Agnès de Bohême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Agnès de Bohême
St Agnes tending the sick.jpg

Sainte Agnès de Bohême

Naissance
Décès
Nationalité
Père
Mère
Frères
Sœurs
Judith de Bohème (d), Marguerite de Bohême, Anne de Bohême +
Fonction

Sainte Agnès de Bohême (en tchèque Svatá Anežka Česká), dans l'ordre franciscain Agnès de Prague, est née en 1205 et décédée en mars 1282 à Prague. Fille du roi de Bohème et religieuse de l'ordre des Pauvres Dames (Clarisses), elle est un témoin des débuts du franciscanisme en dehors de l'Italie. Les lettres qu'elle reçut de la fondatrice de son ordre, sainte Claire d'Assise, présente un grand intérêt pour l'histoire de la spiritualité franciscaine.

Canonisée le 12 novembre 1989 par Jean-Paul II, elle est la sainte patronne de la Bohême.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après sainte Ludmila de Bohême (+ 921), mère de saint Venceslas (+ 935), Agnès est la deuxième sainte de la dynastie des Přemyslides qui règne alors sur la Bohême. Elle est la fille du roi Přemysl Otakar I et de Constance de Hongrie, sœur du roi André II de Hongrie, lui-même père de sainte Élisabeth de Hongrie. Elle est également la sœur du roi de Bohême Venceslas Ier[1].

Née en 1205, elle est confiée, à l'âge de trois ans aux moniales cisterciennes de Třebnice pour son éducation, et commence à faire l'enjeu de tractations matrimoniales. La même année, en effet, sa famille la fiance à Boleslas de Silésie, puis, en 1213, à Henri, fils de l'empereur d'Allemagne, Frédéric II. Une fois les fiançailles rompues, elle est demandée, en 1227, par le roi d'Angleterre Henri III, et en 1228, par Frédéric II, veuf de Yolande de Brienne, lequel répètera sa démarche en 1233. Toutes ces tentatives semblent avoir été repoussées par Agnès. Après avoir écrit au pape Grégoire IX pour bénéficier de sa protection et de son approbation, elle entre chez les clarisses en 1234[2].

Sainte Claire, fondatrice de l'ordre des Pauvres Dames

Les Frères mineurs franciscains sont arrivés dans la capitale de la Bohême en 1232. Agnès leur construit une église, en même temps qu'elle fonde un hôpital dans la Vieille Ville. En 1233, elle établit, sur le Frantisek, un monastère de clarisses, où elle fait profession religieuse à la Pentecôte de 1234. Elle partagera désormais sa vie entre la prière et le soin des malades et des malheureux[3]. Devenue abbesse, elle veillera à l'observance de la Règle[4]. Elle décède en mars 1282, ayant inauguré la lignée de filles de maison noble ou princière qui se feront clarisses, comme Isabelle de France (1225-1270), sœur de Louis IX[5].

On a conservé quatre lettres authentiques que sainte Claire d'Assise lui a envoyées: la première serait antérieure à la Pentecôte de 1234; la deuxième aurait été écrite entre 1235 et 1239; la troisième au début de 1238; la quatrième entre janvier et août 1253, soit peu avant la mort de la fondatrice des clarisses. Par contre, les réponses d'Agnès sont perdues. Cette correspondance demeure d'une importance capitale pour la compréhension de la spiritualité de Claire[6].

Vénération, souvenir et culte[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sainte Agnès de Prague, introd. A. Marini, trad. J. Gréal, R. Lebel, L. Mathieu, A. Ménard, coll. Sources franciscaines, Paris, Editions Franciscaines, 2013.
  • Sainte Claire d'Assise, Les lettres à Agnès de Prague, p. 120-135, dans Sainte Claire d'Assise, Documents : biographie, écrits, procès er bulle de canonisation, textes de chroniqueurs, textes législatifs et tables, rassemblés, présentés et traduits par D. Vorreux, Paris, Éditions Franciscaines, 1983.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sainte Claire d'Assise, "Documents : biographie, écrits, procès er bulle de canonisation, textes de chroniqueurs, textes législatifs et tables", rassemblés, présentés et traduits par D. Vorreux, Paris, Éditions Franciscaines, 1983, p. 120.
  2. Sainte Claire d'Assise, op. cit., p. 120-121.
  3. Sainte Claire d'Assise, op. cit., p. 121.
  4. H. Roggen, "L'esprit de sainte Claire", coll. Présence de saint François, 19, Paris, Éditions Franciscaines, 1969, p. 84.
  5. A Rotzetter, W. Van Dijck, T. Matura, "Un chemin d'évangile, l'esprit franciscain hier et aujourd'hui", Paris, Médiaspaul et Éditions paulines, 1982, p. 248.
  6. Sainte Claire d'Assise, op. cit., p. 121-122.
  7. Guide vert de Prague, édition 2000, (ISBN 978-2-06-056501-9), p. 104