Le Voyage fantastique (film, 1966)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Voyage fantastique.

Le Voyage fantastique (Fantastic Voyage) est un film américain de science-fiction réalisé par Richard Fleischer, sorti en 1966.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les États-Unis et l'Union soviétique ont chacun développé une technologie qui permet à la matière d'être miniaturisée grâce à un procédé qui rétrécit chaque atome séparément, mais d'un intérêt limité car les objets reviennent à leur taille initiale après 60 minutes au plus.

Jan Benes, un scientifique travaillant derrière le rideau de fer, a découvert comment rendre le rétrécissement permanent. Avec l'aide de la CIA, le scientifique passe à l'ouest, mais un attentat le laisse plongé dans un coma profond avec un caillot de sang dans le cerveau. Le gouvernement des États-Unis est impatient de sauver sa vie afin qu'il puisse partager le secret de la miniaturisation illimitée. Pour résorber le caillot, un groupe de scientifiques comprenant Grant, le capitaine Bill Owens, le Dr. Michaels, le Dr. Peter Duval et son assistante, Cora Peterson, prennent place à bord du « Proteus », un sous-marin miniaturisé puis injecté dans Benes. En raison de la durée du procédé de miniaturisation, l'équipe dispose de seulement une heure pour trouver et détruire le caillot avant une mort certaine : une fois que le sous-marin miniaturisé commencera à reprendre sa taille normale, il deviendra la cible du système immunitaire de Benes et sera détruit. Beaucoup d'obstacles gênent l'équipage pendant leur voyage. Un accident de parcours les force à passer par le cœur - celui-ci est provisoirement arrêté pour éviter des turbulences funestes - mais aussi les poumons pour se réapprovisionner en oxygène. Les membres de l'équipage sont bientôt contraints à « cannibaliser » leur appareil de radio afin de réparer le laser destiné à détruire le caillot de sang : il devient évident qu'il y a un saboteur sur la mission.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film a inspiré deux livres d'Isaac Asimov (voir « Bibliographie ») : Le Voyage fantastique, novélisation du film écrite la même année, et Destination cerveau — une version plus satisfaisante pour l'écrivain — roman publié en 1987[1].
  • Pour simuler la nage dans différents fluides corporels, les acteurs, attachés à des câbles, ont été filmés à une vitesse une fois et demie supérieure à la normale. Ainsi, il se dégage de leurs mouvements une impression de lenteur caractéristique lorsque la pellicule défile normalement.
  • Le Protos, le vaisseau utilisé pour se déplacer dans le corps humain, est l'œuvre de Harper Goff, à qui l'on doit aussi le Nautilus de Vingt mille lieues sous les mers, film également réalisé par Richard Fleischer.
  • On peut noter que dans ce film, il n'est jamais fait référence exacte à l'Union Soviétique. On y parle seulement des "Autres", comme dans la série Lost : Les Disparus

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Oscar des Meilleurs Effets Spéciaux Visuels et celui des Meilleurs Décors
  • nommé aux Oscars pour la Meilleure photo, Meilleurs effets spéciaux sonores et Meilleur montage.
  • nommé au prix Hugo de science-fiction.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mon roman Le voyage fantastique fut publié en 1966. C'était, en réalité, la novélisation d'un film dont le scénario avait été écrit par quelqu'un d'autre. J'avais suivi d'aussi près que possible les péripéties de l'intrique, ne modifiant que les inconséquences scientifiques les plus insupportables. Je n'ai jamais été satisfait de ce roman – bien qu'il ait très bien marché /../ - simplement parce que je n'ai jamais eu l'impression qu'il était vraiment de moi. Lorsqu'on m'a proposé d'écrire un autre roman sur le même thème /../, je n'ai accepté qu'à condition de le rédiger à ma manière. Voici donc un deuxième Voyage fantastique Destination Cerveau. On en tirera peut-être un film, mais le texte ne lui devra rien. Pour le meilleur et pour le pire, c'est mon roman. » Isaac Asimov.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]