Pierre Hillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hillard.
 Ne doit pas être confondu avec Pierre Hiard.
Pierre Hillard
Pierre Hillard.jpeg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
Nationalité
Activités

Pierre Hillard, né le , est un essayiste français, docteur en science politique. Ancien professeur en relations internationales à l'École supérieure du commerce extérieur de Paris, spécialisé depuis dans l'étude du « mondialisme » et couramment présenté comme conspirationniste, il critique ce qu'il interprète comme un processus technocratique de décomposition des nations et d'unification du monde, passant par la constitution de « grands blocs continentaux ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études d'histoire, de sciences politiques et d'études stratégiques. Il réalise sa thèse de doctorat de sciences politiques Les Ambiguïtés de la politique allemande dans la construction européenne (2005) sous la direction d'Edmond Jouve.

Il est notamment l'auteur de Minorités et régionalismes dans l’Europe fédérale des régions (2001), de La Décomposition des nations européennes : de l'union euro-atlantique à l'État mondial (2004), de La Marche irrésistible du nouvel ordre mondial (2007), La Fondation Bertelsmann et la gouvernance mondiale (2009) et Chroniques du mondialisme (2014).

Il a écrit de nombreux articles sur les sites Géostratégiques, Réseau Voltaire, Conflits actuels, Intelligence et Sécurité, et Balkans-Infos. Il intervient sur Radio Courtoisie, il est également intervenu une fois sur France Culture (Les Enjeux internationaux du 26 avril 2012), France Info, Radio Ici & Maintenant, ou encore France 24. Il collabore aux publications du Cercle Jeune France[1]. Il est depuis octobre 2012 éditorialiste sur Boulevard Voltaire[2], lancé par Robert Ménard et Dominique Jamet. Il s'y impose comme un contributeur régulier[3].

Thèses[modifier | modifier le code]

Selon Pierre Hillard, le but de l'Union européenne n'est pas la création d'une Europe unie mais d'un bloc euro-atlantique avec l'Amérique du Nord. Il cite le cas de Richard de Coudenhove-Kalergi, un des premiers fédéralistes européens, qui affirmait déjà la volonté de créer une « Union atlantique », l'Angleterre faisant le pont entre l'Europe et l'Amérique. Il désignait l'ensemble comme une « Fédération à trois »[4].

En raison du transfert de compétences politiques, économiques et monétaires à des blocs continentaux en voie d'unification (Union européenne, Union nord-américaine à l'instigation de Robert Pastor, Union des nations sud-américaines, Union africaine, Union eurasienne etc.), les États vidés de leurs substances sont appelés à se disloquer en raison de facteurs multiples (financiers, ethniques, économiques, etc.). Même les États-Unis, en raison de la création en cours de l'Union nord-américaine, sont appelés à éclater en plusieurs entités territoriales (cf. thèse d'Igor Panarine) de même que le Canada.

Ce processus en cours partout sur la planète permettra à des blocs continentaux débarrassés de leurs États de constituer l'architecture de la gouvernance mondiale.

Classification[modifier | modifier le code]

Pierre Hillard est couramment décrit comme complotiste[5],[6]. Conspiracy Watch indique qu'il est « devenu une icône du web conspirationniste pour ses diatribes contre le "Nouvel Ordre Mondial" »[7]. Dans Les Inrockuptibles, David Doucet le présente également comme souverainiste[5]. Il a écrit dans la revue marxiste-léniniste La Pensée à propos de la construction européenne[8]. Selon Alice Masami, l'intéressé serait aussi un catholique intégriste[9].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Minorités et régionalismes dans l'Europe fédérale des régions, sous-titre : Enquête sur le plan allemand qui va bouleverser l'Europe, préface de Paul-Marie Coûteaux et postface d'Édouard Husson, Éditions François-Xavier de Guibert, 2001 ;
  • Les Ambiguïtés de la politique allemande dans la construction européenne, thèse de doctorat de sciences politiques sous la direction d'Edmond Jouve, université Paris-V, 2005 ;
  • La Décomposition des nations européennes, sous-titre : De l'union euro-Atlantique à l'État mondial. Géopolitique cachée de la constitution européenne, préface d'Édouard Husson, Éditions François-Xavier de Guibert, 2004 ;
  • La Marche irrésistible du nouvel ordre mondial, sous-titre : Destination Babel, Éditions François-Xavier de Guibert, 2007 ;
  • La Fondation Bertelsmann et la « gouvernance mondiale », Éditions François-Xavier de Guibert, 9 avril 2009.
  • Chroniques du mondialisme, Éditions le retour aux sources, mars 2014.
Préface
  • Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine, de Carroll Quigley, éditions retour aux sources.
  • La Guerre secrète contre les peuples, de Claire Séverac, éditions Kontre Kulture.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notre équipe - Cercle Jeune France (voir archive).
  2. Articles de Pierre Hillard sur Bvoltaire.fr.
  3. « Alain Soral sur Boulevard Voltaire ? Rien que de très logique », sur Conspiracy Watch,‎ (consulté le 4 juin 2016).
  4. Pierre Hillard, La Fondation Bertelsmann et la « gouvernance mondiale », Éditions François-Xavier de Guibert, 2009[réf. incomplète].
  5. a et b David Doucet, « Des personnalités d’extrême droite font de l’entrisme sur des sites d’infos », Les Inrocks, 17 octobre 2012.
  6. « Etienne Chouard chez les Amis du Monde diplo : la descente aux enfers », sur Conspiracy Watch,‎ (consulté le 4 juin 2016).
  7. « Nouvelles turpitudes du Réseau Voltaire autour de la nationalité d’Obama », sur Conspiracy Watch,‎ (consulté le 4 juin 2016).
  8. Pierre Hillard, "La Fin de l'Europe", La Pensée, No 334, avril/juin 2003, p. 23-32, (ISSN 0031-4773)
  9. Geneviève Béduneau, candidate de l’extrême et de l’étrange (15e circ°), Alice Masami, Le 75020.fr, 8 juin 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]