Deux-Ponts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Zweibrücken)
Aller à : navigation, rechercher
Deux-Ponts
Zweibrücken
Image illustrative de l'article Deux-Ponts
Blason de Deux-Ponts
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Rhénanie-Palatinat
Arrondissement
(Landkreis)
"ville libre"
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
10
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Helmut Reichling
Code postal 66482
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
07 3 20 000
Indicatif téléphonique 06332
Immatriculation ZW
Démographie
Population 33 807 hab. (31/12/2011)
Densité 479 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 58″ N 7° 21′ 39″ E / 49.249444, 7.36083349° 14′ 58″ Nord 7° 21′ 39″ Est / 49.249444, 7.360833  
Altitude 300 m
Superficie 7 065 ha = 70,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Deux-Ponts

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Deux-Ponts
Liens
Site web www.zweibruecken.de/

Deux-Ponts (Zweibrücken en allemand) est une ville allemande et un district, située dans le Land de Rhénanie-Palatinat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Deux-Ponts apparut la première fois dans des documents en l'an 1170. Le comté de Deux-Ponts fut créé en 1182 par démembrement du comté de Sarrebruck, vassal de l'évêque de Metz

Article détaillé : Comté de Deux-Ponts.

Entre 1295 et 1333, une succession sépare le comté de Deux-Ponts en deux entités autonomes : l'une d'entre elles deviendra le comté de Deux-Ponts-Bitche et les comtes palatins du Rhin hériteront de la seconde en 1394, formant le Duché de Palatinat-Deux-Ponts.

La ville fut durement touchée par la Guerre de Trente Ans et fut entièrement rasée par les troupes françaises en 1635. La population subit un véritable massacre, tout comme la proche région du Palatinat qui vit s'installer les nouvelles frontières de l'Est du Royaume de France.

Après Charles X Gustave de Suède, le fils de Jean Casimir, comte du Palatinat-Deux-Ponts, succéda à Christine de Suède sur le trône suédois, Deux-Ponts est alors en relation étroite avec la Suède jusqu'en 1718.

En 1731, la lignée des Zimmern-Veldenz, ducs de Deux-Ponts, disparait et le duché passe à la branche de Birkenfeld, puis tombe sous la domination de la Bavière en 1799. Lors du traité de Lunéville en 1801, Deux-Ponts est cédée à la France ; lors de son rattachement à l'Allemagne en 1814 la plus grande partie du territoire est donnée à la Bavière, le reste à l’Oldenburg et au royaume de Prusse. La ville de Deux-Ponts devient une partie de la région palatine du royaume de Bavière.

Le dernier grand événement avant la Première Guerre mondiale est l'inauguration du Rosengarten (roseraie) par la princesse Hildegarde Maria de Bavière en juin 1914.

En conséquence de la Première Guerre mondiale, Deux-Ponts est occupée par les troupes françaises entre 1918 et 1930.

Lors de la Nuit de Cristal en 1938, la synagogue est détruite. Avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la ville est évacuée en 1939-1940, car elle se trouve sur la ligne Siegfried. Peu de temps avant la fin de la guerre, le 14 mars 1945, la ville est presque complètement détruite par les bombardements de l'Aviation royale du Canada, avec plus de 200 morts. Le 20 mars, l'armée américaine atteint Deux-Ponts.

La ville fait partie du nouveau land de Rhénanie-Palatinat après la guerre.

En 1990, la ville subit un changement majeur. Avec le départ des Américains, le domaine militaire devient libre, ce qui correspond à un tiers de la surface de la ville entière. Le taux de chômage a augmenté d'environ 21 %, conduisant à une baisse de la demande dans le commerce de détail d'environ 25 %. Ces événements conduisirent la ville à des décisions rapides et inventives, les modifications qui en résultèrent constituent un modèle pour les autres collectivités. Dans le cœur de la ville, une zone piétonnière comprenant des bâtiments historiques restaurés a été créée.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Deux-Ponts d'après une gravure du XIXe siècle
  • Bubenhausen
  • Ernstweiler
  • Ixheim
  • Niederauerbach
  • Mittelbach-Hengstbach
  • Mörsbach
  • Oberauerbach
  • Rimschweiler
  • Wattweiler

Jumelages[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Le château de Deux-Ponts, château ducal dont la forme actuelle date de 1725, et qui est le plus grand château palatin avec un style baroque nordique. Il a été construit entre 1720 et 1725 par l'architecte Jonas Erikson Sundahl, et est l'ancienne résidence des ducs de Deux-Ponts. Il est aujourd'hui le siège de l’Oberlandesgericht Palatin.
  • L’Herzogvorstadt se compose de plusieurs bâtiments baroques, construits dans la période 1762-1772. L'ensemble est construit sur les plans de Christian Ludwig Hautt. Parmi les bâtiments qui n'ont pas été détruits dans la dernière guerre, il demeure, entre autres choses, le conseil municipal, le tribunal de district, les archives municipales et le musée de la ville.
  • L'église Saint-Alexandre est une église de style gothique tardif protestante dont la construction a commencé en 1493, elle est la plus ancienne église de Deux-Ponts.
  • L'église Saint-Charles, édifiée de 1708 à 1711 au nom du roi Charles XII de Suède, en sa qualité de duc de Deux-Ponts.
  • L'église Sainte-Croix est la troisième église dans le centre-ville elle est beaucoup plus récente que les deux autres.
  • Gasthaus "Zum Hirsch" : l'ancienne auberge est la plus vieille maison du centre-ville.
  • Villa Ipser, construite en 1908 pour un fabricant de chaussures. Située à Rothenberg, elle est considérée comme l'un des bâtiments les plus importants de l'art nouveau en Allemagne.

Tourisme et culture[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Deux-Ponts[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Zweibrücken » (voir la liste des auteurs)
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.