André Dumas (théologien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

André Dumas, né le à Montauban et mort le à La Roche-sur-Yon, est un pasteur et théologien français, professeur de philosophie et d'éthique à la faculté de théologie protestante de Paris. Influencé par la pensée de Karl Barth, il est spécialiste de Dietrich Bonhoeffer.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Dumas est le fils d'un médecin militaire mort au front, six mois avant sa naissance, et de Thérèse Dumas. Sa mère et lui vivent avec ses grands-parents maternels, d'abord à Montauban, puis à Montpellier où Léon Maury est professeur de théologie[1]. Il est étudiant à la faculté de théologie de Montpellier lorsque la Seconde Guerre mondiale débute. Il est secrétaire général de la Fédération française des associations chrétiennes d'étudiants de 1943 à 1949[2] et exerce un ministère itinérant[1]. Il s'engage comme équipier de la Cimade au camp de Rivesaltes, et il participe à l'organisation matérielle et culturelle auprès des réfugiés internés, juifs, républicains espagnols, ou Tziganes[1]. Il s'agit également de dresser de « contre-listes comportant les noms des personnes à exempter » de la déportation[1]. Il participe au dispositif qui permet aux détenus juifs de passer en Suisse en leur fournissant de faux papiers[3]. Il épouse en 1944 Francine Dumas, directrice des études à l'école de service social[4]. Elle est cofondatrice du mouvement Jeunes Femmes en 1945 et membre du bureau de l'association jusqu'en 1968[5].

Il est nommé pasteur à Pau, de 1949 à 1956, puis aumônier universitaire à Strasbourg de 1956 à 1961[1]. Il est nommé maître de conférences à la faculté de théologie protestante de Paris en 1961, puis professeur, titulaire de la chaire de philosophie et d'éthique. Il est doyen de la faculté de 1973 à 1975 et professeur émérite en 1984.

Il est l'auteur d'un livre sur Dietrich Bonhoeffer : Une Théologie de la réalité : Dietrich Bonhoeffer[6],[7]. Il participe, avec Francine Dumas, au « groupe de travail sur les relations entre l’homme et la femme dans l’Église et la société » du Conseil œcuménique des Églises, de 1954 à 1961[8], s'engage contre la torture durant la guerre d'Algérie, prend position en faveur de la dépénalisation de l'avortement et de la contraception.

Il est président du conseil d’administration de l'hebdomadaire Réforme de 1977 à 1988[9], chroniqueur au Monde[2], membre du comité de rédaction de la revue Esprit[8] et du comité d'honneur du MRAP[10].

Il reçoit en 1994 le titre de Juste parmi les nations du Yad Vashem[11],[12]. Il meurt à la Roche-sur-Yon le [2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ma sœur Anne, conte en vers, Delagrave, 1936
  • Théologie du corps, Paris, IPT, 1965-1966
  • Une Théologie de la réalité : Dietrich Bonhoeffer, Labor et Fides, 1968
  • Ces mots qui nous font croire et douter, Éd. œcuméniques, Lyon-Paris, 1971
  • Prospective et prophétie : Les Églises dans la société industrielle, Éditions du Cerf, 1972
  • Théologies politiques et vie de l'Église, Le Chalet, Paris 1977
  • Nommer Dieu, Cerf, 1980
  • Marie de Nazareth (avec Francine Dumas), Labor et Fides, 1989
  • Cent prières possibles, Éditions Cana, 1991, Albin Michel, 2000[13]
  • Foi et réalité, éd. par Jacques Maury, les Bergers et les mages, 1999, 93 p. (ISBN 2-85304-145-X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Stéphane Lavignotte, « André Dumas (1) : une jeunesse engagée », màj 7 décembre 2015, Réforme, [lire en ligne], consulté le 16 avril 2020
  2. a b et c [hommage] Henri Tincq, « Le pasteur André Dumas Une voix unique dans le protestantisme », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2020).
  3. Anne Boitel, « Agir, témoigner, résister au sein d’un camp d’internement français : l’action de la Cimade à Rivesaltes entre 1941 et 1942 », dans Dzovinar Kévonian, Geneviève Dreyfus-Armand, Marie-Claude Blanc-Chaléard et Marianne Amar (dir.), La Cimade et l’accueil des réfugiés, Presses universitaires de Paris Nanterre, (ISBN 9782821851092, lire en ligne), p. 83-99.
  4. Bolle 1993, p. 182.
  5. Pierre Bolle, « Francine Dumas », dans André Encrevé (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 5 Les Protestants, Paris, Beauchesne, (ISBN 2701012619), p. 183.
  6. [compte rendu] « André Dumas, Une théologie de la réalité, Dietrich Bonhoeffer. Genève, Labor et Fides, 1968 », Revue d'histoire et de philosophie religieuses, vol. 49, no 2,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2020).
  7. [compte-rendu] Jacques-J. Natanson, « Bonhoeffer théologien de la réalité », Esprit, vol. 395, no 9,‎ septmbre 1979, p. 422-431 (lire en ligne, consulté le 16 avril 2020).
  8. a et b Philippe Vassaux, « André Dumas », Encyclopædia Universalis (consulté le 16 avril 2020).
  9. Stéphane Lavignotte, « André Dumas (2) : Les lieux d’un éthicien », Réforme,‎ màj 30 novembre 2015 (lire en ligne, consulté le 16 avril 2020).
  10. Albert Lévy, « Allocution à l'occasion de la remise des insignes de chevalier de l'ordre du Mérite à Anne-Marie Goguel », Autres Temps. Cahiers du christianisme social, vol. 2,‎ , p. 42-47 (lire en ligne, consulté le 16 avril 2020).
  11. Comité français pour Yad Vashem
  12. (en) André Dumas sur le site Yad Vashem
  13. [compte rendu] France Quéré, « Un livre d'André Dumas Prières d'un théologien », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2020).