Archibald Alexander Hodge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Archibald Alexander Hodge
Archibald Alexander Hodge.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
PrincetonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Autres informations
A travaillé pour
Religion

Archibald Alexander Hodge ( - ), pasteur américain et dirigeant de l'Église presbytérienne, fut le directeur du Princeton Theological Seminary de 1878 à 1886[1]. Il s'inscrivit comme son père Charles Hodge dans le courant de pensée dit de la "théologie de Princeton".

Biographie[modifier | modifier le code]

Archibald Alexander Hodge est né le 18 juillet 1823 dans le foyer de Sarah et du pasteur Charles Hodge à Princeton (New Jersey)[1]. Il doit ses prénoms au mentor de son père, Archibald Alexander, qui fut le tout premier directeur du Princeton Theological Seminary.

A. A. Hodge entré au College of New Jersey (l'actuelle Université de Princeton) en 1841, puis au Princeton Theological Seminary en 1847[1].

Il a d'abord été missionnaire en Inde pendant trois ans (1847-1850), puis est rentré aux États-Unis, devenant pasteur en paroisse, successivement à Lower West Nottingham, dans le Maryland (1851-1855), Fredericksburg en Virginie (1855-1861) et à Wilkes-Barre en Pennsylvanie (1861-1864). En 1864, il accepta un appel à la chaire de théologie systématique au Western Theological Seminary (l'actuel séminaire théologique de Pittsburgh) à Pittsburgh, en Pennsylvanie. En 1877, il est appelé à Princeton pour assister son père, Charles Hodge, dans sa charge d'enseignement de théologie systématique. En 1878, il lui succède comme titulaire de la chaire de théologie systématique[2].

Il était administrateur du College of New Jersey et dirigeant de l'Église presbytérienne américaine.

Il mourut le 12 novembre 1886 à Princeton[1].

Influence[modifier | modifier le code]

Archibald Alexander Hodge a accompli jusqu'à la fin de sa vie un important travail d'écriture, de prédication, de conférences, de discours, de contacts avec les hommes d'influence et, ce faisant, d'élargissement de l'influence du christianisme aux États-Unis. Parmi ses écrits les plus influents, on trouve un article intitulé "Inspiration" qui a inauguré une série d'articles parus dans la "Revue presbytérienne" qui a établi la théologie biblique comme une science historique. Cet article a été co-écrit avec Benjamin B. Warfield en 1880[3]. Il a été l'un des fondateurs de la "Revue presbytérienne", et l'un de ses contributeurs importants. Il a contribué à des articles importants dans des encyclopédies comme l'encyclopédie Johnson's, McClintock et Strong's, et l'encyclopédie Schaff-Herzog.

En chaire, Hodge était un prédicateur d'une grande puissance. Comme il n'avait pas besoin de faire une nouvelle préparation chaque semaine, il n'avait que peu de sermons et il les prêchait fréquemment. Ces sermons n'ont jamais été écrits et n'ont pas été composés avec de grands efforts. Ils se sont développés à partir de modestes ébauches et, au fur et à mesure des nouvelles réfexions accompagnant de nouvelles prédications, ils devinrent de plus en plus élaborés et d'une grande qualité littéraire.

Positions théologiques[modifier | modifier le code]

Le trait distinctif de A.A. Hodge en tant que théologien était sa capacité à conceptualiser. Il avait un esprit d'une acuité singulière, ce qui en faisait un véritable métaphysicien autodidacte mais sa théologie était réformée, tout à fait dans la ligne de celle de son père. Bien qu'il ait enseigné la même théologie que son père, il était indépendant et respectueux. Son premier livre et celui par lequel il est le plus connu est son Outlines of Theology (New York, 1860 ; édition revue, 1878 ; réimprimé en 1996, (ISBN 0851511600)), qui a été traduit en gallois, grec moderne et hindoustani. Son livre "L'expiation dans le christianisme... (Philadelphie, 1867 ; réimprimé en 1989, ( (ISBN 0685268381)) est toujours considéré comme l'un des meilleurs traités sur le sujet. Son commentaire sur la Confession de foi de Westminster (1869, (ISBN 0837009324)) est considéré comme un livre très utile, clair et concis.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Archibald Alexander Hodge est l'auteur de quelque 37 livres, tous dans le domaine public et souvent accessibles en ligne. Voici ses principaux livres et les liens pour y accéder :

  • A commentary on the confession of faith [of the Assembly of divines] edited by W.H. Goold ("Un commentaire de la Confession de foi [de l'Assemblée des pasteurs] présenté par W.H. Goold")
  • Popular lectures on theological themes ("Conférences publiques sur des questions théologiques")
  • Questions on the text of the Systematic Theology of Dr. Charles Hodge : together with an exhibition of various schemes illustrating the principles of theological construction (by A. A. Hodge)(1885)

Articles ou extraits de ses oeuvres classés par sujets[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « Archibald Alexander Hodge », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Milton Terry, « Biblical Scholars of the United States in 1882 », The Biblical World, Chicago, University of Chicago Press, vol. 39, no 4,‎ , p. 225-234 (DOI 10.1086/474575, JSTOR 3141861)}
  3. (en) Henry Smith, « Thirty Years of Biblical Study », The Biblical World, Chicago, University of Chicago Press, vol. 39, no 4,‎ , p. 235-242[240] (DOI 10.1086/474576, JSTOR 3141862).