Stéphane Lavignotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stéphane Lavignotte (né le à Metz) est un pasteur, écrivain et militant écologiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord journaliste, il est très engagé sur les questions sociales et sociétales, notamment le logement des sans-papiers. C'est en assistant à l'occupation du Temple des Batignolles par des sans-papiers qu'il découvre le protestantisme, les pasteurs soutenant les manifestants plutôt que de les chasser[1].

Il est baptisé à l'Église réformée de France en janvier 2000 et devient pasteur en juin 2006. Trois ans plus tard, il bénit un couple homosexuel, travaillant à faire évoluer la doctrine de l'Église protestante unie de France, qui autorise ces bénédictions en mai 2015[1].

Il est directeur de « La Maison verte », dans le 18e arrondissement de Paris, jusqu'en 2012. Le lieu est à la fois une maison de quartier gérée par une association loi de 1901 et une paroisse protestante, poste local de la Mission populaire évangélique qui fait partie de la Fédération protestante de France[2]. En dehors des cérémonies, le lieu accueille des conférences, des cours de soutien scolaire, une chorale, un café, un ciné-club accessible aux malentendants et sert de domiciliation à plus de 1000 sans domicile fixe[3].

Il vit à L'Île-Saint-Denis avec sa compagne Véronique Dubarry[4], ex-adjointe (écologiste) au maire de Paris Bertrand Delanoë, chargée des personnes en situation de handicap[1].

Philosophie et engagements[modifier | modifier le code]

Stéphane Lavignotte est inspiré par la pensée de Jacques Ellul et Serge Moscovici, à qui il a consacré des ouvrages.

Il a été membre des Verts durant une quinzaine d'années et les quitte en 2001 pour en condamner la proximité avec le parti socialiste. Il soutient Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2012 puis adhère à Ensemble ![4].

En 2003, il est un des initiateurs du mouvement Vélorution[5].

En 2016, il soutient Karima Delli lors de la primaire écologiste, avant d’appeler à soutenir Yannick Jadot au second tour en alertant sur l'« écologie conservatrice » de son adversaire[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vivre égaux et différents, éditions de l'Atelier, 2008.
  • Au-delà du lesbien et du mâle : la subversion des identités dans la théologie, Van Dieren, coll. « Débats », 2008.
  • La décroissance est-elle souhaitable ?, éditions Textuel, coll. « Petite Encyclopédie critique », 2010.
  • Jacques Ellul, l'espérance d'abord, éditions Olivétan, 2010.
  • Préface à Protestantisme et socialisme, de Tommy Fallot, éditions Ampelos, 2010.
  • Les religions sont-elles réactionnaires ?, éditions Textuel, coll. « Petite Encyclopédie critique », 2014.
  • Serge Moscovici ou l'Écologie subversive, Les Petits matins, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]