Venceslas Ier de Bohême (duc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne pas confondre avec le roi Venceslas Ier de Bohême, souverain de Bohême au XIIIe siècle
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Venceslav.
Venceslas Ier de Bohême
Image illustrative de l'article Venceslas Ier de Bohême (duc)
Statue équestre de saint Venceslas à Prague
Naissance circa 907
Stochov
Décès ou  
Fête 28 septembre
Saint patron République tchèque, Pologne, fabricants de bière, prisonniers et enfants de chœur

Venceslas Ier, duc de Bohême (Václav en tchèque ; prénom également transcrit en Venceslav ou Wenceslas), né aux alentours de l'année 907 à Stochov près de Libušín et mort le 28 septembre de l'année 929[1] ou de l'année 935[2], est un souverain tchèque qui fut duc de Bohême. Il est le saint patron de la République tchèque, où il est célébré les 28 septembre[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ludmila et Venceslas de Bohême (Pont Charles, Prague)

Fils du prince Vratislav Ier de Bohême et de son épouse païenne Dragomir (ou Drahomira) de Stodor, fille d'un prince de la tribu slave des Vélètes (Stororans) sur l'Elbe. Il aurait été baptisé par un prêtre slave disciple de l'apôtre saint Méthode.

Après une enfance très chrétienne, notamment sous l'influence de sa grand-mère Ludmilla de Pšov, il est envoyé à l'école de l'église Saint-Pierre de Budeč, où l'on enseignait le latin.

Le prince Vratislav meurt au combat en 921. Vaclav trop jeune pour régner, Drahomira assume la régence. Elle méprise le Christianisme de son fils et de sa belle-mère. Le jeune roi doit se réfugier chez sa grand-mère, qui est étranglée le 16 septembre 921 par des Varègues de la garde sur ordre de sa belle-fille Drahomira ; la pieuse Ludmila sera plus tard canonisée. Le chaos règne alors dans le duché de Bohême et le duc Arnulf de Bavière dit "Le mauvais" en profite pour envahir le pays au printemps 922 et restaurer l'ancienne tutelle germanique. Drahomira assume le pouvoir au moins jusqu'en 924.

Règne personnel[modifier | modifier le code]

Statue de saint Venceslas à Olomouc (République tchèque)
L'Europe à l'époque de saint Venceslas

Venceslas accède au trône deux ans plus tard et fait emprisonner sa mère au château de Budeč. le roi de Germanie, Henri Ier l'Oiseleur, menace alors d'envahir la Bohême mais Venceslav lui propose de signer un pacte de non-agression et achète cette paix pour un tribut annuel de 120 bœufs et de 500 talents d'argent, chose tout à fait inhabituelle à l'époque : Venceslav préfère la paix à la guerre. Beaucoup de compagnons du souverain, y compris Boleslav son propre frère, acceptent mal ce procédé qu'ils jugent humiliant.

Venceslas, que ses hagiographes présentent comme un chrétien fervent, se distingue par sa piété, sa bienveillance et son pacifisme et transforme la société dans les domaines religieux et institutionnels.

Il modifie le système judiciaire en réduisant le recours à la peine capitale ou à la torture. Il laisse en vie et maintient dans ses fonctions Radislav, prince de Kouřim, qu'il a vaincu lors d'un duel mais selon la tradition ordonne la destruction des potences de son duché.

Il fait édifier vers 926 une rotonde préromane destinée à recevoir la relique du bras de Guy, saint patron de la Saxe, qu'Henri Ier l'Oiseleur lui avait offert. Cet édifice situé à l'emplacement de la chapelle Saint-Venceslas de l'actuelle cathédrale, qu'il fait consacré par l'évêque de Ratisbonne Tutto, dédié à Guy et non pas à Emmeran de Ratisbonne, patron de l'évêché bavarois, est à l'origine de la cathédrale Saint-Guy de Prague[4].

L'opposition des grands[modifier | modifier le code]

Stara Boleslav (centre ville actuel)

Boleslav, avide de pouvoir et aidé par plusieurs seigneurs, conspire contre son propre frère. Il l'invite à fêter la naissance de son quatrième enfant en l'attirant à la fête des patrons de l'église Saints-Côme-et-Damien de la ville de Stará Boleslav, non loin de Prague. Venceslas vient sans arme. Attaqué par son frère (et d'autres conspirateurs), il refuse de se défendre. Il est assassiné devant la porte de l'église en 929/935. Son frère devient duc de Bohême sous le nom de Boleslav Ier.

Epilogue[modifier | modifier le code]

Trois ans plus tard le 4 mars 932 (ou 938 ?), Boleslav Ier de Bohême repentant fait transporter la dépouille de son frère à l'intérieur de la cathédrale Saint-Guy de Prague[5]. Son tombeau y demeure dans la chapelle Saint-Venceslas. L'Église catholique, l'insére dans le calendrier romain général en 1670 et le fête le 28 septembre comme martyr.[6]. L'Église orthodoxe le célèbre à la même date[7].

Folklore[modifier | modifier le code]

La chant de Noël britannique Good King Wenceslas lui fait référence.

Fichier audio
Good King Wenceslaus
Christmas carol Good King Wenceslas
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Patronage[modifier | modifier le code]

Il est le saint patron de la République tchèque, de la Pologne, des fabricants de bière, des prisonniers et des enfants de chœur.

Neuf siècles plus tard, en 1883, alors que son épouse, l' archiduchesse Stéphanie est enceinte, le slavophile archiduc-héritier Rodolphe d'Autriche souhaitait prénommer son fils Vaclav mais l'enfant fut fille qui fut prénommée Elisabeth-Marie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. selon les Annales BohemiciAD: DCCCCXXIX et Première légende de saint Venceslas en vieux slavon
  2. d'après Pavel Bělina, Petr Čornej et Jiří Pokorný, Histoire des Pays tchèques, Points Histoire U 191, Éditions du Seuil, Paris, 1995, (ISBN 2020208105) p. 23
  3. Saint Venceslas (905 - 935) (Svatý Václav), est le premier comme prince/duc de Bohême. Le second Venceslas Ier de Bohême (1205 - 1253), dit « le borgne » (Václav Ier jednooký) est roi et non prince/duc.
  4. Jörg K.Hoensch, Histoire de la Bohême, éditions Payot, Paris, 1995, (ISBN 2228889229) p. 40.
  5. Annales Bohemici DCCCCXXXIII
  6. Calendarium Romanum (Typis Polyglottis Vaticanis 1969), p. 104
  7. Calendrier Orthodoxe : Septembre

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francis Dvornik, Les Slaves histoire, civilisation de l'Antiquité aux débuts de l'Époque contemporaine, éditions du Seuil, Paris, 1970
  • Jörg K.Hoensch, Histoire de la Bohême, éditions Payot, Paris, 1995, (ISBN 2228889229)
  • Pavel Bělina, Petr Čornej et Jiří Pokorný, Histoire des Pays tchèques, Points Histoire U 191, éditions du Seuil, Paris, 1995, (ISBN 2020208105)