Bois-Guillaume-Bihorel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bois-Guillaume-Bihorel
Bois-Guillaume-Bihorel
L'hôtel de ville de Bihorel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Bois-Guillaume-Bihorel
Intercommunalité CREA
Statut Commune supprimée
Code postal 76230
Code commune 76108
Démographie
Population 13 115 hab. (2014)
Densité 1 154 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 41″ nord, 1° 06′ 33″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 171 m
Superficie 11,36 km2
Historique
Date de fondation
Date de dissolution
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 15.svg
Bois-Guillaume-Bihorel

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 15.svg
Bois-Guillaume-Bihorel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Bois-Guillaume-Bihorel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Bois-Guillaume-Bihorel

Bois-Guillaume-Bihorel fut une éphémère commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie. Elle est créée le par la fusion des communes de Bois-Guillaume et de Bihorel, sous le régime juridiques des communes nouvelles instauré par la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Mais cette création fut annulée par le tribunal administratif de Rouen, pour mauvaise information à propos de la dotation de l'État et à propos du nombre de conseillers municipaux. Les parties n'ont pas fait appel. Les deux communes ont été rétablies le 1er janvier 2014.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se trouve sur les hauteurs de Rouen, à 5 minutes du centre ville et de la gare de Rouen, et à proximité de la forêt Verte domaniale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Houppeville Houppeville Isneauville Rose des vents
Mont-Saint-Aignan N Saint-Martin-du-Vivier
O    Bois-Guillaume-Bihorel    E
S
Rouen Rouen Rouen

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par la ligne T2 de l'infrastructure TEOR permettant de rejoindre le centre-ville de Rouen en trente minutes à partir du sud-est de la ville.

Sept lignes de bus desservent Bois-Guillaume-Bihorel (  5  , ,  11 ,  20 ,  40 ,  67  et  70 ). Ces lignes permettent de rejoindre le centre-ville de Rouen en dix minutes, ainsi que les autres communes voisines telles Mont-Saint-Aignan, Isneauville et Grand-Quevilly.

La gare la plus proche est la gare de Rouen-Rive-Droite.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une commune nouvelle est créée en 2012. Le nom ne comporte aucun espace conformément aux règles grammaticales de la langue française[1],[2],[3]. Il en était de même pour Bleury-Saint-Symphorien la même année et Source-Seine en 2009 (fusion).

Le nom « Boisguillaume-Bihorel » avait été envisagé en 2009[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant 120 ans, Bois-Guillaume et Bihorel sont deux communes distinctes qui se développent côte à côte avant d'être réunies le sous la forme d'une commune nouvelle associant leurs deux noms.

Bois-Guillaume est la forme francisée de *Bosc-Williame, forme normande (Bosc-Guérard a par contre conservé son phonétisme normand, la forme française étant Bois-Gérard). Le nom du lieu est attesté en 1180 sous la forme latinisée Bosco Willelmi[5].

Elle devait son nom, selon une légende, à une maison de plaisance qui fut bâtie en ce lieu par Arlette de Falaise, la mère de Guillaume Le Conquérant vers l’an 1040. Cependant, ses origines sont plus anciennes encore, sans doute gallo-romaines, puisqu’il y fut trouvé des monnaies de bronze et or, et des monnaies d’or et d’argent romaines.

Les seigneurs de Bois-Guillaume figurent dans l’histoire. D’abord lors de la première croisade en 1096. Un Geoffroy de Bois-Guillaume est mentionné dans un procès au Parlement de Paris en 1259[6]. Lors de la guerre de Cent Ans, Mathieu de Bois-Guillaume, écuyer, était l’un des compagnons de Du Guesclin. Un lieu de culte existait déjà au XIIIe siècle, mais il fut détruit par les Anglais qui donnèrent Bois-Guillaume à Guy Le Bouteiller qui s'était résolu à leur livrer Rouen en 1419.

Ce n'est qu'à la fin du XVe siècle que l’église paroissiale de la Sainte-Trinité est construite sur l'emplacement qu'elle occupe actuellement, mais ce n’est pas l’édifice que nous connaissons aujourd’hui. Il est agrandi et désorienté de 1869 à 1871, mais une partie importante subsiste encore de nos jours notamment l’ancienne nef et la tour-lanterne. Les vitraux du maître verrier Boulanger datent de 1871.

En 1892, Bihorel, alors quartier de Bois-Guillaume, devient une commune à part entière.

De 1893 à 1984, à côté de la magnifique chapelle de la Purification aujourd’hui désaffectée et servant aux manifestations culturelles, on trouvait le monastère des Carmélites avec son artisanat d’hosties, de livres et d’images.

Bois-Guillaume fut desservie par l'ancien tramway de Rouen dès 1911.

À noter encore la présence de vignobles au début du XVIe siècle, de verreries à bouteilles en 1814 et d’un château au lieu-dit « Les Cinq Bonnets », aujourd’hui disparu.

Une variété de pomme est inventée à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle que l'on appelle la transparente de Bois-Guillaume.

Le 4 juillet 2011, les conseils municipaux votent la fusion de Bihorel et de Bois-Guillaume en commune nouvelle de Bois-Guillaume-Bihorel. Cette fusion est effective au 1er janvier 2012[7].

Le 18 juin 2013, le tribunal administratif de Rouen annule la création de la commune nouvelle, pour insuffisance d'information des conseillers municipaux des deux communes, en particulier au sujet de la modification de la fiscalité communale et de ses conséquences sur le budget de la nouvelle entité, ainsi que sur la composition du conseil municipal de la nouvelle entité. Le tribunal donne à la préfecture jusqu'au 31 décembre 2013 pour rétablir les deux anciennes communes[8],[9],[10],[11],[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1er janvier 2012 31 décembre 2013 Gilbert Renard UMP Directeur de société retraité, conseiller général

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Bois-Guillaume-Bihorel est, traditionnellement, une ville très ancrée à droite. Lors de l'élection présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy est arrivé en tête avec 38,66 % des voix, loin devant François Hollande (originaire de la commune) avec 26,25 % des suffrages. Aucun autre candidat ne dépasse les 12 % lors du premier tour. Au second tour c'est Nicolas Sarkozy qui remporte la majorité des suffrages, avec 56,20 % (contre 43,80 % pour François Hollande).

Lors des élections législatives de 2012, Françoise Guégot (UMP) arrive en tête avec 55,89 % des suffrages, un score supérieur à son résultat de l'ensemble de la circonscription : 52,23 %.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Note : jusqu'à 2012, le décompte des habitants est la somme des habitants des deux communes distinctes : Bois-Guillaume et Bihorel.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 13 115 habitants, en augmentation de 1,89 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7311 6121 8381 8001 9282 0482 1642 3702 465
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7793 1203 5784 0464 2395 0215 4605 5103 455
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 4413 4553 6323 9164 1924 7295 3046 2616 887
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
7 2538 7829 5909 32310 15911 96813 01321 10713 115
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune relève de l'Académie de Rouen.

Liste des établissements scolaires
Primaire Collèges Lycées
public
  • École maternelle des Bocquets
  • École maternelle des Clairières
  • École maternelle Germaine-Coty
  • École maternelle Georges-Pompidou
  • École maternelle Jean-Macé
  • École maternelle Georges-Méliès
  • École maternelle René-Coty
  • École élémentaire Bernanos
  • École élémentaire François-Codet
  • École élémentaire Les Portes de la Forêt
  • École primaire Raymond-Larpin
  • École primaire Georges-Méliès
  • École primaire René-Coty
privé
  • École privée Sainte-Thérèse d'Avila
  • École Notre-Dame des Anges
  • Institution Saint-Victrice
public
  • Collège Léonard de Vinci
  • Collège Jules-Michelet
privé
  • Institution Saint-Victrice
privé
  • Lycée catholique rey

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gabrielle Sueur et Alfred Morel (préf. Jean Fréret et René Seille), Du Bois-Guillaume d'hier au Bihorel d'aujourd’hui : une commune centenaire, au passé millénaire, Luneray, Groupe d'histoire et études de Bihorel, , 334 p. (ISBN 2-86743-129-8, OCLC 463702806)
  • C. Chevrier, « Communes de Bois-Guillaume-Bihorel : mésaventures d’une fusion-défusion », La Gazette des communes,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté préfectoral du 29 août 2011 portant création de la commune nouvelle de Bois-Guillaume - Bihorel
  2. Arrêté préfectoral du 29 août 2011 portant création de la commune nouvelle de Bois-Guillaume-Bihorel, JORF n°0289 du 14 décembre 2011, p. 21138, texte n° 20
  3. [1], Village de Bleury, actualité du 26 novembre 2011 mentionnant le conseil municipal du 25 novembre 2011
  4. Procès-verbal du conseil municipal du 21 avril 2011, Ville de Bois-Guillaume
  5. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150)
    Ouvrage publié avec le soutien du CNRS
  6. Olim, t. I, p. 99, XV, Saint-Martin d’hiver 1259
  7. Arrêté du 29 août 2011 portant création de commune
  8. La fusion Bois-Guillaume/Bihorel annulée par le tribunal administratif, paris-normandie.fr, 18 juin 2013
  9. P. Bottois, « Haute-Normandie : Bihorel et Bois-Guillaume doivent divorcer », La Gazette des communes,‎ (lire en ligne)
  10. « Jugement du Tribunal administratif de Rouen du 18 juin 2013 », La Gazette des communes (consulté le 9 juillet 2013)
  11. « Défusion de Bois-Guillaume-Bihorel : la Ville ne fera pas appel », sur le site tendanceouest.com, (consulté le 6 janvier 2014).
  12. Florestan, « Bois-Guillaume-Bihorel : le maire ne fera pas appel », sur le site du quotidien Paris-Normandie, (consulté le 6 janvier 2014).
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .