Barakacity

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Barakacity
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Dissolution
Cadre
Zone d'activité
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Siège
Pays
Organisation
Fondateur
Idriss Sihamedi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Président
Idriss Sihamedi (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Identifiants
RNA
SIREN
Stand de BarakaCity lors de la 34e Rencontre annuelle des musulmans de France en 2017.

BarakaCity est une ONG internationale musulmane de droit français ayant existé de 2008 à 2020.

Fondée par Idriss Sihamedi, l'association vient en aide aux populations musulmanes démunies dans plusieurs pays du monde.

L'association, controversée pour sa proximité avec l'islamisme radical et le terrorisme des milieux salafistes, est dissoute en 2020 par décret du président de la République pris après avis du Conseil des ministres. Le juge des référés du Conseil d'État confirme la dissolution[1], l'association décide alors de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme[2],[3].

Objectifs[modifier | modifier le code]

BarakaCity se définissait comme une « association humanitaire et de bienfaisance basée sur les valeurs islamiques, qui a pour vocation d'aider les populations les plus démunies en France et à l’international par des opérations humanitaires de développement et d’aides sociales en France et dans le monde et participe aussi à l’élaboration de projet de développement durable, mener des recherches et des actions visant à prévenir et faire cesser les atteintes graves à l’ensemble des droits énoncés dans la déclaration universelle des droits de l’homme et dans d’autres textes internationaux relatifs aux droits humains. »[4],[5]. Elle est proche des milieux salafistes[6],[7],[8].

BarakaCity intervenait dans plusieurs domaines, notamment l'urgence alimentaire, les crises sanitaires et urgences médicales, les problèmes liés à l’eau (constructions de puits, assainissement, réparations...), la prise en charge de réfugiés, la reconstruction et réhabilitation de bâtiments et d’infrastructures (hôpitaux, écoles...), la mise en place des projets durables (agriculture, élevage, industries…). Elle intervient également sur le terrain politique, en lançant des campagnes de sensibilisation sur la situation de populations musulmanes dans certains pays[9],[10],[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2008, Idriss Sihamedi décide de lancer, avec des amis de Soisy-sous-Montmorency, une association humanitaire dont les actions sont initialement à l'échelle régionale en Île-de-France. Deux ans plus tard, en septembre 2010, BarakaCity devient une Organisation non gouvernementale internationale avec comme objectif, affirme-t-il, d'« aider les populations les plus démunies autour de valeurs humaines et islamiques, avec l’agrément d’Allah »[9],[10]. En 2011, l'organisation s'installe à Courcouronnes[10]. En 2012, l'organisation lance une campagne L’eau c’est la vie pour le Togo, qui est un succès[11].

D'autres campagnes d'aide humanitaire suivent, pour Gaza en Palestine, le Bangladesh, la République centrafricaine, la Syrie, etc[9]. En 2014, elle lance une campagne de sensibilisation sur les persécutions contre les musulmans en Birmanie et contre un épisode d'une émission de M6, Pékin Express, prévu dans ce pays. C'est un autre succès de communication : les sponsors lâchent l'émission[10],[11].

Financement[modifier | modifier le code]

Rabha Attaf, reporter, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient, avance que BarakaCity ferait du « charity-business ». S'appuyant sur le bilan 2013 de l'association, qui montre un peu plus de 3 000 000 € de recettes et un « bénéfice » de 1 900 000 , elle avance en comparaison que « les ONG sérieuses dépensent en général 85 % de leur budget »[12].

Selon Charlie Hebdo, les fonds de son association sont « considérables » : celle-ci aurait reçu, depuis 2013, 16 millions d’euros. Parmi ses soutiens financiers, le journal note des footballeurs de la Ligue 1 mais également les rappeurs Rohff ou La Fouine[13].

Affaire judiciaire[modifier | modifier le code]

En août 2014, deux banques françaises, la Société générale et le CIC, ferment les comptes bancaires de l’ONG[5].

En février 2015, les locaux de BarakaCity à Courcouronnes sont perquisitionnés par la police[14],[15]. Le domicile d'un ancien salarié est perquisitionné en novembre de la même année. C'est la proximité de l'organisation avec les milieux salafistes qui explique cette dernière opération[6],[7]. Le 30 mai de la même année, un incendie éclate au siège de l'organisation sans faire de victimes[16].

Une nouvelle perquisition a eu lieu le dans le cadre de l’état d’urgence. Dans un document de source policière que s’est procuré le magazine L'Obs, ses membres seraient présentés comme des « musulmans fondamentalistes », qui effectueraient « régulièrement » dans le cadre de leurs activités humanitaires des voyages en Syrie, et qui pourraient détenir dans leurs bureaux « armes et stupéfiants »[17].

Affaire Moussa Ibn Yacoub[modifier | modifier le code]

Le 22 décembre 2015, Moussa Ibn Yacoub, membre de Barakacity visite des écoles et des orphelinats au Bangladesh et s’enquiert de la situation des Rohingyas réfugiés dans ce pays[18]. Il y est arrêté et mis en détention pour utilisation de fausse identité (son nom d’usage musulman, choisi lors de sa conversion, est différent de son état-civil[19]) et pour « activités suspectes en lien avec le terrorisme »[20], mais l’association laisse entendre que l’on reprocherait plutôt sa présence auprès des Rohingyas[21],[22].

L'association cherche à le faire libérer[23],[24].

Moussa Ibn Yacoub obtient une libération conditionnelle le 1er mars suivant, grâce à un pourvoi en cassation de son avocat devant la Cour suprême de Dacca, sans jugement au fond, et avec l'interdiction de sortir du territoire[19].

Controverses[modifier | modifier le code]

Céline Pina, conseillère régionale PS[25], dénonce leurs actions musclées au Salon de la femme musulmane de Pontoise et une stratégie marketing extrêmement efficace de la culpabilisation et du chantage affectif[26]. Elle accuse l'association de tenir un discours de guerre de civilisation « anti-occidental », lorsque son président tient ces propos : « Regardez, regardez cet enfant, regardez-le bien car ce pourrait être le vôtre, car un jour ce sera le vôtre. Les Occidentaux, c'est eux qui l'ont tué, pour le pouvoir, l'argent, le pétrole… Ils soutiennent les tyrans, ils leur vendent des bombes pour massacrer nos frères. Ils s'en moquent des enfants morts et ils se moquent aussi de toi, mon frère. Ils ne nous accepteront jamais. On est en guerre, mais toi, tu n'es pas des leurs, tu ne le seras jamais. Alors donne à la cause si tu veux que tes frères te protègent quand viendra l'orage. Car si tu les choisis, tu n'es plus notre frère. Et tu seras seul, car eux te rejetteront toujours. Et dans une guerre, quand on est seul… C'est donc seul ou avec nous. Pas d'autres choix ».

Invité dans l'émission de télévision, Le Supplément, diffusée sur Canal+ le dimanche , son leader, Idriss Sihamedi, refuse de condamner l'organisation État islamique[27],[26]. Le compte Facebook de l’ONG est « liké » par plus de 650 000 personnes[28].

Pour Bernard Godard, auteur de La Question musulmane en France, un état des lieux sans concession, BarakaCity est caractéristique de ces nouveaux acteurs de l’islam rigoriste qui « mélangent le registre humanitaire et ceux strictement religieux et purement identitaires »[15].

À la suite de l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé son intention de proposer sa dissolution en Conseil des ministres[29]. La dissolution est prononcée par le président de la République après avis du Conseil des ministres par un décret du 28 octobre 2020[30]. Cette dissolution se fonde sur les dispositions de l’article L. 212-1 du Code de la sécurité intérieure (ex-Loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées), et notamment les critères 6° (provocation à la discrimination) et 7° (provocation au terrorisme) [31]. D'après le ministre, cette association « incitait à la haine, entretenait des relations au sein de la mouvance islamiste radicale, se complaisait à justifier des actes terroristes[32] ».

Idriss Sihamedi[modifier | modifier le code]

Idriss Sihamedi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Driss YemmouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Autres informations
Religion

Driss Yemmou, dit Idriss Sihamedi est le président et fondateur de l'association humanitaire Barakacity. Salafiste, il suscite la polémique à cause de l'opacité qui entoure le financement de son association[33],[34] et par ses prises de position, écrivant notamment : « Je pense que la musique peut être dangereuse, la polygamie une alternative contre l'adultère et le voile un signe de pudeur. Suis-je fou ? »[35].

En décembre 2014, RTL révèle qu'il est fiché par la DGSI[36],[24].

Invité dans l'émission de télévision française, Le Supplément, présenté par Ali Baddou et diffusée sur Canal+ le dimanche , il déclare que les locaux ont subi des perquisitions et pense faire l'objet d'une fiche S. Après avoir affirmé que son Organisation non gouvernementale internationale aurait levé 16 millions d'euros de dons en trois ans, ses déclarations ambiguës mettent mal à l'aise l'auditoire[37], dont la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, présente sur le plateau[38],[39] car il refuse de serrer la main des femmes présentes. Il ne condamne pas les actes de Daesh.

Lors de la pandémie de Covid-19 de 2020, il se réjouit publiquement des mesures de distanciation sociale : c'est « la première fois de ma vie que je peux dire à une femme qui veut me serrer la main « non » dans la joie et la bonne humeur. Ça fait bizarre de voir que des choses halal deviennent normales »[40].

Le 3 septembre 2020, il se réjouit de la mort des journalistes lors de l'attentat contre Charlie Hebdo, précisant prier pour « augmenter à 2 000 degrés les flammes de leurs tombes »[41].

En octobre de la même année, les locaux de BarakaCity et le domicile d'Idriss Sihamedi font l'objet d'une perquisition. Sihamedi est interpellé et placé sous contrôle judiciaire. Il est poursuivi pour avoir harcelé sur Twitter la chroniqueuse de RMC Zohra Bitan. Il a par ailleurs, selon Charlie Hebdo, dévoilé dans une série de tweets des informations d’ordre privé au sujet de la journaliste Zineb El Rhazoui, qui a également déposé plainte[13],[42].

Il est condamné en mars 2021 pour avoir qualifié Zineb El Rhazoui d'« arabe de service »[43]. Le même mois, il est condamné à 10 mois de prison avec sursis et 5 000 euros d'amende pour cyberharcèlement à l'égard de Zohra Bitan [44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le juge des référés du Conseil d’État rejette la demande de suspension de la dissolution de l’association Barakacity », (consulté le 25 novembre 2020)
  2. Vincent Brengarth, « Communiqué des avocats de BarakaCity », sur twitter.com, (consulté le 25 novembre 2020)
  3. Rédaction, « Dissolution de Barakacity : les avocats contestent la décision du Conseil d'Etat et annoncent saisir la Cour européenne des droits de l'Homme », sur francetvinfo.fr, (consulté le 13 mars 2021)
  4. « Consulter les annonces du JO Association< », sur www.journal-officiel.gouv.fr (consulté le 5 février 2016)
  5. a et b La Société Générale et le CIC ferment les comptes bancaires de l’ONG BarakaCity, Islam & Info, 20 août 2014
  6. a et b Bernadette Sauvaget, « Le salafisme, antichambre du jihadisme ? », Libération,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Julia Pascual, « L’islam radical, cible des autorités depuis les attentats », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Eugénie Bastié, « La montée en puissance du controversé Collectif contre l'islamophobie (CCIF) », sur Le Figaro,
  9. a b et c Fouad Bahri, « Financement, méthodes, objectifs : Zaman France lève le voile sur BarakaCity », Zaman France,‎ (lire en ligne)
  10. a b c et d Émilie Tôn, « BarakaCity, l’ONG islamique qui cartonne autant qu’elle dérange », Rue89,‎ (lire en ligne)
  11. a b et c Pauline Froissart, « Enquête: Baraka city, l'ONG musulmane qui suscite engouement et suspicion », Le Point,‎ (lire en ligne)
  12. « De Birmanie à Gaza : BarakaCity décroche le jackpot ! », sur mediapart.fr,
  13. a et b Laure Daussy, « Mais qui est Idriss Sihamedi, l’influenceur fondamentaliste qui vient d’être arrêté ? », sur Charlie Hebdo, (consulté le 16 octobre 2020).
  14. « Evry-Courcouronnes : l'association BarakaCity dans la tourmente », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  15. a et b Julia Pascual et Cécile Chambraud, « BarakaCity, l’ONG islamique qui dérange », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  16. « Courcouronnes : un feu ravage l'association BarakaCity », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  17. « Idriss Sihamedi, fondateur de Baraka City, nouvel "ennemi de la République" », sur L'Obs (consulté le 5 février 2016)
  18. « Baraka City: Moussa maintenu en détention au Bangladesh », sur www.lexpress.fr (consulté le 5 février 2016)
  19. a et b « Bangladesh : l’humanitaire français Moussa Ibn Yacoub libéré », sur www.lemonde.fr (consulté le 1er mars 2016)
  20. Moussa, 28 ans, humanitaire détenu au Bangladesh depuis deux semaines, leparisien.fr
  21. BarakaCity, « #FreeMoussa », sur barakacity.com (consulté le 5 février 2016)
  22. « Moussa, humanitaire détenu au Bangladesh, a comparu devant un juge », sur Libération.fr (consulté le 5 février 2016)
  23. « Le président de Barakacity accusé de ne pas assez se désolidariser de l'EI », sur www.lexpress.fr (consulté le 5 février 2016)
  24. a et b « Qui est Idriss Sihamedi, le président de l'ONG islamique BarakaCity ? », sur RTL.fr (consulté le 5 février 2016)
  25. « Céline Pina », sur www.huffingtonpost.fr (consulté le 26 janvier 2016)
  26. a et b lefigaro.fr, « Un intégriste sur le plateau de Canal + : Céline Pina interpelle Najat Vallaud-Belkacem », sur Le Figaro (consulté le 26 janvier 2016)
  27. rtl.fr, « BarakaCity : qui est Idriss Sihamedi, l'homme qui a suscité le malaise de Najat Vallaud-Belkacem dans "Le Supplément" ? », sur RTL (consulté le 27 janvier 2016)
  28. BarakaCity, l’ONG islamique qui dérange, lemonde.fr, 27 janvier 2016
  29. « Attentat de Conflans : Darmanin annonce "des opérations de police en cours" et 51 associations contrôlées », sur Europe 1 (consulté le 19 octobre 2020)
  30. [1]
  31. ajouter le lien vers Légifrance après la publication du JO du 29 octobre
  32. L’association humanitaire BarakaCity dissoute en conseil des ministres https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/28/l-association-humanitaire-barakacity-dissoute-en-conseil-des-ministres_6057670_3224.html
  33. Julia Pascual, « L’islam radical, cible des autorités depuis les attentats », sur Le Monde.fr (consulté le 25 janvier 2016)
  34. « Montreuil: le portrait de Moussa, détenu au Bangladesh, sur le fronton de la mairie », sur lexpress.fr (consulté le 25 janvier 2016)
  35. Judith Waintraub et Vincent Nouzille, « L'islamosphère », Le Figaro Magazine, semaine du 6 octobre 2017, pages 50-56.
  36. « Jihad business : des associations caritatives surveillées de près », sur RTL.fr (consulté le 26 janvier 2016)
  37. « VIDÉO. Najat Vallaud Belkacem gênée par la réponse d'Idriss Sihamedi sur Daech », sur Le Huffington Post, (consulté le 25 janvier 2016)
  38. « "Le Supplément" : malaise de Vallaud-Belkacem face à un "musulman normal"… sexiste », sur Marianne (consulté le 25 janvier 2016)
  39. Christophe Da Silva et Michael Bouche, « Gros malaise entre Vallaud-Belkacem et un "musulman normal" (et sexiste) », sur 7s7 (consulté le 25 janvier 2016)
  40. Sophie de Peyret, « La comparaison du masque et du voile fait le jeu du salafisme », sur Le Figaro, (consulté le 10 septembre 2020)
  41. « Le leader islamiste de BarakaCity souhaite qu'“Allah enflamme la tombe” des morts de Charlie Hebdo », sur Valeurs actuelles (consulté le 17 octobre 2020)
  42. Paul Conge, Le président de BarakaCity jugé pour cyberharcèlement contre Zineb El Rhazoui, marianne.net, 17 décembre 2020
  43. Paul Conge, « Zineb El Rhazoui traitée d'"arabe de service" : Idriss Sihamedi condamné à 3 000 euros d'amende », sur www.marianne.net, 2021-03-03utc15:02:11+0000 (consulté le 3 mars 2021)
  44. Cyberharcèlement : dix mois de prison avec sursis pour le fondateur de Barakacity, leparisien.fr, 12 mars 2021

Liens externes[modifier | modifier le code]