ce qui permet une récolte facile, qu’à flanc de colline, où les terrains sont moins prisés pour les autres cultures. Il s’accommode aussi bien des terres sèches que des terrains humides. Sa culture est assez facile mais celle du Brousonnetia kazinoki étant plus simple, les deux espèces sont souvent plantées en mélange dans les champs. Les arbustes cultivés donnent de meilleures fibres que les arbustes sauvages ; celles-ci sont épaisses, longues et résistantes. La récolte des tiges peut avoir lieu chaque année. Les arbustes fournissent des écorces utilisées depuis toujours en Asie orientale et dans l’arc pacifique. Elles sont principalement employées dans la fabrication du papier, mais aussi en médecine traditionnelle comme le sont les feuilles et les fruits de l’arbuste[2].

Papier d'écorce[modifier | modifier le code]

Les fibres de Broussonetia papyrifera sont regroupées en faisceaux dans la couche interne de son écorce. Elles sont formées de cellules minces et creuses atteignant une longueur étonnante de 25 cm et sont associées aux cellules du phloème qui transportent les nutriments. Ces longues fibres peuvent être aisément séparées du tissu parenchymateux. Grâce à cette propriété, le papier fabriqué avec ces fibres végétales est très résistant tout en restant parfaitement doux[6].

Les trois grandes traditions de fabrication sont celles de la Chine, du Japon et de la Corée.

Se reporter à cet article, pour des informations historiques, terminologiques, et sur les différences entre les techniques papetières de Chine, du Japon et de la Corée.

Durant deux à trois siècles, les premiers papiers à être fabriqués en Chine le furent avec des fibres de chanvre, de ramie ou de lin. En l’année 105 de l’ère commune, le haut fonctionnaire Cai Lun, propose une innovation pour fabriquer du papier, se résumant à pilonner des écorce de mûrier avec des morceaux de chanvre, de vieux chiffons et filets de pêche. Cette innovation fut décisive pour assurer le succès de la diffusion du papier. Les papiers de broussonétia seront assez couramment utilisés sous les Tang (618-907) pour copier les sutras bouddhistes. Les anciens supports de l’écriture, les lattes de bambou et la soie, respectivement trop lourds et trop chère, s’effacèrent peu à peu devant le papier.

En Chine, trois caractères (et leur variant) ont été utilisés dans les anciens textes pour désigner les mûriers à papier: 构 (構) gòu, 楮 chǔ et 榖 gǔ. Ils désignaient suivant les lieux et les époques de manière générique le mûrier à papier, sans faire de distinction entre les trois espèces de Broussonetia actuellement distinguées par les botanistes : 1) Broussonetia papyrifera L’Hér. ex Vent., 2) Broussonetia kazinoki Siebold, 3) B. kazinoki × B. papyrifera (hybride)[n 2]. Comme il n’est pas d’usage, dans la langue écrite habituelle (non technique) de mélanger l’écriture en alphabet latin avec les caractères chinois, les botanistes de Flora of China sont convenus de donner les noms vulgaires lexicalisés de 构树 Gòushù au B. papyrifera[12] et de 楮树 Chǔshù au B. kazinoki[13] alors que la forme hybride (3) n’étant pas utilisée en Chine n’a pas reçu de nom spécifique (si ce n’est le descriptif 杂交构树 Zájiāo gòushù « hybride de broussonétia »). La créativité des artisans papetiers chinois, sur un territoire immense, a produit au cours des siècles, une multitudes de procédures de production de papier à écorce fabriqués à partir de mûriers à papier sauvages. Mais peu ont survécu au boom économique qui a suivi le programme de réforme économique chinoise de Deng Xiaoping dans les années 1980.

Pour avoir une description concrète du processus de fabrication du papier à écorce de Broussonetia, nous allons nous appuyer sur une enquête de terrain d’un universitaire de Pékin, Zhu Xia, effectuée dans une communauté de l’ethnie Dai, à Mengding zhen, au sud-ouest du Yunnan (près de la frontière birmane), qui fabrique depuis des siècles du papier avec de l’écorce de Broussonetia (桑科构皮(楮皮) sangke goupi (chupi) dit l'auteur) « écorces de Broussonetia de la famille des Moraceae » selon une méthode traditionnelle[14]. En 2003, il y avait environ 30 à 50 familles du village de Mangtuan qui fabriquaient du papier toute l’année et les autres le faisant à temps partiel. Ce sont les femmes qui sont responsables des ateliers de papeterie et effectuent les travaux. Les hommes peuvent à l’occasion donner un coup de main. Elles se fournissent en écorces de mûrier à papier à partir d’arbres sauvages. Comme il n’y en a plus près du village, elles les achètent aux communautés d’ethnies Wa et Lahu situées à 30 km de leur village où les arbres sauvages n’ont pas encore disparu. Les autres villages dai du Yunnan qui produisent aussi du papier achètent généralement les fibres de broussonétia (goupi) sèches encore plus loin puisque beaucoup se fournissent en écorces sèches en provenance du Laos ou de la Birmanie[15].

La procédure de fabrication du papier d’écorce de broussonétia peut être décomposée en 11 étapes[14],[n 3], les deux premières étapes ne sont pas faites à Mangtuan:

3. Tremper les longs rubans de fibres de Broussonetia dans la rivière
7. Martelage de la pulpe: placez les fibres de Broussonetia sur un gros galet plat, et martelez avec deux gros maillets
8. Confection de feuille: la papetière tapote la surface de l'eau pour disperser la pulpe sur le tamis tendu de gaze, posé dans une cuve de 8 cm de profondeur
10. Calandrage: frotter un bol de porcelaine retourné sur la feuille
  • 1. Couper des branches: dans la forêt, au printemps, coupez des branches de mûrier à papier (de 2–3 cm de diamètre), faites-en des fagots pour les transporter
  • 2. Peler: écrasez à coup de marteau l’extrémité d’une branche, saisissez un bout d’écorce dégagé et tirez fortement pour en détacher un long ruban d’écorce arraché tout le long de la branche, grattez la couche externe de l’écorce (grise et verte en dessous) avec un couteau pour l’éliminer et ne garder que la couche interne comportant des fibres libériennes et les mettre à sécher au soleil. Commercialisez.
  • 3. Tremper : regrouper les rubans d’écorces achetées en gerbes, pour les plonger dans la rivière qui court au bord du village pendant une nuit (ou plus), les couvrir d’une grosse pierre pour les plonger dans l’eau
  • 4. Mélanger avec des cendres d’herbes et de bois: après avoir retiré les écorces de la rivière, il est nécessaire d’étaler uniformément les cendres sur les écorces. Une couche d’écorces et une couche de cendres sont mélangées à part égale sur le sol. Cette alcalinisation des fibres assurera un papier plus blanc
  • 5.Étuver : au bord de la petite rivière, mettez les écorces mélangées avec de la cendre végétale dans un grand wok, ajoutez un peu de cendre, allumez le feu et couvrez avec une toile de chanvre pour maintenir la température. Chaque wok peut contenir plus de 20 kg d’écorces. Cuire à la vapeur dans le wok pendant 6 à 7 heures. Après ébullition, l’eau est jaunie et l’écorce s’est désintégrée en floculant. Vous pouvez également durant la cuisson, ajouter des cendres végétales.
  • 6. Laver: on repêche les bandes d’écorces du wok avec un bâton de bambou, et on les lave dans la rivière une à une, on gratte les cendres collées avec une spatule de bambou
  • 7. Marteler la pulpe: placez les fibres sur un gros galet plat, et martelez-les avec un ou deux gros maillets, pendant une demie heure, pour 1 à 2 kg de fibres. Il faut retourner la pâte régulièrement jusqu’à ce qu'elle se transforme en une pulpe fine, avec les fibres semi-séparées. La pulpe devient très molle et se dispersera facilement dans l’eau
  • 8. Confectionner des feuilles: la papetière dai utilise une forme fixe[n 4], un tamis constitué d’un cadre en bambou sur lequel est tendu un morceau de gaze, de 76 cm sur 66 cm. Elle pose le tamis au fond d’une cuve d’eau de 8 cm de profondeur (et le maintient au fond en posant une pierre sur le cadre), puis elle met dans l’eau une boule de pulpe qu’elle disperse aux quatre coins en tapotant des doigts pour la répartir régulièrement sur le tamis. Tout en continuant à tapoter à la surface de l’eau, elle élimine du bout des doigts les quelques impuretés qu’elle aperçoit - plus la pulpe sera dispersée uniformément, meilleure sera la qualité du papier. Elle enlève la pierre sur le cadre du tamis et le soulève en le maintenant horizontalement, elle le pose sur le bord de la cuve pour qu'il s'égoutte. Cette étape est la plus délicate et demande un vrai savoir faire
  • 9. Sécher au soleil: appuyer le tamis (avec sa feuille de papier) le long d’un mur dans la cour, au soleil, 1 à 2 heures de séchage suffisent ; en cours de séchage retournez le tamis la tête en bas pour uniformiser l’humidité
  • 10. Calandrer: lorsque la feuille de papier est à moitié sèche, prendre un bol en porcelaine, appliquez le sur la feuille en le retournant ouverture vers la feuille, et déplacez le doucement de haut en bas pour bien lisser et lustrer la surface
  • 11. Décoller le papier: ramenez le tamis dans la maison, commencez à décoller un coin de la feuille avec une spatule de bois pointue puis décollez doucement la feuille du tamis; les feuilles sont disposées en pile de 10.

La méthode de confection des feuilles dite par 浇纸 jiāo zhǐ « papier versé » est une méthode originaire du sous-continent indo-pakistanais. Largement répandue en Asie du Sud, en Asie du Sud-Est et au Tibet, elle est complètement différente de la méthode de fabrication traditionnelle chinoise du papier. La gaze utilisée pour le tamis a l’inconvénient de coller à la feuille de papier fraîche, et d’obliger la papetière à laisser la feuille sur le tamis, le temps du séchage et du calandrage. Pour produire en série des feuilles, il faut disposer de nombreux tamis d’avance. Une autre spécificité de cette communauté est d’utiliser des cuves peu profonde (8 cm).

Selon l’enquête de Zhu Xia de 2003, la production annuelle de Mengtuan en « papier baimian » 白绵纸 Báimiánzhǐ, est d’environ 200 000 feuilles.

Le papier de broussonétia fabriqué à Mangtuan, est lisse, résistant aux parasites du livre, d’une grande blancheur et solide. Il est principalement utilisé pour les Écritures bouddhistes dai, des temples birmans de la région et des pays voisins, Thaïlande et Birmanie, dans lesquels il est exporté. La résistance de ce papier fait main aux parasites du livre est bien meilleure que celle du papier industriel. Il est aussi utilisé comme papier à découper utilisé lors de cérémonies religieuses. Plus au sud, la région du Xishuangbana produit du thé pu-erh. Les populations dai qui sont majoritaires dans cette région se sont naturellement efforcées de produire un papier pour l’emballage des galettes de thé de qualité, en particulier avant le développement de l’industrie du papier. Mais ce papier est toujours apprécié aujourd’hui par les producteurs de thé de qualité supérieure ou pour mettre en valeur la dimension artisanale de leur produit[15],[16].

Autrefois en Indonésie, le papier tiré de l'écorce, appelée daluang ou dluwang, servait de support à l'écriture. À Java, son usage remonterait au IXe siècle[17]. Le plus ancien manuscrit en langue malaise existant dans le monde, le manuscrit de Tanjung Tanah, qui daterait du XIVe siècle apr. J.-C., est écrit sur du daluang[18].

Textile[modifier | modifier le code]

Des étoffes d’écorce battue (des tapa) ont été fabriquées dans les régions du Sud et du Sud-ouest de la Chine[2]. Au IIIe siècle, le « Commentaires sur les plantes, les oiseaux, les bêtes sauvages, les insectes, et les poissons dans le Livre des odes »[n 5] indique à propos du mûrier à papier que « L’écorce est transformée en une sorte de tissu (布 bu) ou bien, après avoir été pilonnée, [transformée] en papier (纸 zhi) que l’on appelait 榖皮纸 gupizhi « papier d'écorce de mûrier à papier » (Hu et al[19], 2018). Le médecin naturaliste Li Shizhen dans son ouvrage Bencao gangmu (1593) indique que « Les gens de Wuling fabriquaient des vêtements en écorces de mûrier à papier (楮皮 chupi) qui sont très solides »[19]. Il mentionne aussi que l’ethnie Li (黎族 Lizu) de l’île de Hainan, « fabriquait des vêtements avec de l’écorce de bois » . Le 20 mai 2006, la technique de fabrication de tissu d’écorce (ou tapa) des Li a été incluse dans la Liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité en Chine[19].

En Polynésie et en Nouvelle-Calédonie, le tapa est un tissu à base de mûrier à papier pour le textile blanc et d'arbre à pain (uru en tahitien) ou de Ficus prolixa pour la couleur rouge-brun. On les fabrique dans la région du Pacifique.

Jadis, en Nouvelle-Calédonie, le tapa représentait une monnaie d'échange, ainsi qu'un support pour transmettre des messages tels que des invitations à des cérémonies. Les cache-sexe et les turbans que portaient les hommes organisant le deuil étaient en tapa[20].

Masi est le nom donné au mûrier à papier dans les îles Fidji, où il a été importé par les explorateurs. Son écorce y est utilisée pour faire des vêtements, eux aussi appelés masi, qu'on décore avec des motifs traditionnels. Ces vêtements sont portés lors des cérémonies importantes (naissances, mariages, enterrements).

Alimentation animale[modifier | modifier le code]

Les feuilles de mûrier à papier sauvages servent à nourrir les cochons. Elles sont riches en protéines, vitamines et en fibres. Les jeunes feuilles peuvent être séchées à l’air, écrasées et stockées dans des sacs qui serviront à l’alimentation des cochons durant l’automne et l’hiver[21].

Allergie[modifier | modifier le code]

Au printemps, le mûrier à papier peut produire une grande quantité de pollen durant une courte période. La proximité de cet arbre peut donc provoquer des allergies au pollen[22].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. sur la base l'analyse phylogéographique de l'espaceur intergénique ndhF - rpl32 du chloroplaste , Chang et al. ( 2015) ont démontré que le mûrier à papier du Pacifique est originaire du sud de Taïwan
  2. voir la bibliographie dans Papier d'écorce de mûrier
  3. 采料 cǎi liào, cueillir、晒料 shài liào, sécher、浸泡 jìnpào, tremper、拌灰 bàn hu, mélanger avec des cendres、蒸煮 zhēngzhǔ, étuver, 洗涤 xǐdí, laver、捣浆 dǎo jiàng, piler la pâte, 浇纸 jiāo zhǐ, verser la feuille, 晒纸 shài zhǐ, sécher, 砑光 yà guāng, calandrer, 揭纸 jiē zhǐ, décoller les feuilles,
    voir la vidéo 古法造纸合集
  4. variante de la forme utilisée au Tibet, voir Fabrication de papier tibétain
  5. Máo shī cǎomù niǎo shòu chóng yú shū《毛诗草木鸟兽虫鱼疏

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Référence Tela Botanica (France métro) : Broussonetia papyrifera
  2. a b et c Claude Laroque, Université Paris I Panthéon Sorbonne en collaboration avec des instituts partenaires en Chine, Corée et au Japon, « Broussonetia papyrifera (L.) L’Hér. ex Vent. », sur Khartasia (consulté le )
  3. 易晓辉 [Yi Xiaohui], « 传统手工纸的纤维原料及其分类 [Les sources des fibres papetières du papier traditionnel fait main et leur classification] » (consulté le )
  4. (direction) Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française (tome I, II), Le Robert,
  5. Carl Linné, Species plantarum :exhibentes plantas rite cognitas,..., Holmiae, Impensis Laurentii Salvii, (lire en ligne)
  6. a et b Christine Barker, « Broussonetia papyrifera », Curtis’s Botanical Magazine, vol. 19, no 1,‎ , p. 8-18
  7. Étienne-Pierre Ventenat, Tableau du règne végétal selon la méthode de Jussieu, Tome 3, impr. de J. Drisonnier (Paris), (lire en ligne)
  8. (en) Référence Tropicos : Broussonetia papyrifera (+ liste sous-taxons)
  9. a b c et d (en) Référence Flora of China : Broussonetia papyrifera
  10. a et b Gaëtan du Chatenet, Pierrette Bauer-Bovet, Guide des Arbres et Arbustes exotiques de nos parcs et jardins, Delachaux & Niestlé, , 318 p.
  11. a et b Kuo-Fang Chung, Wen-Hsi Kuo, Yi-Hsuan Hsu, Yi-Hsuan Li, Rosario Rivera Rubite & Wei-Bin Xu, « Molecular recircumscription of Broussonetia (Moraceae) and the identity and taxonomic status of B. kaempferi var. australis », Botanical Studies, vol. 58, no 11,‎ (lire en ligne)
  12. « Broussonetia papyrifera 构树 gou shu », sur Flora of China (consulté le )
  13. « Broussonetia kazinoki 楮 chu », sur Flora of China (consulté le )
  14. a et b 朱 霞 ( 北京师范大学 中文系 ,北京 100875) Zhu Xia (Chinese Department of Beijing Normal University ,Beijin 100875 , China), « 云南孟定傣族的传统手工造纸 », 广西民族学院学报(自然科学版) JOURNAL OF GUANGXI UNIVERSITY FOR NATIONALITIES, vol. 9, no 1,‎ (lire en ligne)
  15. a et b « Confection du papier traditionnel dai », sur thés et cultures de Chine (consulté le )
  16. « 傣族村妇造3X6米手工纸 一张能卖300元 [Une femme d’un village Dai fabrique du papier artisanal de 3x6m qui peut être vendu pour 300 yuans la feuille] », sur kknews 2017-08-22 (consulté le )
  17. René Teygeler, "Dluwang, a Javanese/ Madurese tapa from the paper-mulberry tree", IIAS Newsletter 6, automne 1995.
  18. "Uli Kozok: Discoverer of world's oldest Malay manuscript", The Jakarta Post, 19 janvier 2008.
  19. a b et c 胡艳敏 ; 彭献军 ; 沈世华 [Hu Yanmin, Peng Xianjun, Shen Shihua], « 从古代科技史角度审视构树的多重文化内涵及应用价值 [Multiculture and Values of the Paper Mulberry from the Perspective of Ancient China's Science and Technology] », 北京林业大学学报(社会科学版) [Journal of Beijing Forestry University(Social Sciences)], vol. 17, no 2,‎ , p. 41-46 (lire en ligne)
  20. Emmanuel Kasarhérou, Béalo Wedoye, Roger Boulay, Claire Merleau-Ponty, Guide des plantes du chemin kanak, Nouméa, Agence de développement de la culture kanak, , 77 p. (ISBN 9782909407760), p. 62-63
  21. « 我打算用野生构树叶喂猪,请问大家有没有好的建议和方法? » (consulté le )
  22. « 如何判断自己花粉过敏?容易造成花粉过敏的植物有哪些 ? », sur Tuliu.com (consulté le )

Liens internes[modifier | modifier le code]

Entrées de Wikipedia traitant de la fabrication du papier. Celles marquées de ** comportent des dessins à l’encre illustrant le processus de fabrication du papier.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :