Boutissaint

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château et parc de Boutissaint
Image illustrative de l’article Boutissaint
Château de Boutissaint
Début construction XVIe siècle
Destination actuelle gestion du patrimoine naturel
Site web www.boutissaint.com
Coordonnées 47° 34′ 46″ nord, 3° 07′ 31″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Bourgogne
Région Puisaye
Département Yonne
Commune Treigny, Moutiers-en-Puisaye

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château et parc de Boutissaint

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château et parc de Boutissaint

Géolocalisation sur la carte : Yonne

(Voir situation sur carte : Yonne)
Château et parc de Boutissaint

Le château de Boutissaint se trouve à Treigny dans la région naturelle de Puisaye, dans l'Yonne, en Bourgogne, France.

Il est remarquable pour son parc de vision animalier de 400 ha, le premier créé en France, en 1968.

Situation[modifier | modifier le code]

Boutissaint est situé tout à fait en bordure de la Nièvre, dans le sud du département de l'Yonne et dans le nord-ouest de la commune de Treigny, avec la commune de Moutiers à 300 m à l'ouest. Le département du Loiret est à 11 km à l'ouest, à vol d'oiseau[2]

Le point de la Loire le plus proche est à La Celle-sur-Loire à 20 km au sud-ouest à vol d'oiseau[2],[3].

Description[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Le château date du XVIe siècle[4].

Une annexe du château a été transformée en gîte, avec l'étiquette Gîte de France.

À côté du château se trouve la source dite fontaine de Sainte-Langueur[2].


Le parc[modifier | modifier le code]

Créé en 1968 par Pierre-Elie Borione[5] sur 400 ha, le parc naturel Saint-Hubert de Boutissaint a été le premier parc de vision en France. La gestion de son patrimoine naturel s'effectue via la SARL « Société des Parcs naturels Saint-Hubert »[6], dirigée maintenant par Valérie Galabert, la fille du créateur du parc, avec l'aide de Jean-François Cornillon, garde-chasse du domaine et dont le père a également contribué à la création du parc[5]. Le parc inclut le lieu-dit la Boissière sur la commune de Moutiers et où Boutissaint possède un gîte souvent fréquenté par les scouts[7], l'étang de la Bruyère[8], l'étang du Château, l'étang des Midoux avec à 300 m de ce dernier la source de la Belle Fontaine, l'étang des Moines juste devant le château. Le parc confine au bois de Guédelon, dont le château-fort en construction se trouve à 2,5 km en ligne directe à travers bois[2].

Daims à la mare de Sainte-Langueur

Son domaine forestier a conservé l'aspect sauvage des forêts poyaudines.

Outre la faune habituellement présente dans les forêts de la région (cerfs et biches, daims, chevreuils, sangliers, etc), le parc abrite aussi des bisons d'Europe et mouflons de Corse, à côté de paons et d'animaux de ferme (chèvres, volailles, etc)[9].

Lors d'une tempête en 2013, un arbre déraciné est tombé sur la digue de l'étang des Moines et a rompu cette dernière, provoquant l'assèchement de l'étang. Mme Galabert a tenté de lever les fonds nécessaires à la réparation (20.000 €) par financement participatif mais cet appel, terminé en 2015, n'a pas eu le succès escompté[10] et la digue n'est toujours pas réparée en 2017.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fontaine Sainte-Langueur

L'histoire du lieu commence probablement avec la source, que les Gaulois auraient tenue pour sacrée[11].

Le premier nom qui nous soit parvenu est Boticen, qui indique clairement une origine gauloise et qui a été utilisé jusqu'au XIIIe siècle[12].

On ne sait pas quand l'établissement religieux de Boutissaint est fondé. Le premier indice de son existence remonte à Narjot II, seigneur de Toucy, Saint-Fargeau et Perreuse : celui-ci charge les moines de Boutissaint du service de l'église de Perreuse - et à cette date Boutissaint est une collégiale, dépendant de l'abbaye Saint-Satur à Sancerre (mais il est dit aussi, dans le même texte, que sa provision appartient au prieur de Saint-Amâtre à Auxerre[13]). Vers 1175 Narjot II dote l'église de Perreuse des dîmes de la seigneurie ; mais ces dîmes étant mal payées[14], en remplacement de ce revenu diminuant son fils Ithier IV donne en 1218 au chapitre de Boutissaint une redevance fixe de blé et de vin[13]. Par la même occasion il leur accorde le droit de faire paître vingt porcs dans ses bois de Puisaye sans payer la redevance appelée panage ; ce droit était cependant réglementé suivant les saisons[15],[16].

Les moines de Boutissaint ayant des difficultés à servir Perreuse en raison de la distance[N 1], Perreuse est érigée en prieuré-cure et se voit attribuer la rente créée en faveur de la collégiale de Boutissaint. Dès cette période Boutissaint périclite.

Vers 1640 l'abbé de Forest, prieur à Boutissaint, relève les ruines du logis prieural et lui fait donner de modestes défenses que le bâtiment conserve au moins jusqu'au milieu du XIXe siècle. À sa mort, sa nièce Jeanne de Forest, dame de Boissenay, tente d'en prendre possession et le nouveau prieur, Antoine Chambel, a bien des difficultés à l'en faire déguerpir[13] : en 1653 est écrit au château le contrat de mariage entre Antoine Lucquet de Grangebeuve, écuyer, fils de feu François, seigneur de Grangebeuve et autres lieux, écuyer, et de dame Marie de la Bussière ; et Anne de la Rivière[N 2], fille de Guillaume de la Rivière, seigneur de Bois, Saint-Quiohoit et autres lieux, et de Jeanne de Forest, dame de Boissenet, Boutissaint et autres lieux, assistée de ses frères Melchior et Jean de la Rivière. Antoine et Anne eurent pour enfants Louis Lucquet de Grangebeuve et Marie Lucquet de Grangebeuve, dont postérité pour chacun[17].

Lorsqu'il ne s'y trouve plus de prieur résident, les voisins pillent le lieu. L'histoire retient le nom de Melchior de la Rivière, qui dérobe 30 arpents de terre ainsi que le manoir et prend le titre de seigneur de Boutissaint ; ce jusqu'à ce qu'un arrêt du Parlement l'oblige à restituer ces biens usurpés en 1680[13].

Boutissaint (cadre vert) sur la carte de Cassini à 5 km au N-O de Treigny

La carte de Cassini (XVIIIe siècle) indique deux Boutissaint : le Grand Boutissaint et le Petit Boutissaint[2].

Ainsi Boutissaint est d'abord une collégiale. Au XVe siècle elle n'est plus qu'un prieuré, et au XVIe siècle un simple bénéfice[13]. Pendant la Révolution, l'église de Boutissaint a servi d'entrepôt pour les cendres d'une verrerie fonctionnant alors dans les environs[18].

En 1827 la terre de Boutissaint est vendue à Armande Pauline Marie de Castellane-Majastre, veuve de Louis Pierre Quentin de Champcenetz et épouse de Jacques Marie Anatole Le Clerc de Juigné, pair de France[19].

Liste des prieurs[modifier | modifier le code]

  • 1437 : abbé Patet
  • 1513 : Léonard Dubois
  • 1570 : Nicolas Lebeau
  • 1640 : abbé de Forest
  • 1648 : Antoine de Chambel
  • 1668 : Charles Buisson[13]
  • 1714 : François Groslard[N 3]
  • 1777 : abbé Delarge
  • 1787 : Henri-Didier-Antoine Careau[20],[N 4]
Chapelle Sainte-Langueur

La chapelle Sainte-Langueur[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de la chapelle vient de Notre-Dame des Sept Douleurs, également appelée « N-D des Sept Langueurs ». Déformé par le parler local, le nom devient « sainte Langueur ». Le même culte se retrouve dans l'église Saint-Symphorien de Treigny, où un autel du déambulatoire est accompagné d'une sculpture de la Pietà et est encadré de l'inscription : « Salut des malades, ayez pitié de nous ». Des messes y étaient jadis fondées en faveur des malades[21].

Architecture et petite histoire de l'ancienne chapelle[modifier | modifier le code]

Elle se composait d'une seule nef terminée à l'est et à l'ouest par des pignons triangulaires. L'abside se trouvait à l'est, la porte principale à l'ouest. La porte était petite, à plein-cintre, ornée simplement d'un tore semi-cylindrique sur l'arête, sans fenêtre au-dessus. À l'intérieur, chacun des quatre coins était marqué par une colonne romane semi-engagée dont le chapiteau s'ornait sur les côtés d'une feuille simple, à nervure, et sur la face d'une sculpture en forme de fer de lance rudimentaire. La fenêtre de l'abside, chanfreinée et taillée en glacis, était cintrée en ogive ; le cintre portait des claveaux irrégulièrement espacés. Deux fenêtres similaires mais plus petites se trouvaient dans le mur sud (opposé au prieuré) ; le mur nord n'avait pas de fenêtre. À droite de l'abside se trouvait une piscine en plein-cintre, à une seule cuvette centrale, taillée dans une tablette saillante en forme de listel et coupée en biseau orné de dents de scie. Le tout était typique de l'architecture de la fin du XIIe siècle et commencement du XIIIe siècle. Dans la façade nord (côté château) se trouvait une petite porte de dégagement ; à sa gauche, incorporée dans le mur, il y avait une colonne identique à celles de l'intérieur et une piscine également plein-cintre, à biseau et listel, mais à une seule cuvette excentrée au-dessous de laquelle était l'autel rustique auquel elle était destinée ; cet autel était fait d'une simple tablette de pierre. Or de ce côté l'absence de fenêtre et d'un dixième contrefort que la symétrie aurait exigé, et la présence de la colonne qui n'était probablement pas la seule sur ce côté, indiquent l'existence dans le passé d'un toit[20] destiné à abriter l'officiant à cet autel extérieur. On ne sait pas si cet espace était clos de murs, de rideaux (chose courante par le passé) ou ouvert sur trois côtés[18].

À la Révolution le culte y est abandonné[22]. Pourtant, au XIXe siècle elle est toujours visitée par les malades[12]. Son état s'étant dégradé avec les ans, elle est démolie en 1902 puis reconstruite dans les années 1970[22]. De nos jours une messe annuelle en pèlerinage de Sainte-Langueur y est souvent célébrée en septembre[23] - le 15 septembre étant le jour de fête de Notre-Dame des Sept Langueurs.

Dans les environs[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Perreuse se trouve à 8,5 km au sud-ouest de Boutissaint à vol d'oiseau, c'est-à-dire de l'autre côté de Treigny. À pied, la distance est bien sûr plus longue. Coordonnées de Perreuse : 47° 32′ 25″ N, 3° 13′ 10″ E.
  2. La puissante famille de la Rivière, dont Jean de la Rivière (~1338 - † 1365), ou Bureau de la Rivière († 1400) grand chambellan de Charles V et de Charles VI, a eu en seigneurie - entre autres - plusieurs endroits proches dans la Nièvre (Brinon-sur-Beuvron, Champallement...).
  3. François Groslard : curé de Fontenoy-en-Puisaye, nommé prieur le 10 décembre 1714, entré en possession le 4 janvier 1715.
  4. Henri-Didier-Antoine Careau : quand il prend possession de Boutissaint il est simple clerc tonsuré ; il devient ensuite vicaire de Bléneau jusqu'en 1791.
Références
  1. Coordonnées sur Géoportail
  2. a b c d et e Boutissaint, cartes IGN interactives sur geoportail.fr. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives », « Hydrographie » et « Carte de Cassini » activées. Vous pouvez moduler, désactiver ou supprimer chaque couche (= carte) dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche.
  3. Boutissaint sur la carte de google.fr.
  4. « Château de Boutissaint », sur chateau-fort-manoir-chateau.eu (consulté le 23 août 2017).
  5. a et b « Feuilleton : visitez le parc de Boutissaint, musée vivant de la forêt », sur france3-regions.francetvinfo.fr.
  6. « Parcs naturels Saint-Hubert », sur societe.com (consulté le 24 août 2017).
  7. Gîte de la Boissière, sur boutissaint.com.
  8. Étang de la Bruyère, sur boutissaint.com.
  9. « Les animaux du parc », sur boutissaint.com (consulté le 24 août 2017).
  10. Valérie Galabert, « A boire ! Demandent les cerfs... », sur fr.ulule.com.
  11. « Prieuré Saint-Lazare de Boutissaint », sur terres-et-seigneurs-en-donziais.fr (consulté le 31 août 2017), p. 2.
  12. a et b Geste des évêques d'Auxerre, Bibliothèque historique de l'Yonne, tome 1. Cité dans Maximilien Quantin, Dictionnaire topographique du département de l'Yonne : comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Paris, imprimerie impériale, , 167 p. (lire en ligne), p. 18.
  13. a b c d e et f Annuaire historique du Département de l'Yonne, Auxerre, Perriquet et Rouillé, (lire en ligne), p. 261.
  14. Annuaire 1857, p. 260.
  15. A. Vathaire de Guerchy, La Puisaye sous les Maisons de Toucy et de Bar, Auxerre, coll. « Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne », (lire en ligne), p. 174. Noter que lorsque l'auteur cite Itier de Toucy comme « fondant en 1218 le Prieuré de Boutissain », il ne s'agit pas de la création du prieuré lui-même mais de la création du revenu mentionné.
  16. * (la) Jean Lebeuf (abbé), Mémoires concernant l’histoire ecclésiastique et civile d’Auxerre..., vol. 2, Auxerre, Perriquet, , 923 p. (lire en ligne), « Fondation du prieuré de Boticens, dit aujourd'hui Boutiſſain, proche S. Amand en Puiſaye - Année 1218 », p. 271
  17. Nicolas-Antoine Labbey-de-Billy, Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne, vol. 2, Besançon, Claude-François Mourgeon, , 497 p. (lire en ligne), p. 154.
  18. a et b Annuaire 1857, p. 263.
  19. « Vente de la terre de Boutissaint à Treigny-Saint-Fargeau, Moutiers, par Louis Michel Gentil, avocat, à Armande Pauline Marie de Castellane-Majastre, veuve de Louis Pierre Quentin de Champcenetz et épouse de Jacques Marie Anatole Leclerc de Juigné, pair de France », sur francearchives.fr.
  20. a et b Annuaire 1857, p. 262.
  21. Donziais, p. 3.
  22. a et b « Le prieuré de Boutissaint », sur boutissaint.com (consulté le 31 août 2017).
  23. Information fournie par Madame Galabert.