André de Fouquières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Becq de Fouquières et Fouquières.
André de Fouquières
André de Fouquières Nadar.jpg
Portrait photographique de Fouquières par Nadar.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marcelin André Becq de FouquièresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Dramaturge, essayiste, conférencierVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Autres informations
Distinction

Marcelin André Becq de Fouquières, né le [1] à Paris 8e où il est mort le [2], est un conférencier, homme de lettres et « homme du monde » français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième fils de Louis Becq de Fouquières et d’Hélène de Groiseilliez (1836-1925), neveu du peintre Marcellin de Groiseilliez, il est élève de l’école Saint-Ignace[3] à Paris, puis obtient un diplôme de l’École des Langues orientales.

Souhaitant se consacrer à la « chose publique » et à la politique, il devient membre de la conférence Molé-Tocqueville dont il assure brièvement le secrétariat. Partisan de la restauration de la monarchie, il fonde en 1895 le Comité de l’Œillet blanc, association qui voulait constituer la garde d’honneur du duc d’Orléans en exil à Bruxelles. Après deux échecs électoraux, il renonce à la vie politique, mais continue de fréquenter les personnalités d’Ancien Régime et les cours européennes, ainsi que de nombreuses personnalités du spectacle[4]. Il est reçu, grâce à son ami Henry du Moulin de Labarthète, dans l’ordre de la Francisque[réf. nécessaire][5]

Il écrit en collaboration plusieurs pièces de théâtre en collaboration avec Georges Casella, Jacques Monnier, Jean Kolb et Raymond Silva. Il a écrit différents ouvrages de souvenirs et la préface d’ouvrages sur l’art de vivre.

Il participe à de nombreux événements mondains, on le voit notamment aux événements de plusieurs stations balnéaires : Deauville, Dinard, La Baule

Vers la fin de sa vie, il est élu président des Parisiens de Paris[6].

Frère de Jacques (1866-1945) et de Pierre de Fouquières, diplomate, chef du Protocole et introducteur des ambassadeurs pendant l’entre-deux-guerres, il est évoqué dans un des 480 souvenirs cités par Georges Perec dans Je me souviens. Patrick Modiano le met en scène dans un chapitre de son roman Villa Triste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comme l’attestent des actes notariés de la famille. Sur la jaquette de Cinquante ans de Panache, l’éditeur Horay indique par erreur 17 mai 1875.
  2. Archives de l’état civil de Paris en ligne, acte de naissance n°731 du 17/5/1874 ; avec mention marginale du décès, date et lieu indiqués : 13 janvier 1959 à Paris 8e.
  3. Établissement jésuite sis rue de Madrid.
  4. André de Fouquières, Cinquante ans de panache, Paris, Pierre Horay, coll. « Flore », , 506 p. (lire en ligne).
  5. Référence nécessaire. Henry du Moulin de Labarthète n'apparaît dans aucun de ses ouvrages publiés par André de Fouquières, ni même dans son carnet d'adresse personnel commencé avant 1940. Quelle source évoque cette amitié et le rôle du premier ? Dans quelle liste de l'ordre de la Francisque apparaît André de Fouquières ?
  6. Voir la plaque apposée sur l’immeuble du 162 boulevard Haussmann à Paris.

Publications[modifier | modifier le code]

Caricature d’André de Fouquières par Yves Marevéry.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • C’est pas chic !, comédie en 1 acte, en collaboration avec Georges Casella, Paris, théâtre des Capucines, 5 juin 1905.
  • Une nuit, pièce en 1 acte, en collaboration avec Georges Casella, Paris, Théâtre Molière, 15 décembre 1905.
  • J’attends Zoé, en collaboration avec Georges Casella.
  • Sensationnel article, en collaboration avec Georges Casella.
  • La Bonne à rien faire, comédie en 2 actes, d’après une nouvelle de Guy de Maupassant, en collaboration avec Jacques Monnier, Paris, théâtre des Deux-Masques, 23 janvier 1906.
  • Le Tiers-porteur, ou l’Honneur de Désiré, opérette en 1 acte, en collaboration avec Jean Kolb, musique de Claude Terrasse, Paris, théâtre Michel, 26 avril 1912.
  • Un chien dans un jeu de quilles, comédie en 3 actes, en collaboration avec Raymond Silva, Paris, théâtre Femina, 19 janvier 1922.

Essais[modifier | modifier le code]

  • De l’art, de l’élégance, de la charité, Paris, de Boccard, 1910.
  • Au paradis des rajahs, Paris, de Boccard, 1912.
  • Les Amours de Lauzun, Paris, Flammarion, 1931.
  • Cinquante ans de panache, Paris, Pierre Horay, 1951.
  • André de Fouquières évoque ses souvenirs, Traces écrites, 1951.
  • La Courtoisie moderne, précis des nouveaux usages, Paris, Pierre Horay, 1954.
  • Mon Paris et ses Parisiens, Paris, Pierre Horay, 5 vol.
  1. Les Quartiers de l’Étoile, 1953.
  2. Le Quartier Monceau, 1954.
  3. Pigalle 1900, Paris, Pierre Horay, 1955.
  4. Le Faubourg Saint-Honoré, 1956.
  5. Vers le Point du Jour, 1959.

Liens externes[modifier | modifier le code]