Wisteria sinensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Glycine de Chine

Wisteria sinensis ou glycine de Chine, est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Fabaceae, sous-famille des Faboideae, originaire de Chine.

Ce sont des plantes grimpantes, pouvant atteindre 10 m de haut. L'espèce a été introduite au début du XVIIIe siècle en France par Dominique Parrenin[réf. nécessaire] et en Grande-Bretagne par le capitaine Robert Welbank en 1816[1],[2]. Suivant J. Compton, dix ans environ après son arrivée en Angleterre, la glycine de Chine a été importée en France à partir de l’Angleterre. Elle aurait été cultivée dans les jardins de Jean-François Boursault (28 rue Blanche à Paris, en 1825) et de François Cels[3].

La glycine de Chine est une plante ornementale appréciée dans les régions tempérées pour sa floraison printanière abondante et parfumée. Elle fait aussi partie des plantes lianescentes utilisées par les papetiers chinois pour produire un papier traditionnel très en vogue sous la dynastie Tang (618-907) mais ayant progressivement disparu après le Xe siècle.

Étymologie et nomenclature[modifier | modifier le code]

Le nom de genre Wisteria a été dédié à Caspar Wistar (1761-1818) professeur d’anatomie à l’université de Philadelphie.

L’épithète spécifique sinensis est mot latin récent indiquant « originaire de Chine ».

Le nom glycine est un dérivé savant (1744) du grec glukus γλυκυς « doux », en raison de l’élément visqueux que cette espèce de plante contient.

En 1819, l’espèce fut décrite et nommée Glycine sinensis par le médecin et botaniste britannique John Sims[4]. En 1825, le botaniste suisse, Augustin-Pyramus de Candolle fait passer l’espèce dans le genre Wisteria dans Prodomus systematis[5].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Glycine, glycine commune, glycine de Chine, wistérie, wistérie de Chine[6].
  • 紫藤 Zǐténg, (morph. mauve.liane) en chinois.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Powo (Kew)[7], les synonymes sont :

  • Glycine sinensis Sims
  • Glycine chinensis Sims
  • Kraunhia sinensis (Sims) Greene[8]
  • * Rehsonia brevidentata (Sims) Stritch
  • Rehsonia sinensis (Sims) Stritch
  • Rehsonia villosa (Sims) Stritch
  • Wisteria brevidentata Rehder
  • Wisteria consequana Sabine
  • Wisteria polystachya K.Koch
  • Wisteria praecox Hand.-Mazz.
  • Wisteria sinensis var. alba Lindl.
  • Wisteria sinensis var. brevidentata (Rehder) J.Compton & C.Lane
  • Wisteria sinensis var. villosa (Rehder) J.Compton & C.Lane
  • Wisteria villosa Rehder

Liste des variétés[modifier | modifier le code]

Selon Tropicos (11 juin 2013)[9] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • Wisteria sinensis var. albiflora Lem.
  • Wisteria sinensis var. sinensis
  • Wisteria sinensis var. violaceo-plena C.K. Schneid.

Description[modifier | modifier le code]

Fleur vue en coupe.
Graines.
Feuille.

La glycine de Chine est un arbuste lianescent, aux feuilles caduques, dont les tiges volubiles peuvent atteindre 30 mètres de long et 20 cm de diamètre. Les jeunes rameaux sont densément poilus, les tiges plus âgées sont plus glabres[10],[11]. Cette plante forme de grandes colonies clonales qui se développent à partir de rhizomes souterrains épais et de racines adventives. La glycine de Chine grimpe autour d’un support de façon senestre[n 1]. Cet enroulement senestre est relativement rare parmi les plantes à fleurs, et la glycine du Japon, Wisteria floribunda, qui lui est étroitement apparentée, s’enroule de façon dextre[12].

Les feuilles, alternes, composées imparipennées, peuvent atteindre 40 cm de long. Chaque feuille compte de 7 à 13 folioles (contre 13 à 19 folioles chez Wisteria floribunda), ovales à elliptiques, de 10 cm de long sur 6 cm de large, aux marges entières et à la base arrondies. Les folioles sont couvertes de poils soyeux lorsqu'elles sont très jeunes et deviennent presque glabres par la suite. Le pétiole atteint 10 cm de long, avec une base enflée (pulvinus)[11].

L'inflorescence est une longue grappe retombante, pouvant atteindre 30 à 40 cm de long (jusqu'à 50 cm et plus chez Wisteria floribunda) et regroupant de nombreuses fleurs.

Les fleurs, de type papilionacé, voyantes et légèrement odorantes, de 2,5 cm de long environ, sont de couleur lilas très pale à plus ou moins foncé, parfois blanche[11].

La floraison se produit généralement tôt au printemps, avant l'apparition des nouvelles feuilles, et on assiste le plus souvent à une deuxième floraison discrète en été ou en automne[11]. Le fruit est une gousse brune, velue et dense, atteignant 15 cm de long, et contenant 1 à 3 graines. La gousse est souvent renflée autour des graines. Celles-ci sont lisses, brunes et aplaties[11].

Toutes les longueurs données dans cette section sont plus grandes que celles données pour l’espèce sauvage de Chine par Flora of China[13].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition originelle de Wisteria sinensis se situe en Chine, dans les provinces de Anhui, Fujian, Guangxi (Nord-Est), Hebei, Henan, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Shaanxi, Shandong, Shanxi (Sud), Zhejiang [13]. Dans son aire naturelle, la plante se rencontre dans les forêts de montagne, entre 500 et 1 800 mètres d'altitude. Elle est par ailleurs largement cultivée dans diverses régions tempérées situées au-delà de son aire de répartition naturelle[13].

Propriétés[modifier | modifier le code]

Les graines de ces deux espèces contiennent de la wistarine, glycoprotéine de type lectine, toxique. Des intoxications sont signalées dans la littérature et concernent des enfants ayant consommé des graines. Ce sont donc des plantes qu'il faut considérer comme toxiques.

En ce qui concerne les chevaux , une absorption de feuillage ainsi que de rameaux provoque une sensation observée de brûlures à un point tel qu'il leur est impossible de s'abreuver ainsi que de se nourrir durant 2 à 3 jours.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Plante ornementale[modifier | modifier le code]

Les glycines sont des plantes ornementales très fréquemment cultivées dans les régions tempérées, pour leur floraison abondante et parfumée. Elles sont palissées contre les murs ou courent sur des clôtures ou sur des pergolas.

Plantation[modifier | modifier le code]

Le moment approprié pour planter la glycine est le printemps ou l'automne. Un terreau normal mélangé à un peu de compost lui suffit. Ensuite, arrosez bien et appliquez une couche de paillis. Après la plantation, il peut s'écouler quelques années avant la première floraison[14].

Lorsque vous plantez de la glycine, utilisez des treillis très robustes et bien ancrés dans le sol, afin que la plante ne les fasse pas tomber au fil des ans. Des cordes ne seront pas suffisantes pour la glycine, qui pousse vigoureusement, et seront simplement arrachées du mur en quelques années. Au bout de quelques années, il n'est plus possible de retirer le tuteur, car la plante grimpante se lie complètement au cadre avec le temps. Attention: Ne placez pas de plantes près des tuyaux d’évacuation des eaux et veillez à ce qu'elles ne s'enroulent pas autour des gouttières. Les pousses épaisses et tortueuses de cet arbuste, qui croissent vigoureusement sont capables d'écraser même les tuyaux et les gouttières en métal. Faites également attention au plâtre fissuré: la glycine peut l’infiltrer[14].

Entretien[modifier | modifier le code]

Comme la glycine est assez sensible à la sécheresse, il faut arroser la plante à temps si la chaleur persiste, surtout au printemps avant la floraison, ou elle perdra ses boutons floraux. Évitez les fertilisateurs riches en azote, car la glycine synthétise son propre azote grâce aux bactéries nodulaires présentes sur les racines. Un apport excessif d'azote entraînerait une croissance accrue des feuilles et des pousses au détriment de la formation des fleurs. Conseil: Afin de limiter la force d'étranglement des sarments de la glycine, il est conseillé de dérouler chaque année les jeunes sarments souples enroulés autour du tuteur, et de les guider tout droit le long de celui-ci afin qu'ils exercent moins de pression[14].

Multiplication[modifier | modifier le code]

La glycine doit toujours être propagée par bouture, car les glycines propagées par semis auront une floraison nettement réduite. Ces plantes ne fleurissent généralement qu'après plus de dix ans, et jamais aussi abondamment que les spécimens greffés. En raison des meilleures caractéristiques de croissance et de floraison, il est préférable d'acheter des spécimens greffés dans des magasins spécialisés[14].

Maladies et parasites[modifier | modifier le code]

Outre les ravageurs classiques tels que les trétranyques et les pucerons, les campagnols aiment aussi se nourrir des racines du glycine. Si l'on sait que le lieu de plantation est fréquenté par les campagnols, la plante doit être plantée dans un panier protecteur robuste[14].

Fabrication de papier[modifier | modifier le code]

Les fibres libériennes de la glycine de Chine ont joué un rôle mal connu et limité dans le temps, dans la longue histoire de la fabrication du papier en Chine.

Les premiers papiers sont apparus en Chine sous la dynastie Han (de -206 à +220). Ils furent d’abord fabriqués à partir de fibres de chanvre tirées de vieux chiffons[15]. Au cours des siècles suivants, les papetiers passèrent de l’utilisation de chiffons à l’exploitation directe des fibres du chanvre (dama 大麻, Cannabis sativa L.) et du mûrier à papier (gu 榖, chu 楮, Broussonetia papyrifera L.). Ils essayèrent aussi les fibres extraites de la ramie (zhuma 苎麻, papier de ramie L.), du lin (yama 亚麻, Linum usitissimum L.), et du jute (huangma 黄麻, Corchorus capsularis L.). Sous l’influence de Cai Lun, un haut fonctionnaire mort en 121, la diffusion d’une nouvelle procédure de fabrication de papier avec de l’écorce de mûrier à papier put se répandre largement.

Durant la dynastie Jin (265-420), les nouveaux papiers de fibres végétales remplacent peu à peu les lattes de bambou et les bandes de soie utilisés jusque-là comme support de l'écriture. Ce succès incite les papetiers à rechercher de nouvelles fibres végétales papetières. Leurs innovations vont porter sur les « plantes lianescentes ». Il s’agit d’un groupe de plantes dont le nom chinois se termine par le caractère teng 藤[16],[17], comme 紫藤 ziteng la glycine (Wisteria sinensis), 南蛇藤(黑藤)nánshéténg (hēiténg) Celastrus orbiculatus, baiteng 白藤 Calamus tetradactylus , 青藤 qingteng (Sinomenium acutum), 葛藤 géténg Kudzu (Pueraria montana var. lobata) etc. En chinois classique le caractère teng 藤, employé isolément sans déterminant, peut désigner le « rotin ». À l’époque contemporaine, toutes les espèces de rotin du genre Calamus (palmiers grimpants à rotin) ont reçu un nom vulgaire normalisé par Flora of China, se terminant par teng 藤 (ce qui permet d’éviter de mélanger l’écriture alphabétique romaine avec les caractères chinois). Et toutes les espèces de Wisteria de Chine possède aussi le caractère teng 藤 dans leur nom. Toutes ces plantes servent à fabriquer du papier de rotinoïde[n 2] tengzhi 藤纸 (appelé par Yi Xiaohui[16] du papier d’écorce de rotinoïde tengpizhi 藤皮纸).

L’histoire des anciens papiers a été écrite par des lettrés qui s’intéressaient particulièrement à des papiers apprêtés et décorés qu’ils avaient utilisés dans leur pratique épistolaire, poétique ou calligraphique ou qu’ils avaient pu voir dans leurs hautes fonctions administratives. Jean-Pierre Drège[17] a donné un bon aperçu de l’ardeur érudite des lettrés à collecter les différents noms de papiers ayant servi à tel type de fonctionnaires, pour tel type d’édit, à telle époque:

« Au début des Tang, pour écrire les annonces relatives aux ministres et aux fonctionnaires, on utilisait du papier « à l’or fondu » ainsi que du papier « au phénix d’or ». Pour les autres, on se contentait de papier « aux poissons » et de papiers à fleurs...Les encouragements aux armées...employaient du papier de chanvre jaune. Pour les texte d’offrande au palais Taiqing et dans le temple taoïste, on se servait du papier de rotin bleu [sur lesquels] on écrivait en vermillon » (Quatre répertoires du studio des lettres, par Su Yijian (958-996), traduit par Drège[17])

Le texte se poursuit de cette manière sur des dizaines de pages. J-P. Drège ne traduit pas à proprement parler le nom des plantes en chinois mais donne ce qu’en linguistique on appelle un calque lexical. Il fournit une traduction morphème à morphème, ainsi le papier de « chanvre jaune » (黄麻 huangma jaune.chanvre) pourrait être fait de jute (Corchorus capsularis famille des Tiliaceae), et le papier de « rotin bleu » (青藤 qingteng) fait de Sinomenium acutum (famille des Menispermaceae).

Les lettrés qui ont laissé ces témoignages manifestaient très peu d’intérêts pour les techniques de fabrication. Ce n’est qu’à partir du Tiangong Kaiwu (天工開物) publié en 1637, qu’une encyclopédie des processus de production donne des explications éclairées par des illustrations.

Durant la dynastie Tang (618-907), l’essor du papier s’accompagna d’une prodigieuse diversification des matières premières. Le bambou entra aussi en scène, mais c’est un peu plus tard, durant la dynastie Song (960-1279) qu'il s’est imposé et s’est substitué aux chanvroïdes (chanvre, ramie, jute...), aux rotinoïdes (glycine, rotin (Calamus) , Sinomenium...) et même en partie aux mûriers à papier[17]. Voir la classification des papiers traditionnels chinois.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. pour un observateur qui regarde une tige enroulée sur un support vertical, la tige monte (au cours de sa croissance) de sa gauche vers sa droite dans la partie visible de l’hélice
  2. le terme rotinoïde est préférable à plante lianescente, car il correspond bien à l’étymologie de teng 藤. Le terme est construit sur rotin, suivi du suffixe -oïde « qui ressemble à »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Royal Horticultural Society (Great Britain), Transactions of the Horticultural Society of London, volume 1, numéro 6, Horticultural Society of LondonThe Society, (lire en ligne), p. 460-464.
  2. Verhaeghe, P. 2004. Clef des plantes sarmenteuses rustiques en Belgique. Taxonomania 11:1-26.
  3. James A. Compton, « Wisteria sinensis on the slow boat from China : the journey of Wisteria to England », Curtis’s Botanical Magazine, vol. 32, nos 3/4,‎
  4. John Sims, « Glycine sinensis », Curtis's botanical magazine, vol. 46,‎ (lire en ligne)
  5. Augustin Pyramus de Candolle, Prodromus systematis naturalis regni vegetabili, ..., Parisii : Sumptibus Sociorum Treuttel et Würtz, 1824-73, (lire en ligne)
  6. (en) « Wisteria sinensis (WSTSI)[Overview] », sur EPPO Global Database, Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP) (consulté le ).
  7. (en) Référence Plants of the World online (POWO) : 60459148-2 Wisteria sinensis (Sims) DC.
  8. USDA, Agricultural Research Service, National Plant Germplasm System. Germplasm Resources Information Network (GRIN-Taxonomy). National Germplasm Resources Laboratory, Beltsville, Maryland., consulté le 7 mai 2019
  9. Tropicos.org. Missouri Botanical Garden., consulté le 11 juin 2013
  10. Joel Reynaud, La flore du pharmacien, éd. TEC et DOC, 2002.
  11. a b c d et e (en) K.A. Langeland et al., « Wisteria sinensis (Sims) Sweet - Identification and Biology of Nonnative Plants in Florida’s Natural Areas - 2e édition », sur UF / IFAS Center for Aquatic and Invasive Plants, (consulté le ).
  12. Robyn J. Burnham, University of Michigan, « Wisteria sinensis », sur Climbers (consulté le )
  13. a b et c (en) Référence Flora of China : Wisteria sinensis (Sims) Sweet
  14. a b c d et e « Plantation, taille et soins de la glycine de Chine (Wisteria sinensis): - Mein schöner Garten », sur www.monjardin.fr (consulté le )
  15. Pan Jixing, The Four Great Inventions of Ancient China: Their Origin, Development, Spread and Influence in the World, Paths International Ltd, , 560 p.
  16. a et b 易晓辉 Yi Xiaohui, « 传统手工纸的纤维原料及其分类 », sur National Library of China (consulté le )
  17. a b c et d Jean-Pierre Drège, Le papier dans la Chine impériale, Origine, Fabrication, Usages, Belles Lettres, , 282 p.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Entrées de Wikipedia traitant de la fabrication du papier. Celles marquées de ** comportent des dessins à l’encre illustrant le processus de fabrication du papier.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :