Tora ! Tora ! Tora !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tora ! Tora ! Tora !

Réalisation Richard Fleischer
Kinji Fukasaku
Toshio Masuda
Scénario Larry Forrester
Ryuzo Kikushima
Hideo Oguni
Akira Kurosawa (non crédité)
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Japon Japon
Sortie 1970
Durée 144 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Tora ! Tora ! Tora ! est un film nippo-américain de Richard Fleischer, Kinji Fukasaku et Toshio Masuda, sorti en 1970 et relatant l'attaque japonaise sur Pearl Harbour en décembre 1941.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Tora signifie « tigre » en japonais. Il s'agit du signal lancé par l'amiral Isoroku Yamamoto lors de l'attaque de Pearl Harbor du 7 décembre 1941, indiquant à son commandement que l'effet de surprise était complet.

Le film donne une description assez réaliste des événements, prenant à la fois les points de vue américain et japonais. Le film documente notamment la longue liste d'erreurs et d'accidents qui rendirent cette attaque si dévastatrice pour les forces américaines.

Commentaires[1][modifier | modifier le code]

La partie japonaise fut initialement confiée à Akira Kurosawa, mais après deux ans d'efforts sans résultats, la Fox lui retira le projet pour le confier à Kinji Fukasaku.

À l'époque du tournage du film, il ne restait aucun avion en état de voler, ni de bateau japonais d'époque.

Les avions japonais ont été simulés par des avions d'entraînement américains North American T-6 et BT-13 Valiant (en) dont les fuselages avaient été allongés de 2 mètres et les capots et pare-brise modifiés.

Le porte-avions Akagi et le cuirassé Nagato ont été reconstruits en contreplaqué d'après les plans de l'époque dans des studios sur la base japonaise d'Ashiya.

À Hawaï, sur un plateau de 94 m de long et 44 m de haut a été construit la moitié du cuirassé Arizona pour 1 M$. Il reposait sur des péniches pour qu'on puisse le manœuvrer et il comportait le fameux mât que l'on voit sur les films d'archive de l'attaque.

Les maquettes des autres bateaux faisaient plus de 12 m de long pour présenter un grand niveau de détail.

Une séquence présente un vol de B-17 désarmés arrivant en plein pendant l'attaque; elle correspond à la réalité historique. Dans le film, l'un d'entre eux atterrit sur une roue, dans le cadre d'un atterrissage réalisé pour le film (et pas une maquette).

Le décollage des avions japonais a été filmé depuis un petit porte-avions américain (USS Yorktown (CV-10)), un des derniers datant de la Deuxième Guerre mondiale et qui se rendait à Honolulu pour y être désarmé. En plus de servir au décollage des avions, il les a également transportés.

Il y a aussi la séquence de Curtiss P-40 Warhawk qui essaient de décoller de Pearl Harbour et sont abattus. Il s'agissait d'avions de taille réelle, mais radio-commandés.

À la fin du film, le porte-avions qui rentre au port de Pearl Harbour après l'attaque est en fait un bâtiment d'assaut de la classe Iwo Jima (USS Tripoli LPH-10).

La Fox a vendu à Universal les droits des images du film qui ont été reprises dans le film Midway ainsi que dans le film "Nimitz, retour vers l'enfer", avec Kirk Douglas. Notamment la séquence de décollage à l'aube depuis les porte-avions japonais où on voit la clarté augmenter au fur à mesure du décollage des avions.

Aucune séquence d'actualités ou de film n'a été utilisée, à l'inverse d'autres films tels que Midway.

Le film comporte quelques erreurs historiques. Le porte-avions japonais Akagi est présenté avec un château à tribord, comme la quasi-totalité des porte-avions. Or sur les porte-avions japonais anciens, le château était à bâbord. Il y a aussi quelques erreurs sur le nombre de canons équipant les tourelles des cuirassés américains.

Dans la réalité il y a eu deux raids distinct, alors que le film ne montre qu'un raid, le vice-amiral Nagumo s'opposant au capitaine Genda sur ce sujet (il voulait plutôt un troisième raid), le film montre aussi le vice-amiral Yamamoto soucieux que la déclaration de guerre soit présentée au secrétaire d'état avant l'attaque. En fait, il y était fermement opposé, craignant de donner l’éveil aux américains. C'est le ministre des affaires étrangères Matsukoa qui avait insisté sur ce fait. À la fin du film on entend Yamamoto prononcer sa célèbre phrase : "je crains que nous ayons réveillé un géant endormi....". C'est plutôt le chef d'état major Kusaka qui a dit ces mots selon plusieurs témoignages des personnes présentes.

Le film montre aussi deux Curtiss P-40 Warhawk se battant en combat tournoyant contre des Mitsubishi A6M Zero. C'est impossible, le P-40 n'aurait eu aucune chance face à l'un des avions les plus agiles au monde

Enfin, lors de l'approche des avions japonais au-dessus d'Oahu, on voit une croix blanche sur les collines. Cette croix fut érigée ultérieurement pour commémorer les victimes de l'attaque.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Par ordres alphabétiques

Acteurs non crédités

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Oscar 1970 (décerné en 1971) des meilleurs effets spéciaux (A.D. Flowers et L.B. Abbott) ainsi que nominations aux Oscars de la meilleure direction artistique, meilleure photographie, meilleur montage et meilleur son.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tiré des bonus du film dans le DVD sorti en France

Voir aussi[modifier | modifier le code]