Grande Région

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis GECT Grande Région)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la région d’Europe centrée sur le Luxembourg. Pour les grandes régions de la Suisse, voir Grande région.
Programme Grande Région
Image illustrative de l'article Grande Région
Image illustrative de l'article Grande Région
La Grande Région apparait en bleu.
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land de Sarre,
Land de Rhénanie-Palatinat
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région wallonne ,
Communauté française de Belgique ,
Communauté germanophone de Belgique
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine ,
Département Moselle ,
Département Meurthe-et-Moselle
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Forme actuelle Groupement européen de coopération territoriale
Siège Luxembourg
Date de création 29 mars 2010
Président Lucien Weiler
Budget 144 000 000 € (2007-2013)
Site web www.granderegion.net
Statistiques
Population 11 228 552 hab. (2009)
Superficie 65 400 km²
Densité 172 hab./km2

La Grande Région est un groupement européen de coopération territoriale regroupant diverses divisions territoriales de quatre pays de l'Europe rhénane : l'Allemagne, la Belgique, la France et le Luxembourg. Il s'agit du premier GECT mis en place afin de devenir l'autorité de gestion unique pour un programme européen[1].

Elle est située entre le Rhin, la Moselle, la Sarre et la Meuse. La Grande Région a pour but d'améliorer la coopération politique, économique et les partenariats entre les différents acteurs. Elle était Capitale européenne de la culture 2007.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saar-Lor-Lux.

La Grande Région est fondée à la fin des années 1960 dans le contexte de travail économique communautaires dans cette région. Le traité est consolidé durant l’année 1980 à Bonn par le ministère des Affaires étrangères de la République fédérale d'Allemagne et les ambassades française et luxembourgeoise. Dès 2007, Interreg III est remplacé par le nouvel «Objectif 3: coopération territoriale en Europe» qui se poursuit jusqu'en 2013.

Elle devient un GECT, et acquiert donc la personnalité juridique, en avril 2010.

Composition[modifier | modifier le code]

Les autorités publiques engagées dans le GECT sont : le Grand-Duché de Luxembourg, les Länder de Rhénanie-Palatinat et de Sarre, la Région wallonne, la Communauté française et la Communauté germanophone de Belgique ainsi que la région Lorraine.

Missions[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

En 2008, la Grande Région compte 11 363 613 habitants[2] répartis de façon inégale sur ses cinq composantes[3]. Plus de la moitié de cette population vit en Rhénanie-Palatinat et en Région wallonne (respectivement 4 045 643 et 3 456 775)[2]. Au Luxembourg ne résident que 4,26 % des habitants de la Grande Région[2]. Les travailleurs frontaliers entre les différentes régions sont au nombre de 201 794 en 2010[4].

Les projections de population annoncent une augmentation d'à peine 0,245 % entre 2012 et 2020[5]. Cependant, sur ce même intervalle, la population de plus de soixante ans doit augmenter d'environ 25 %[N 1],[6].

En dehors du Luxembourg, où l'immigration dépasse le nombre d'émigrés, les autres régions voient leur émigration à peine compenser par l'immigration[7],[8].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2007, le nombre d'actifs résidant dans la Grande Région s'élève à 5 266 919[9].

En 2000, 120 000 habitants franchissent les frontières internes de la Grande Région, en direction bien souvent du Grand-Duché de Luxembourg. Mais le nombre de sans-emploi n'a cessé d'augmenter. La montée du chômage est une manifestation des profondes modifications qui ont affecté le fonctionnement du marché du travail : mutation rapide et profonde de l'économie, liée au bouleversements technologiques et à la mondialisation des échanges, délai d'adaptabilité de la main-d'œuvre, inadéquation qualitative et quantitative entre l'offre et la demande. L'inégale répartition des emplois entre territoires (eu égard à l'importance des actifs), s'accompagne aussi d'une concentration géographique des emplois dans quelques pôles d'activité qui eux aussi vont générer d'importants mouvements intrarégionaux entre lieu de domicile et lieu de travail.

Les dispositifs statistiques dans les cinq territoires ne permettent pas d'évaluer l'offre d'emploi à un niveau géographique fin. Toutefois le déséquilibre constaté pour un espace géographique donné entre le nombre d'actifs qui y travaillent et celui des résidents constitue une première approche pour la localisation des pôles d'activités. Indépendamment du phénomène frontalier, les pôles d'emploi des résidents de chacun des territoires de la Grande Région sont à la fois plus nombreux et de taille plus importante en Allemagne. Le Stadtverband de Sarrebruck héberge presque deux fois plus d'actifs résidents. Mais en Rhénanie-Palatinat, Ludwigshafen, Mayence, Kaiserslautern, Coblence et Trèves sont également des pôles d'attraction où se rendent 70 000 à 80 000 actifs.

Organes et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nombre de personnes de plus de soixante ans s'élève à 2 554 835 en 2012 et les projections estiment qu'elles seront 3 211 063 (Projection de la population des 60 ans et plus).

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]