Tragédie de Hillsborough

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tragédie de Hillsborough
Liverpool Memorial à la mémoire des 96 victimes de la tragédie de Hillsborough
Liverpool Memorial à la mémoire des 96 victimes de la tragédie de Hillsborough
Généralités
Type Mouvement de foule
Localisation Stade de Hillsborough
Sheffield, Angleterre
Coordonnées 53° 23′ 09″ N 1° 28′ 10″ O / 53.385833, -1.469444 ()53° 23′ 09″ Nord 1° 28′ 10″ Ouest / 53.385833, -1.469444 ()  
Date 15 avril 1989
Victimes
Blessés 766
Morts 96 (94 le même jour)

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Tragédie de Hillsborough

La tragédie de Hillsborough est un mouvement de foule qui a eu lieu le 15 avril 1989 dans le stade de Hillsborough situé à Sheffield, dans le nord de l'Angleterre lors du match de football entre Liverpool FC et Nottingham Forest. 96 supporters sont morts au total.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le stade de Hillsborough utilisé par le club de Sheffield Wednesday a été inauguré en 1899, la tribune ouest accueillant les supporters du club visiteur a été construite en vue de la coupe du monde 1966 et n'est pas, au jour du drame, équipée de places assises. Les spectateurs se tiennent debout sur les gradins. Le stade a été choisi pour accueillir une demi-finale de l'édition 1989 de la coupe d'Angleterre, disputée entre Liverpool Football Club et Nottingham Forest. Les rencontres des demies-finales se déroulent sur terrain neutre et la même affiche a déjà eu lieu en avril 1988, également à Hillsborough.

En raison du hooliganisme qui sévit alors dans les stades de football, des grillages sont placés autour de l'aire de jeu pour la protéger des projectiles et empêcher son envahissement par les supporters. Ces grillages furent plus tard désignés comme l'un des facteurs ayant entraîné le drame, au même titre que la tribune dépourvue de places assises et subdivisée par d'autres grillages, afin de fractionner la foule et faciliter son contrôle. Le stade de Hillsborough permettant de séparer les supporters des deux équipes pour éviter les incidents, la tribune ouest située derrière l'un des buts, du côté du chemin de Leppings, a été assignée aux très nombreux fans du Liverpool FC, l'un des clubs les plus populaires du pays.

Déroulement du drame[modifier | modifier le code]

Liverpool FC, Shankley Gates and Hillsborough Memorial.

Le 15 avril 1989 le coup d'envoi de la rencontre est programmé à 15 heures, mais en raison d'embouteillages entre Liverpool et Sheffield de nombreux spectateurs, transportés de Liverpool en cars, sont arrivés plus tard qu'à l'habitude. Entre 14 heures et 14 h 45 un grand nombre d'entre eux s'agglutine dans une zone exiguë à l'extérieur du stade, en face des tourniquets donnant accès à la tribune ouest qui doit les accueillir. Devant l'affluence et la queue de plusieurs milliers de personnes qui s'est formée, la police du comté décide de faire ouvrir une autre entrée, qui elle ne comporte pas de tourniquets, ce qui provoque un mouvement de foule dans cette direction. La tribune ouest est subdivisée par des grillages et les deux zones centrales ont déjà atteint leur capacité maximale, pourtant les supporters de Liverpool FC ne sont pas dirigés vers les autres zones et traversent le tunnel étroit donnant accès aux zones déjà pleines. La poussée de centaines, voire de milliers de supporters, qui ne soupçonnent pas le danger, provoque une bousculade dans la tribune, où les spectateurs déjà entrés sont comprimés contre les grillages.

Le match débute à l'heure dite sans que personne ne soupçonne quoi que ce soit, avant d'être interrompu par l'arbitre à 15 h 06. Quelques spectateurs échappent à l'écrasement grâce à une brèche dans le grillage, d'autres entreprennent désespérément d'escalader les grilles ou bien sont hissés par leurs camarades jusqu'au second étage de la tribune. Le terrain est bientôt rempli par les spectateurs essayant de retrouver leur souffle, souffrant d'asphyxie ou de blessures suite à la bousculade, et par les corps des victimes. La police et les services médicaux, débordés par l'ampleur du désastre, ainsi que les supporters valides, s'efforcent d'aider du mieux possible avec des moyens rudimentaires. Certains pratiquent la réanimation cardio-pulmonaire sur les victimes, ou utilisent les panneaux publicitaires comme brancards pour éloigner les blessés de la tribune. Le gymnase de Sheffield sert temporairement de morgue.

Bilan et conséquences[modifier | modifier le code]

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Le bilan de la bousculade s'élève à 96 morts et 766 blessés, l'un des spectateurs blessés a survécu à la tragédie durant presque 4 ans dans un état végétatif avant de devenir la 96e victime. Un mémorial a plus tard été érigé à Anfield ainsi qu'au stade de Hillsborough afin de rendre hommage aux victimes.

Rapport Taylor[modifier | modifier le code]

Le lord juge Taylor est désigné pour conduire l'enquête sur ce drame, deux rapports sont publiés, un pré-rapport décrivant les événements, et un rapport final émettant soixante-seize recommandations afin d'améliorer la sécurité dans les stades. Les règlements de la fédération anglaise et de la fédération écossaise de football ont été modifiés en conséquence. Les grillages ont donc été progressivement démontés dans les principaux stades britanniques, leurs tribunes ont été rénovées ou reconstruites et comportent uniquement des places assises.

Polémiques[modifier | modifier le code]

Action des forces de l'ordre[modifier | modifier le code]

Certains aspects de la tragédie de Hillsborough ont suscité une intense controverse en Grande-Bretagne, comme la décision prise par les forces de l'ordre d'ouvrir des accès supplémentaires pour faire entrer la foule.

Comportement des supporters[modifier | modifier le code]

Les supporters de Liverpool ont été accusés d'avoir voulu resquiller (passer sans payer), mais aucune preuve tangible n'a jamais été apportée. En outre le lord juge Taylor a réfuté ces allégations dans son rapport final.

Le mercredi suivant la tragédie le tabloïd britannique The Sun, propriété de Rupert Murdoch, titre « THE TRUTH » (la vérité). L'article du Sun affirme que les supporters de Liverpool étaient ivres et ont sauvagement attaqué les forces de l'ordre et même les secouristes lors du drame. Une citation attribuée à un policier anonyme prétend que « les supporters de Liverpool FC ont abusé d'une morte et ont uriné sur nous, ainsi que sur les cadavres des victimes ». Les résultats de l'enquête contredisent les allégations du tabloïd et établissent formellement les causes du drame : « La tragédie de Hillsborough a été provoquée par une affluence massive, la cause principale du désastre est l'incapacité des forces de l'ordre à gérer la foule ».

Boycott du Sun[modifier | modifier le code]

Le traitement de la tragédie par le Sun a déclenché un tollé, le journal a été boycotté par la plupart des diffuseurs de presse de Liverpool, beaucoup d'entre eux allant jusqu'à refuser de stocker le moindre exemplaire du journal. De nombreux lecteurs de la région ont annulé leur abonnement et ont refusé de fréquenter les points de presse distribuant ce titre. Le rédacteur responsable de l'article s'est expliqué en 1993, prétendant qu'il avait été trompé par ses sources, sans que cette explication convainque les familles des victimes. Vingt ans après le drame, les ventes du Sun dans la région de Liverpool se ressentent toujours de ce boycott massif.

D'autres journaux ont repris les mêmes allégations, qui apparemment provenaient d'une source policière, mais le Sun s'est attiré l'opprobre du public en raison de son traitement particulièrement sensationnaliste, du titre « THE TRUTH » affiché sans retenue, et de son refus de présenter des excuses, contrairement aux autres journaux.

Finalement, le 7 juillet 2004 le Sun publie des excuses « pleines et entières » et admet avoir commis « l'erreur la plus terrible de son histoire ». Wayne Rooney, star naissante du football anglais, natif de Liverpool, et qui évoluait alors à Everton Football Club, l'un des clubs de la ville de Liverpool, venait de vendre au Sun en exclusivité le récit de son parcours, choix peu apprécié des Liverpuldiens.

Film[modifier | modifier le code]

En 1996 le groupe audiovisuel britannique ITV diffuse un film de 101 minutes narrant les événements et simplement intitulé Hillsborough, écrit par le scénariste Jimmy McGovern, auteur de Cracker et originaire de Liverpool.

Le film met clairement en cause les dysfonctionnements de la police et des secours pendant la tragédie mais aussi celles de la justice anglaise dans son traitement de l'affaire. Ce film fut honoré par six prix (dont 3 BAFTA TV Awards), et figure sur la liste des « 100 meilleurs programmes de télévision » publiée par le British Film Institute en 2000.

Ce programme a inspiré au groupe rock gallois Manic Street Preachers la chanson S.Y.M.M. (South Yorkshire Mass Murderer), présente sur l'album This Is My Truth Tell Me Yours paru en 1998.

Rapport de la commission indépendante[modifier | modifier le code]

Vingt-trois ans après les faits, la vérité sur ce drame a été rendue publique grâce au travail d’une commission indépendante nommée par le premier ministre Gordon Brown. Cette dernière a établi que les policiers chargés de l'enquête avaient volontairement essayé de faire porter la responsabilité de la catastrophe aux supporters de l’équipe de Liverpool en censurant des témoignages et en donnant de fausses informations à la presse. En 2009, le chef du gouvernement avait annoncé qu’il ferait déclassifier plus de 400 000 documents. Ces derniers ont été examinés par un groupe de onze personnalités indépendantes, parmi lesquelles l’évêque de Liverpool.

Le rapport final, rendu public le 12 septembre 2012, est accablant pour la police. Le premier ministre David Cameron a tenu à présenter ses excuses auprès « des familles de ces 96 personnes pour tout ce qu'elles ont enduré au cours des 23 dernières années ». « Au nom du gouvernement, et du pays tout entier, je veux dire que je suis profondément désolé de cette double injustice, qui est restée en l'état pendant si longtemps », a-t-il déclaré devant le Parlement [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chloé Woitier, « Cameron présente ses excuses pour le drame d'Hillsborough », sur lefigaro.fr,‎ 12 septembre 2012 (consulté le 12 septembre 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]