Poinçon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poinçon (homonymie).
Poinçon pour ticket de bus. Ce poinçon manuel servait à perforer les titres de transport. Les Transports en Commun Lyonnais, à Lyon, en France, l'ont utilisé jusqu'en 1960.

Le poinçon est un outil qui a pour fonction de laisser une marque sur une autre pièce (pointeau), ou même de la percer (poinçonneuse : tôle, ticket de métro…). Cet instrument est utilisé depuis la préhistoire. On appelle aussi poinçon la marque laissée par cet outil.

Poinçon en imprimerie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Poinçon (imprimerie).
  • En imprimerie traditionnelle à caractères mobiles (celle de Gutenberg), le poinçon est la pièce de métal dur sur laquelle est ciselée la forme du caractère. Ce poinçon est ensuite frappé dans une pièce de cuivre (métal plus mou) qui reçoit donc ce caractère en creux. Cette pièce de cuivre (dite matrice) est ensuite ajustée puis utilisée pour fermer le moule dans lequel on vient couler le plomb qui va produire le caractère mobile en autant d’exemplaires que souhaité. Ces caractères mobiles sont ensuite assemblés en blocs, qui sont encrés et transfèrent l’encre à la feuille dans une presse.

Poinçon en bijouterie et en orfèvrerie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Poinçon (métal précieux).
Poinçon de l'or
  • En bijouterie et en orfèvrerie, le poinçon est un outil permettant de marquer les bijoux et les objets afin de certifier les teneurs des différents métaux, on le nomme alors poinçon de titre, soit de désigner la maison ayant produit la pièce, le poinçon de Maître.

En France, l'Etat appose son poinçon de titre pour les bijoux de plus de 5g pour l'or ou de 30g pour l'argent. Le poinçon de l'or 750 millième ( ou 18 carats) est une tête d'aigle. Pour l'argent 800 et 925 millième, une tête de minerve (casque) avec un 1 ou 2 pour le premier ou second titre. Pour le platine, une tête de loup (950 millième) ou un manchot s'il est pur à 999/1000. Pour les petits ouvrage (par exemple une bague de 10g en argent massif), un poinçon 925 est fréquemment posé mais il ne constitue pas une garantit d'Etat.

Poinçon en horlogerie suisse[modifier | modifier le code]

En horlogerie suisse, il y a également le Poinçon de Genève, le sceau de qualité du canton utilisé pour des montres.

Poinçons officiels de garantie[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Un poinçon, est une marque ou des séries de marques frappées sur des articles faits des métaux précieux - platine, or, argent et dans quelques nations, palladium. Historiquement, des poinçons ont été appliqués par une partie de confiance : les gardiens du métier ou de nos jours par un bureau d'analyse. Ces marques garantissent une certaine pureté ou finesse du métal.

Poinçons à distinguer des marques[modifier | modifier le code]

Ces poinçons officiels ne devraient pas être confondus avec les inscriptions, qui sont souvent justes un nombre tel que 750 ou 925 (quoique prévu pour dénoter la finesse du métal), qui est fait par le fabricant, et malheureusement peuvent toujours ne pas refléter la pureté vraie du métal.

Éléments nécessaires au poinçonnage[modifier | modifier le code]

Malgré le poinçonnage, les systèmes de beaucoup de nations exigent, comme chose nécessaire au poinçonnage officiel, que la marque de fabricant ou de commanditaire elle-même sur l'article une marque de responsabilité et une réclamation de finesse. Des marques de responsabilité sont également exigées aux États-Unis malgré le fait qu'il n'y a aucun arrangement sur le poinçonnage officiel dans ce pays. Néanmoins, dans les nations avec un arrangement poinçonnage officiel, le poinçon est seulement appliqué après que l'article ait été analysé pour déterminer que sa pureté se conforme non seulement aux normes établies par la loi mais également et avec les réclamations du fabricant quant au contenu métallurgique.

Différences selon les états[modifier | modifier le code]

Dans quelques nations, telles que le Royaume-Uni, le poinçon se compose de plusieurs éléments comprenant : une marque dénotant le type de métal, la marque du fabricant et l'année de l'inscription. Dans d'autres nations, telles que la Suisse, le poinçon est une marque simple indépendante du métal ou de la finesse, bien que cette marque soit augmentée par une marque de responsabilité (connue sous le nom de la marque d'un fabricant au Royaume-Uni) et la réclamation du fabricant quant à la finesse. Un certain nombre de nations sont signataires d'une convention internationale connue sous le nom de convention de Vienne, additionnelle, facultative. Même des marques officielles peuvent être heurtées par le bureau d'analyse: la convention a l'effet de soulager les engagements d'importation parmi et entre les États membres.

Marque laissée[modifier | modifier le code]

Une pièce de joaillerie ou bijouterie aura donc deux poinçons : la marque du fabricant, (poinçon de maître) ou de l'importateur (poinçon de responsabilité), et le titrage du métal (par exemple : une tête d'aigle pour les ouvrages neufs en or de 750 millièmes, le carat étant réservé aux pierres). Expressément, le terme "poinçon" désigne aussi bien la tige d'acier servant à imprimer un signe, une marque, un décor ou un dessin dans le métal, que l'empreinte elle-même sur l'ouvrage. Les poinçons officiels sont insculpés par des essayeurs-jurés sur les ouvrages qu'ils ont contrôlés et dont le titre a été trouvé conforme. En d'autres termes, le poinçon officiel est la garantie officielle du titre par l'État. Le poinçon officiel Suisse, par exemple, "tête de Saint-bernard" est fabriqué (une matrice) au Bureau central du contrôle des métaux précieux à Berne. En Suisse, chaque boîte en métal précieux passe au contrôle officiel. Elle y est analysée, frappée du poinçon de titre, des poinçons de contrôle suisse (tête de chien) et européen (balance), et est accompagnée d'un certificat d'analyse du bureau central du contrôle des métaux précieux. L'acte de frapper un poinçon est compris comme poinçonnage.

Liste de pays avec poinçonnage indépendant et/ou statutaire[modifier | modifier le code]

Les pays suivants en caractères gras sont des membres de convention de Vienne et chacun s’identifie aux autres par un poinçon qui lui est unique. (Cliquez le lien externe pour des illustrations de poinçons officiels).

Le poinçon de maître[modifier | modifier le code]

Le poinçon de maître- Par exemple, le fabricant de boîtes de montres est habilité à frapper les métaux précieux de son propre poinçon de maître. Ce poinçon garantit l'origine de l'élément. Il accompagne le poinçon de titre et celui qui frappe la marque devient alors responsable de la teneur métallurgique de l'ouvrage.

Poinçons communs et poinçons européens[modifier | modifier le code]

  • Aussi en bijouterie et en orfèvrerie, les poinçons communs : dans le but d'uniformiser la législation sur le contrôle des métaux précieux et de faciliter le commerce international, le Danemark, l'Autriche, la Finlande, la Norvège, le Portugal, la Suède, le Royaume-Uni, l'Irlande, la République tchèque, les Pays-Bas, la Suisse et les autres, ont signé une convention sur le contrôle et le poinçonnement des ouvrages en métaux précieux. Les ouvrages qui ont été contrôlés et trouvés conformes par l'office compétent d'un pays contractant reçoivent un poinçon, dit poinçon commun, attestant son titre. Ce poinçon est reconnu dans tous les autres États contractants.

Autre utilisation du terme[modifier | modifier le code]

  • Le terme poinçon peut désigner une ancienne mesure de capacité pour les liquides et les pondéreux. Selon les provinces de l'ancienne France, il correspondait à une contenance variant de 220 à 700 litres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]