Brouqueyran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brouqueyran
La mairie (déc. 2010).
La mairie (déc. 2010).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Le Réolais et Les Bastides
Intercommunalité Communauté de communes du Réolais en Sud Gironde
Maire
Mandat
Jean-Louis Saumon
2014-2020
Code postal 33124
Code commune 33074
Démographie
Gentilé Brouqueyranéens
Population
municipale
203 hab. (2014)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 29′ 05″ nord, 0° 10′ 26″ ouest
Altitude Min. 30 m
Max. 114 m
Superficie 5,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de la Gironde
City locator 14.svg
Brouqueyran

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Brouqueyran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brouqueyran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brouqueyran
Liens
Site web cc-auros.fr/mairie_brouqueyran

Brouqueyran (Broqueiran en gascon) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde en Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Brouqueyranéens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Brouqueyran est située dans la Haute-Lande-Girondine, sur la Beuve, à 56 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 12 km au sud-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 3,5 km au sud-ouest d'Auros, chef-lieu de canton[2].

Les communes limitrophes en sont Auros au nord-nord-est, Berthez à l'est, Lados au sud-est, Bazas au sud, Cazats au sud-ouest et Coimères à l'ouest-nord-ouest.

Communes limitrophes de Brouqueyran
Coimères                   Auros
Brouqueyran Berthez
Cazats Bazas Lados


La principale voie de communication routière qui traverse le village est la route départementale 125, qui traverse le bourg et mène vers l'ouest à la route départementale 123 (Castets-en-Dorthe-Bazas) puis à Coimères et vers l'ouest à la route départementale 12 (La Réole-Auros-Bazas) ainsi que vers Lados.

L'accès Sortie 03 Langon à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) se situe à 12 km vers le nord-nord-ouest. Celui de Sortie 04 La Réole est à 15 km par Aillas et la départementale 10.
L'accès Sortie Bazas à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 10 km vers le sud-ouest, par Cazats.

La gare SNCF la plus proche est celle de Langon, à 12 km vers le nord-ouest, sur la ligne Bordeaux - Sète du TER Aquitaine. Celle de La Réole se trouve à 19 km vers le nord-est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1763, l'abbé Expilly présente le village ainsi :

« Brouqueyran, dans le Condomois en Gascogne, Diocèse & Election de Condom, Parlement & Intendance de Bordeaux, Jurisdiction de la Prévôté de Condom. On y compte 56 feux. Cette Paroisse est située dans une contrée assez fertile, principalement en grains. »[3]. Il n'est pas certain que l'abbé Jean-Joseph Expilly ait toujours vérifié ses affirmations, si du moins la mention susdite concerne ce Brouqueyran. La situation géographique le fait supposer, le diocèse de Condom commençant notoirement au-delà de Bouglon [4], et Brouqueyran est en réalité dans la diocèse de Bazas, plus précisément dans l'archiprêtré de Cuilleron [5].

À la Révolution, la paroisse Saint-Pierre de Brouqueyran forme la commune de Brouqueyran[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Louis Saumon   Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Communauté de communes[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la communauté de communes du Pays d'Auros ayant été supprimée, la commune de Brouqueyran s'est retrouvée intégrée à la communauté de communes du Réolais en Sud Gironde siégeant à La Réole.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 203 habitants, en augmentation de 0,5 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
290 279 284 310 315 326 265 267 266
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
266 267 260 280 251 267 243 240 242
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
238 228 210 179 175 164 190 137 150
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
140 140 144 122 136 148 172 207 203
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Le château du Mirail est une propriété privée et ne peut être visité. Sa tour sud-ouest abrite une chapelle aux façades, toitures et décor remarquables ainsi qu'une cheminée ornée d'un relief sculpté figurant le Reniement de Saint-Pierre. L'ensemble a été classé monument historique par arrêté en 1990[11],[12].
  • L'église Saint-Pierre-ès-Liens, dans le bourg, date du XIIe siècle.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 29 mars 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 51,1 km pour Bordeaux, 9,7 km pour Langon et 2,5 km pour Auros. Données fournies par www.lion1906.com, consulté le 29 mars 2011.
  3. Jean-Joseph Expilly, « Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France », sur Google books, Desaint et Saillant, (consulté le 31 mai 2014), p. 862
  4. Jean Burias, , Atlas Historique Français, vol. IV, Agenais, Condomois, Bruilhois, CNRS, 1979
  5. Dom Réginald Biron, O.S.B., Précis de l'histoire religieuse des anciens diocèses de Bordeaux et Bazas, Librairie des Bons Livres, Bordeaux, 1925, p. 127, lire en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9616679v/f141.item.zoom
  6. Historique des communes, p. 9, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 4 avril 2013.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Classement du château », notice no PA00083491, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 29 mars 2011.
  12. « Images des éléments classés du château », base Mémoire, ministère français de la Culture, consulté le 29 mars 2011.