Chaton (botanique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaton.
Chaton mâle de saule

En botanique, le chaton est une inflorescence souple, généralement pendante, caractéristique de certains arbres appartenant aux familles des Salicacées, des Fagacées des Bétulacées et des Moracées.

Ces plantes qui portent des chatons en guise de fleurs sont dites « amentifères » (le terme ament est en effet utilisé par les anglo-saxons comme synonyme de chaton). Du point de vue taxonomique, le groupe des Amentiferae est plus connu sous le terme de Hamamelididae. Cette sous-classe est cependant obsolète dans la classification phylogénétique car elle constitue un groupe polyphylétique[1].


Il peut s’agir d’inflorescences simples, en fait des épis particuliers, comme chez le saule. Les fleurs mâles et femelles sont séparées : il y a des chatons mâles et des chatons femelles. Ils portent des fleurs simplifiées insérées à l’aisselle des bractées, sans périanthe (c’est-à-dire ni pétales, ni sépales), les fleurs mâles sont réduites aux étamines, et les fleurs femelles aux ovaires.

Dans d’autres cas, ce sont des inflorescences composées, comme chez le bouleau (où le chaton est un épi de cyme).

Les chatons apparaissent au tout début du printemps, généralement avant l’apparition des feuilles.

Chez les amentifères, la pollinisation est anémophile, c’est-à-dire que le transport du pollen, très abondant, est confié au vent. C’est pour l’homme une source d’allergies.

Chez le ginkgo, inflorescences mâles et femelles sont présentes sur des individus séparés (diécie) : les individus mâles portent des chatons et les individus femelles des ovules non inclus dans une graine.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Savolainen, V., M. W. Chase, S. B. Hoot, C. M. Morton, D. E. Soltis, C. Bayer, M. F. Fay, A. Y. De Bruijn, S. Sullivan, and Y.-L. Qiu. 2000. Phylogenetics of flowering plants based on combined analysis of plastid atpB and rbcL gene sequences. Syst Biol 49:306-362.

Sur les autres projets Wikimedia :