Avenue Gabriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

8e arrt
Avenue Gabriel
Image illustrative de l’article Avenue Gabriel
Ambassade des États-Unis.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Champs-Élysées
Madeleine
Début Place de la Concorde
1, rue Boissy-d’Anglas
Fin 2, avenue Matignon
Morphologie
Longueur 700 m
Largeur 15 m
Historique
Création Vers 1670
Dénomination 1818
Ancien nom Avenue de l’Élysée (1772)
Géocodification
Ville de Paris 3903
DGI 3896

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue Gabriel
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L’avenue Gabriel est une voie du 8e arrondissement de Paris. Elle commence place de la Concorde et au 1, rue Boissy-d’Anglas et se termine au 2, avenue Matignon.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Plaque de rue de l’avenue Gabriel à Paris.

Sur le côté septentrional (côté des numéros pairs), l'avenue Gabriel sert pour l'essentiel de limite de fond de parcelle aux hôtels particuliers édifiés sur le côté méridional de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, comme les hôtels Pillet-Will, de Charost ou de Pontalba et, bien entendu, le palais de l'Élysée dont le parc s'arrondit en une demi-lune créée sur l'ordre de madame de Pompadour en 1763 par une emprise irrégulière sur les terrains des Champs-Élysées, propriété de la Couronne. Une grille monumentale, la « grille du Coq », y a été aménagée en 1905. Le côté des numéros impairs correspond à la bordure des carrés des Ambassadeurs, de l'Élysée et Marigny des jardins des Champs-Élysées (avenue des Champs-Élysées). S'y trouvent : l'Espace Cardin, le pavillon Gabriel — ancien Alcazar d'été — et le restaurant Laurent.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle rend hommage à l'architecte Ange-Jacques Gabriel (1698-1782), premier architecte du Roi et créateur de la place Louis-XV, l’actuelle, place de la Concorde.

Historique[modifier | modifier le code]

L’avenue Gabriel fut tracée dès la création de l'avenue des Champs-Élysées parallèle en 1670, dans la portion comprise entre l'avenue Matignon et l'avenue de Marigny. En 1772, elle prit le nom d’« avenue de l’Élysée ». En 1818, l'avenue Gabriel fut prolongée au-delà de l'avenue de Marigny jusqu'à la place de la Concorde en absorbant une portion de voie qui faisait jusqu'alors partie de l'avenue des Champs-Élysées et reçut alors son nom actuel.

Les grilles le long de l'avenue Gabriel n'ont été mises en place qu'en 1818. Auparavant, les hôtels du faubourg Saint-Honoré n'étaient séparés des Champs-Élysées que par un fossé doublé d'une barrière.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Plaque commémorative de Roger Réal sur la façade de l'Espace Cardin[1].
Immeuble à l'angle du 1, avenue de Marigny et du 34, avenue Gabriel à Paris.
Façade de l'hôtel des Colonnes.
Façade du restaurant Laurent.
Plaque commémorative Francis de Croisset au 44, avenue Gabriel.

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

Sur l'avenue Gabriel, l'une des dernières boites à sable de Paris[6]. Petits édicules en fonte, elles stockaient le sable utilisé par les cantonniers pour sabler les voies en cas de neige. Désormais inutiles, celles qui restent ont été reconverties en cheminée d'aération du métro.
  • No 2 :
    • hôtel Grimod de La Reynière : à l'angle de l'avenue Gabriel et de la rue Boissy-d'Anglas ;
    • pavillon de Mortefontaine : ce pavillon carré en pierre, élevé d'un étage, avait été édifié par Ange-Jacques Gabriel en 1760 à l'angle des actuelles avenue Gabriel et rue Boissy-d'Anglas. Il avait son pendant de l'autre côté de l'avenue des Champs-Élysées, à l'angle du cours la Reine, dénommé « pavillon d'Ermenonville[7] ». Transformés en corps de garde en 1840, les deux pavillons furent détruits en 1854. Le pavillon de Mortefontaine avait servi de logement à l'ingénieur Jean-Rodolphe Perronet (1708-1794) tandis qu'il dirigeait les travaux de construction du pont de la Concorde entre 1787 et 1792. C'est là qu'il mourut en 1794. En 1796, le pavillon fut loué au restaurateur Haudebourg, qui le sous-loua à Jacques Ledoyen, frère aîné de Michel, fondateur en 1791 du célèbre restaurant qui porte encore son nom et qui se trouvait alors de l'autre côté de l'avenue Gabriel, dans le carré des Ambassadeurs. Sous la Restauration, c'était devenu un établissement de mauvaise réputation que tinrent des informateurs de la police, Boulet en 1822, Duru en 1828. À proximité immédiate, on construisit en 1838 un éphémère panorama maritime, le Navalorama, dont les tableaux étaient peints par Gamin.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. http://www.plaques-commemoratives.org/plaques/ile-de-france/plaque.2006-09-29.0515180885/view .
  2. L'usage est de prononcer « La Trémouille ».
  3. Évoqué par exemple par Boni de Castellane qui dit de Charles Haas qu'« il appartenait à cette catégorie d'oisifs spirituels et inutiles qui étaient comme un luxe dans la société d'alors et dont le principal mérite consistait à potiner, avant le dîner, au Jockey ou chez la duchesse de la Trémoille ».
  4. G. Lenotre, Notes et souvenirs, Paris, Calmann-Lévy, 1940, p. 149 et suiv.
  5. Avenue Gabriel sur le site Mon village : le faubourg du Roule et ses environs (consulté le 3 janvier 2009).
  6. On en trouve également place de la Reine-Astrid et avenue Trudaine.
  7. Le nom en est rappelé par un pavillon construit dans le bois de Boulogne.

Liens externes[modifier | modifier le code]