Victor Boucher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Victor Boucher
Description de cette image, également commentée ci-après
Victor Boucher par Sem.
Naissance
Rouen, Seine-Inférieure
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 64 ans)
Ville-d'Avray
Profession acteur
Films notables Faisons un rêve
L'Habit vert
Ils étaient neuf célibataires

Victor Boucher est un comédien français, né le à Rouen et mort le à Ville-d'Avray.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Victor Louis Armand Boucher, de son nom complet, naît à Rouen, le , dans une maison de la rue Saint-Étienne-des-Tonneliers où il réside jusqu'à l'âge de 15 ans[1]. Ses parents tiennent un café-restaurant à Bihorel. Élève de l'école Bellefonds à Rouen, il fait ses débuts au théâtre au “Cercle de jeunesse”. Puis il commence à travailler comme comptable dans sa ville natale[2]. Ce n'est qu'après son service militaire, en 1902, qu'il s'installe à Paris et épouse Mariotta Claire (1882-1963) à Neufchâtel-en-Bray[3].

Carrière au théâtre[modifier | modifier le code]

Il a la chance de remplacer Charles-Alexis Carpentier au théâtre des Mathurins en 1905 dans Nono, qui sera le début d'une carrière longue de 35 ans au théâtre. Il se fera connaître par son bégaiement comique[4].

Intermède de la guerre de 1914-1918[modifier | modifier le code]

En 1914, il sert comme sergent dans le Génie durant la Première Guerre mondiale et obtient la Croix de guerre avec citation ainsi que la Médaille interalliée[5].

Carrière au cinéma[modifier | modifier le code]

Il devient en 1927 directeur du théâtre de la Michodière, puis président de l'Association des artistes dramatiques[6]. En parallèle à sa carrière au théâtre, il développe au cinéma, dans les années 1930, un personnage d'homme du monde légèrement distant, souvent amant ou mari d'Elvire Popesco.

Il est promu officier de la Légion d'honneur en 1935[7].

Il meurt le , à 64 ans, à Ville-d'Avray, d'une crise cardiaque. Il est inhumé au cimetière nouveau de Neuilly-sur-Seine (division 10)[8].

Cinéma[modifier | modifier le code]

films muets[modifier | modifier le code]

films parlants[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maison démolie en 1930.
  2. André Page, Dans la vie et sur l'écran Ric et Rac, no 468, 23 février 1938, p.6
  3. Archives départementales de la Seine-Maritime, état-civil de Rouen, acte de naissance de Victor Boucher
  4. René Trintzius, « Acteurs normands de Paris », Le Journal de Rouen,‎ , p. 5
  5. Bureau de recrutement de Rouen nord, classe 1897, Fiche matricule de Victor Louis Armand Boucher.
  6. La Mort de Victor Boucher, Journal des débats politiques et littéraires, 24 février 1942, p. 1
  7. « Victor Boucher est promu officier de la Légion d'honneur », Le Journal de Rouen,‎ , p. 3
  8. Cimetières de France et d'ailleurs
  9. Robert Spitzer sur data.bnf.fr
  10. « Comœdia », sur Gallica, (consulté le 16 février 2021)
  11. « Vogue », sur Gallica, (consulté le 9 février 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gabrielle Sueur et Alfred Morel (préf. Jean Fréret et René Seille), Du Bois-Guillaume d'hier au Bihorel d'aujourd'hui : une commune centenaire, au passé millénaire, Luneray, Groupe d'histoire et études de Bihorel, , 334 p. (ISBN 2-86743-129-8, OCLC 463702806), « Quelques hommes célèbres et personnalités à Bois-Guillaume et Bihorel », p. 309

Liens externes[modifier | modifier le code]