Emmanuel Kasarhérou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Emmanuel Kasarhérou (né le 16 juillet 1960 à Nouméa[1]) est un conservateur du patrimoine kanak.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kasarhérou naît en 1960 à Nouméa ; son père est kanak et sa mère, Jacqueline de La Fontinelle, métropolitaine[2],[3]. Il étudie auprès de José Garanger, et rencontre ce faisant Roger Boulay, conservateur au musée des arts d’Afrique et d’Océanie au palais de la Porte dorée[2]. Emmanuel Kasarhérou est nommé à 25 ans, en 1985, directeur du musée de Nouvelle-Calédonie[3],[4]. Avec Roger Boulay, il conçoit l’exposition « De jade et de nacre, Patrimoine culturel kanak » en 1990, qui est présentée à Nouméa puis à Paris[2].

Il prend ensuite en 1998 la tête du musée du centre Tjibaou, nouvellement inauguré à Nouméa[2], comme directeur culturel de l’Agence de développement de la culture kanak (ADCK), dont il devient directeur général en 2006[5]. En 2011, Kasarhérou rejoint le musée du quai Branly en tant que chargé de mission pour l’Outremer[5].

En 2013, il est commissaire (avec Roger Boulay) de l’exposition « Kanak, l’art est une parole »[6], qui se tient au musée du quai Branly dans un premier temps, avant d’être également présentée à Nouméa[7]. L’exposition est considérée comme la plus importante consacrée à la culture kanak[8] ; sa réception est plutôt bonne, et le catalogue qui en est issu est considéré comme « une référence indispensable »[7].

L’année suivante, il devient adjoint du directeur du patrimoine et responsable de la coordination scientifique des collections[9]. En 2016, il est élu président de la Société des Océanistes[10]. En 2020, il est nommé par le conseil des ministres à la présidence du musée du quai Branly, succédant ainsi à Stéphane Martin, président jusqu’à fin 2019, et Jérôme Bastianelli, qui assurait l’intérim[11]. Il est ainsi le premier kanak à la direction d’un musée de grande envergure en métropole[9].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Kasarhérou, Béalo Wedoye, Roger Boulay et Claire Merleau-Ponty, Guide des plantes du chemin kanak, Nouméa, Agence de développement de la culture kanak, , 77 p. (ISBN 9782909407760)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un pont entre Nouméa et Réunion, intervieiw d'Emmanuel Kasarhérou.
  2. a b c et d Cécile Baquey, « Qui est Emmanuel Kasarhérou, le nouveau président du musée du quai Branly ? », sur Outre-mer la 1ère, (consulté le 28 mai 2020)
  3. a et b Siegrfied Forster, « Le Kanak Emmanuel Kasarhérou, nouveau président du musée du Quai Branly », sur RFI, Radio France Internationale, (consulté le 28 mai 2020)
  4. « Un peu d'histoire | Service du Musée de la Nouvelle-Calédonie », sur museenouvellecaledonie.nc (consulté le 28 mai 2020)
  5. a et b Chloé Coppalle, « Le conservateur kanak Emmanuel Kasarhérou est nommé Président du Musée du Quai Branly - Jacques Chirac ! », sur Toutelaculture, (consulté le 28 mai 2020)
  6. « Voyage en Kanakie - autour de l'exposition au Musée du Quai Branly "Kanak-L'art est une parole" », sur France Culture, (consulté le 28 mai 2020)
  7. a et b Gilles Bounoure, « Compte rendu de Kanak. L’art est une parole, de Roger Boulay et Emmanuel Kasarhérou (éds) », Journal de la Société des Océanistes, nos 138-139,‎ , p. 272–274 (ISSN 0300-953x, lire en ligne, consulté le 28 mai 2020)
  8. « Kanak, l'art est une parole », sur www.franceinter.fr, (consulté le 28 mai 2020)
  9. a et b Agathe Hakoun, « Emmanuel Kasarhérou, premier Kanak à la tête du Musée du quai Branly-Jacques Chirac », sur Connaissance des Arts, (consulté le 28 mai 2020)
  10. « Assemblée générale 2017 : bilan exercice 2016 », sur Journal de la Société des Océanistes, (consulté le 31 mai 2020)
  11. « Nomination à la présidence du musée du quai Branly - Jacques Chirac », sur culture.gouv.fr, Ministère de la Culture, (consulté le 28 mai 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]