Egra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eger.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Egra (homonymie).

Egra / Cheb
Egra
Place du marché et fontaine d'Hercule.
Blason de Egra / Cheb Drapeau de Egra / Cheb
 
Administration
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Région Flag of Karlovy Vary Region.svg Karlovy Vary
District Cheb
Région historique Bohême
Maire Zdeněk Hrkal
Code postal 350 02
Indicatif téléphonique international +(420)
Démographie
Population 32 171 hab. (2018)
Densité 334 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 46″ nord, 12° 22′ 14″ est
Altitude 459 m
Superficie 9 637 ha = 96,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte administrative de République tchèque
City locator 14.svg
Egra / Cheb

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte topographique de République tchèque
City locator 14.svg
Egra / Cheb
Liens
Site web www.mestocheb.cz/e_index.asp

Egra (en français) ou Cheb (en tchèque ; en allemand : Eger) est une ville dans la région de Karlovy Vary, en République tchèque, le chef-lieu du district de Cheb. Sa population s'élevait à 32 171 habitants en 2018[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Egra se trouve à l'extrême ouest de la République tchèque, non loin de la frontière allemande, sur la rive droite de l'Ohře, un affluent de l'Elbe qui prend sa source en Bavière sous le nom de Eger. La ville est située à 42 km au sud-ouest de Karlovy Vary et à 148 km à l'ouest de Prague[2].

La ville occupe à peu près le centre géographique du bassin d'Egra, un bassin sédimentaire habité depuis l'Âge de bronze.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les premiers documents écrits sur la ville apparaissent en 1061, date à laquelle la ville s'appelait Egire, le même nom que le fleuve. Le nom français de la ville, les noms allemands de la ville et du fleuve, ainsi que le nom tchèque du fleuve sont d'une seule origine indo-européenne (Agriā, « torrent »).

Le nom tchèque remonte au XIVe siècle ; il est relié à ohyb (avec h fort audible), qui signifie le tournant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Certains historiens ont situé l'ancienne forteresse de Vogastisburg à Egra.

Le château d'Egra.

Au XIIe siècle, la région formait la partie la plus septentrionale (Nordgau) du duché de Bavière au sein du Saint-Empire romain. À partir de 1120, les comtes bavarois de Vohburg y ont fait ériger une forteresse. Il est probable qu'il existait déjà en ce lieu un lieu fortifié slave.

En 1167, le château d'Egra (avec la « Tour Noire ») a été acquis par la maison impériale de Hohenstaufen. À partir de 1179, il a été aménagé en un palais de l'empereur Frédéric Barberousse. Le lieu a reçu les droits de ville en 1242 et fut élevé au rang de ville d'Empire en 1277. Après l'extinction des Hohenstaufen, les gouverneurs d'Egra donnèrent château et ville en gage aux rois de Bohême. Le , Louis IV, roi des Romains, remit la région à Jean Ier de Bohême ; sous le règne de l'empereur Charles IV, le fils de Jean Ier, l'incorporation était accompli.

Eglise Saint-Nicolas et Elisabeth, fondée au XIIIe siècle, reconstruite en 2008 avec de nouveaux clochers (copies datant de 1869)

Au XVe siècle, les citoyens catholiques d'Egra ont pris part aux croisades contre les hussites ; en 1430, la ville a été attaquée par les partisans qui cependant s'étaient retirés en peu de temps. Plus tard, les habitants ont adopté le luthéranisme, ce qui a entraîné de fortes pressions par l'empereur Rodolphe II. Pendant la guerre de Trente Ans, le , Albrecht von Wallenstein, de famille tchèque (Valdštejn), généralissime des armées impériales, fut assassiné là.

En 1742, la bataille d'Egra, durant la guerre de Succession d'Autriche, marquera les premières difficultés françaises sous le règne de Louis XV.

Jusqu'en 1918, la ville faisait partie de la monarchie autrichienne (empire d'Autriche), puis Autriche-Hongrie (Cisleithanie après le compromis de 1867), chef-lieu du district de Eger, un des 94 Bezirkshauptmannschaften en Bohême[3].

Apres la dissolution de la double-monarchie, la ville faisait partie de la République tchécoslovaque. C'était ici que Konrad Henlein a fondé le Front patriotique des Allemands des Sudètes le . Par les accords de Munich, conclus le , Egra et la « région des Sudètes » sont attribués au Troisième Reich. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la population germanophone a été expulsée.

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[4] :

Évolution démographique
1869 1880 1890 1900 1910 1921
17 82621 57522 87528 08431 76132 735
1930 1950 1961 1970 1980 1991
37 59920 17822 13326 65030 88631 847
2001 2014 2015 2016 2017 2018
32 89332 61732 35132 35532 39432 171

Galerie[modifier | modifier le code]

Culture et vie[modifier | modifier le code]

Toute la ville est classée Monument Historique (architecture gothique et du XVe siècle). Ses nombreuses galeries d'art en font une ville très appréciée du grand public.

Pour l'histoire de la communauté juive et de sa synagogue avant la Seconde Guerre mondiale, voir synagogue d'Egra (1893-1938).

La naissance du prodige du football tchèque Pavel Nedvěd dans la région d'Egra lui a fait prendre une renommée internationale dans le monde du sport.

Économie[modifier | modifier le code]

Egra est connue pour abriter le plus grand marché européen de produits de contrefaçon en provenance d'Asie[5].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (cs) Population des communes de la République tchèque au 1er janvier 2018.
  2. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  3. Wilhelm Klein, Die postalischen Abstempelungen und andere Entwertungsarten auf den österreichischen Postwertzeichen-Ausgaben 1867, 1883 und 1890, Vienne, Briefmarken-Kolbe, 1967.
  4. Český statistický úřad, Historický lexikon obcí České republiky 1869–2005, vol. I, Prague, Český statistický úřad, 2006, pp. 340-341 ; de 1869 à 1910, les recensements organisés par l'Empire d'Autriche-Hongrie sont officiellement datés du 31 décembre de l'année indiquée. — À partir de 2012, population des communes de la République tchèque au 1er janvier, sur le site de l'Office tchèque de statistique (Český statistický úřad).
  5. Asia Dragon Bazar - Grand marché de la contrefaçon d'Egra.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Homonymie Eger pour le nom allemand de la ville.