Yolande Beekman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yolande Beekman (1911-1944) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent secret franco-suisse du Special Operations Executive. Envoyée en France comme opérateur radio du réseau MUSICIAN de Gustave Biéler « Guy », elle fut arrêtée par les Allemands, torturée, déportée et finalement exécutée à Dachau.

Identités[modifier | modifier le code]

  • État civil : Yolande Elsa Maria Unternährer, épouse Beekman
  • Comme agent du SOE :
    • Nom de guerre (field name) : « Mariette »[1]
    • Nom de code opérationnel : PALMIST (en français CHIROMANCIEN(NE))
    • identité de couverture : Yvonne Marie Yolande Chauvigny

Pour accéder à des photographies de Yolande Beekman, se reporter au paragraphe Sources et liens externes en fin d'article.

Famille[modifier | modifier le code]

  • Son père : Jakob Unternährer, Suisse
  • Sa mère : Berthe Lydie Unternährer, de nationalité britannique, Mill Hill, Middlesex.
  • Son mari : Jaap Beekman, sergent dans l'armée néerlandaise. (Fiançailles en juillet 1942 ?), mariage en août 1943.
  • Deux sœurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

1911. Le (28 octobre ou 7 novembre ?), naissance à Paris de Yolande Unternährer dans une famille bourgeoise.

Enfant, Beekman va à Londres.

Elle grandit dans la familiarité de trois langues : l'anglais, l'allemand et le français.

Guerre[modifier | modifier le code]

1941. Elle rejoint la Women's Auxiliary Air Force (WAAF), où elle suit l'entraînement d'opérateur radio.

1943.

  • Février. Le 15, en raison de ses talents linguistiques et de son expertise radio, elle est recrutée par le Special Operations Executive (SOE) pour être envoyée en France occupée.
  • Août. Elle épouse le Sergent Jaap Beekman de l’armée néerlandaise.
  • Septembre. Elle dit au revoir à son mari, car elle est envoyée en France derrière les lignes ennemies[2] en tant qu'opérateur radio du Canadien « Guy » Biéler, le chef du réseau MUSICIAN à Saint-Quentin, Aisne.

Dans la nuit du 17 au 18 septembre 1943, un Lysander la dépose près d'Angers[3] Elle devient un agent efficace et estimé qui, en plus des messages radio d'une très haute importance qu'elle transmet à Londres, prend en charge la distribution des matériels parachutés par les avions alliés.

1944

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Parcours militaire[modifier | modifier le code]

  1. WAAF ; 2004266 ACW[5]
  2. Unité : SOE section F ; grade : section officer ; matricule 9902.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Mariette » selon SFRoH et David Harrison.
  2. Selon les enregistrements officiels, sa mère, qui parle de Yolande comme d’une personne gentille et tranquille mais avec un cœur d’acier, affirma que Yolande était enceinte quand elle fut envoyée en mission.
  3. Opération MILLINER organisée par Henri Déricourt ; terrain : INDIGESTION, au N/NE d'Angers. C'est un doublé de Lysanders ; pilotes : wg cdr Hodges, flg off Bathgate ; personnes amenées (4) : Yolande Beekman, Harry Peulevé, Harry Despaigne (radio SOE affecté au réseau DETECTIVE d’Henri Sevenet près de Carcassonne) et Henri d'Érainger (agent gaulliste, de la section RF) ; personnes remmenées (6) : Benjamin Cowburn, John Goldsmith, Rémy Clément, 2 agents polonais, y compris André Renan, Lecointre (?) [Source : Verity, p. 280.]
  4. La présence de Sonia Olschanezky dans le groupe est à vérifier : Siedentopf (2008) la mentionne, mais Odette Sansom, qui faisait partie du groupe, ne la mentionne pas dans son récit rapporté dans Tickell (1950).
  5. Aircraft woman ?

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche Yolande Beekman, avec photographies : voir le site Special Forces Roll of Honour
  • "National Archives" britanniques. Accessible depuis le 12 mai 2003, le dossier personnel de Yolande Beekman porte le référence HS 9/114/2 : Description du contenu du dossier personnel, Conditions d'accès au dossier personnel.
  • Michael Richard Daniell Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux Brilhac, Tallandier, 2008, (ISBN 978-2-84734-329-8) / EAN 13 : 9782847343298. Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004. Ce livre présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France.