Ioánnis Lagós

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yiánnis Lagós
Illustration.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 25 jours)
Élection 26 mai 2019
Législature 9e
Groupe politique NI
Député au Parlement grec

(7 ans, 1 mois et 20 jours)
Élection 6 mai 2012
Réélection 17 juin 2012
25 janvier 2015
20 septembre 2015
Circonscription Le Pirée B
Législature XIVe, XVe, XVIe et XVIIe
Biographie
Nom de naissance Ioánnis Lagós
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Le Pirée (Grèce)
Nationalité Grecque
Parti politique Aube Dorée (jusqu'en 2019)

Ioánnis Lagós (grec moderne : Ιωάννης Λαγός), né le [1], est un homme politique grec, ancien membre de l'Aube Dorée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Activités politiques[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives grecques de mai 2012, il est élu député[2] pour la 14e législature, qui aura duré du au . Lors des élections législatives grecques de juin 2012, il est réélu le à la 15e législature, puis le 25 janvier 2015 à la 16e législature dans la deuxième circonscription du Pirée[2]. Il est élu eurodéputé lors des élections européennes de mai 2019.

Il quitte l'Aube Dorée à la suite des élections législatives de juillet 2019[3], lesquelles verront le parti y perdre sa représentation en raison d'un résultat décevant (2,93 %). Il fonde par la suite un nouveau mouvement, Conscience populaire nationale, avec, entre autres, deux anciens députés de l'Aube Dorée, Panayiótis Iliópoulos et Geórgios Germenís[4].

Lors d'un débat au Parlement européen en janvier 2020, il déchire un drapeau turc et proclame « Dehors les Turcs ». La Turquie dénonce un geste raciste[5].

Activités criminelles et condamnations[modifier | modifier le code]

Le , Lagós est reconnu coupable d’avoir dirigé une « organisation criminelle » et condamné à 13 ans de prison ferme par la cour pénale d'Athènes[6]. Son éventuelle incarcération doit être précédée de la levée de son immunité parlementaire par le Parlement européen[7].

Le , après la levée de son immunité parlementaire, il est arrêté à Bruxelles[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]