Alice Belaïdi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belaïdi.
Alice Belaïdi
Description de cette image, également commentée ci-après
Alice Belaïdi en 2014 au festival du film de Cabourg.
Naissance (31 ans)
Nîmes, Gard, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Films notables Radiostars
Les Kaïra
Sous les jupes des filles
L'Ascension
Séries notables Sophie et Sophie
WorkinGirls
Le Bureau des légendes

Alice Belaïdi, née le 18 mars 1987 à Nîmes, est une comédienne française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et révélation critique sur scène[modifier | modifier le code]

Alice Belaïdi est née d'un père maçon[1] d'origine algérienne installé à Avignon, et d'une mère française, directrice de centre culturel. Elle est la cadette d'une famille de trois enfants. Elle commence le théâtre alors qu'elle a environ 12 ans[2]. De 1999 à 2003, elle fréquente les ateliers de pratique théâtrale du théâtre du Chêne Noir à Avignon où elle est l'élève de Raymond Vinciguerra[3]. Dès sa première année, Gérard Gelas, le directeur du théâtre du Chêne Noir, la repère[4]. À partir de 2003, Alice enchaine les rôles dans de multiples pièces de théâtre.

Elle est choisie pour jouer le rôle de Jbara dans l'adaptation théâtrale du premier roman de Saphia Azzeddine, Confidences à Allah. La pièce, mise en scène par Gérard Gelas, est jouée au Festival Off d’Avignon en 2008 puis au théâtre du Petit-Montparnasse au printemps 2009 avant d’être à nouveau jouée au festival Off d'Avignon en 2009. Le spectacle est ensuite présenté en tournée en France, Suisse, Belgique, Luxembourg, jusqu'en septembre 2010. La tournée reprend en 2011 et s'achève définitivement en mai. Alice Belaïdi reçoit le Molière de la révélation théâtrale 2010 pour son interprétation.

Révélation comique sur Canal + et seconds rôles au cinéma (2011-2014)[modifier | modifier le code]

Alice Belaïdi en 2012 à la clôture du Festival Paris Cinéma.

En 2011, elle apparait pour la première fois au cinéma. D'abord dans une comédie décalée à petit budget tournée en banlieue parisienne, nommée De l'huile sur le feu. L'actrice y tient le premier rôle féminin face à la révélation des Beaux Gosses, Vincent Lacoste. Puis en faisant partie de la large distribution féminine entourant Déborah François dans la comédie dramatique Les Tribulations d'une caissière, réalisée par Pierre Rambaldi.

Les deux films sont des flops et c'est à la télévision que l'actrice se fait vraiment connaître. À partir d'avril 2012, sur la chaîne Canal+, elle forme avec Clémence Faure un tandem de standardistes culottées et irrévérencieuses dans la série WorkinGirls, qui raconte le quotidien d'une PME. Les deux actrices reprennent leurs personnages pour une mini-série humoristique qui leur est entièrement dédiée, Sophie et Sophie. Celle-ci est diffusée dans la populaire émission Le Grand Journal durant la saison 2012-13.

WorkinGirls connait quatre saisons et un téléfilm, diffusés jusqu'en 2016. Parallèlement, Alice s'aventure au cinéma. En 2012, elle est ainsi à l'affiche de quatre films.

Tout d'abord, elle tient le premier rôle dramatique d'un film à petit budget, Fleurs du mal, écrit et réalisé par David Dusa. Elle tient surtout des seconds rôles dans des projets plus exposés : elle donne la réplique à Sandrine Kiberlain, tête d'affiche du drame L'Oiseau, écrit et réalisé par Yves Caumon ; puis elle fait une courte mais détonnante apparition dans l'acclamée comédie dramatique Radiostars, de Romain Lévy. Enfin, elle tient un rôle féminin important dans la comédie française à succès de l'année, Les Kaïra, première réalisation de Franck Gastambide.

En 2013, elle tente de s'extirper du registre de la fille de caractère de banlieue. Tout d'abord, en tenant un second rôle dans la comédie romantique Hôtel Normandy, de Charles Nemes. Puis en faisant partie du casting de la comédie chorale L'Art de la fugue, de Brice Cauvin ; puis en jouant dans le remake Fonzy, une comédie mise en images par Isabelle Doval. Tous ces films sont cependant des échecs.

L'actrice au Festival du Film de Cabourg 2014, pour la présentation de Maestro.

En 2014, elle renoue avec le succès, à la fois critique avec la comédie dramatique Maestro, de Léa Fazer, pour laquelle elle retrouve Déborah François, et commercial avec la comédie au casting quatre étoiles Sous les jupes des filles, première réalisation de l'actrice Audrey Dana, où elle côtoie des actrices françaises confirmées, lui permettant de s'imposer comme un nouveau visage à suivre.

Premiers rôles et retour sur Canal + (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

En 2015, elle reste dans la comédie populaire en jouant une star de RnB pour le buddy movie à la française Les Gorilles, de Tristan Aurouet qui ne sera pas un succès.

Elle revient en 2016 avec trois projets. D'abord, elle fait partie du casting féminin réuni par Audrey Estrougo autour de la star Sophie Marceau dans le drame carcéral La Taularde. Puis elle est dirigée par Pascal Chaumeil dans la comédie noire Un petit boulot, où, détentrice du premier rôle féminin, elle donne la réplique à Romain Duris et Michel Blanc. Enfin, elle tient un petit rôle dans la comédie populaire Père fils thérapie !, d'Emile Gaudreault. Le film passe totalement inaperçu.

En 2017, elle enchaîne deux premiers rôles féminins : tout d'abord, elle joue de nouveau la copine de banlieue pour la comédie L'Ascension, de Ludovic Bernard. Le long-métrage, construit autour de sa tête d'affiche, la valeur montante de la comédie Ahmed Sylla, est bien reçu par la critique et connait un joli succès en salles. Ce n'est pas le cas de Si j'étais un homme, seconde réalisation d'Audrey Dana, qui est éreintée par la critique et échoue au box-office.

Début 2018, l'actrice fait partie du jeune casting réuni par l'actrice Anne Le Ny pour sa comédie dramatique La Monnaie de leur pièce. Parallèlement, Alice prépare surtout son retour sur Canal+. Après avoir participé à cinq épisodes de l'acclamée série d'espionnage Le Bureau des légendes en 2016, elle décroche l'un des rôles principaux de la série médicale adaptée du multi-récompensé drame hospitalier Hippocrate, sorti en 2014.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Alice Belaïdi a été en couple avec l'acteur Gianni Giardinelli jusqu'en 2017[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. France Inter, « Laurence Arné et Alice Belaïdi dans La Bande Originale », France Inter,‎ (lire en ligne)
  2. Nathalie Simon, « Alice Belaïdi, tout feu, tout flammes », Le Figaro, encart « Culture », lundi 5 mai 2014, page 42.
  3. Biographie d'Alice Belaïdi sur le site Africultures
  4. Molières : Mouloud Belaïdi raconte sa comédienne de fille, Alice Belaïdi, article de Fabien Bonnieux - La Provence, 26 mars 2010
  5. « Alice Belaïdi (Radiostars) : qui est son compagon Gianni Giardinelli », gala.fr, 9 mai 2017
  6. Brigitte Baronnet, « Alpe d'Huez 2017 - palmarès : L'Ascension, avec Ahmed Sylla et Alice Belaïdi, grand vainqueur », sur allocine.fr, .
  7. « César 2013 : Les préselections pour le Meilleur Espoir ! », sur allocine.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :