Vera Leigh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vera Leigh (Leeds, 17 mars 1903 - Natzweiler-Struthof, 6 juillet 1944) fut un agent secret britannique du Special Operations Executive, qui aida la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1944, elle fut capturée par les Allemands, déportée et exécutée.

Identités[modifier | modifier le code]

  • État civil : née Vera Eugenie Glass, Leigh par adoption
  • Comme agent du SOE, section F :
    • Nom de guerre (field name) : « Simone »
    • Nom de code opérationnel : ALMONER (en français ASSISTANTE SOCIALE)
    • Autres pseudos : Chavanne, Suzanne

Pour accéder à une photographie de Vera Leigh, se reporter au paragraphe Sources et liens externes en fin d'article.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

1903. Naissance de Vera Glass le 17 mars 1903 à Leeds, Angleterre.

Abandonnée par ses parents peu de temps après sa naissance, elle est adoptée par Eugene Leigh, entraîneur de chevaux de course qui possède des écuries à Maisons-Laffitte près de Paris, France.

Elle veut devenir jockey, mais après avoir quitté l’école, elle devient dessinatrice de mode.

1927. Elle s’associe avec deux amis pour monter une maison de haute couture connue sous le nom de Rose Valoie, place Vendôme à Paris

Résistance française[modifier | modifier le code]

1940. Après la chute de Paris, elle va à Lyon rejoindre son fiancé. Elle s’implique dans un réseau d’évasion de la Résistance intérieure française, qui guide les soldats alliés tombés derrière les lignes ennemies.

1942.

  • Elle utilise la route d’évasion pour traverser les Pyrénées et atteindre l’Espagne, avec l’espoir de parvenir en Angleterre. Mais elle est emprisonnée plusieurs mois au camp d’internement de Miranda de Ebro près de Bilbao. Finalement, aidée par un officiel de l’Ambassade britannique, elle est relâchée et termine son périple jusqu’à Londres, via Gibraltar.

Agent du SOE[modifier | modifier le code]

1943.

Mission en France

Vera Leigh a comme mission d'assurer la fonction de courrier du réseau INVENTOR que Sydney Jones vient reconstituer dans la région parisienne.

  • Mai. Elle est amenée en France par Lysander, dans la nuit du 14 au 15 mai 1943[1].
  • Après avoir reçu de nouvelles instructions dans une maison sûre à Neuilly-sur-Seine, Vera Leigh loue un appartement à Paris et porte des messages de la part de Sydney Jones dans la ville et à l’extérieur, jusque dans les Ardennes.
  • Un jour, à la gare Saint-Lazare, elle rencontre par hasard le mari de sa sœur, qui dirige une maison sûre d’un réseau d’évasion. En encourant beaucoup de risque, elle s’implique dans cette opération, en escortant les aviateurs alliés dans les rues de Paris pour qu’ils rejoignent leurs contacts suivants. Elle noue des relations avec d’autres agents, y compris Julienne Aisner.

Aux mains de l'ennemi[modifier | modifier le code]

1944.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Notes, sources et liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Opération INVENTOR, organisée par Henri Déricourt ; doublé de Lysander ; terrain GRIPPE ; personnes amenées : Julienne Aisner, courrier du réseau FARRIER d'Henri Déricourt, Sydney Jones « Élie », chef du réseau INVENTOR, Marcel Clech « Bastien », opérateur radio du réseau, et Vera Leigh, ainsi que 14 colis (paquets et valises) ; personnes remmenées en Angleterre : Francis Suttill, France Antelme (?), Madame Gouin (?). [Source Verity, p. 266]
  2. La présence de Sonia Olschanezky dans le groupe est à vérifier : Siedentopf (2008) la mentionne, mais Odette Sansom, qui faisait partie du groupe, ne la mentionne pas dans son récit rapporté dans Tickell (1950).

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]