Tiki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tiki (homonymie).
Tiki représentant le chef Taka'i'i. Site archéologique du Mea'e Te l'Ipona, près du village de Puamau, ile d'Hiva Oa, îles Marquises.

Un Tiki (ti'i en tahitien) terme qui signifie aussi bien Homme, Dieu ou Homme-Dieu, est une représentation humaine sculptée de façon stylisée que l'on trouve sous forme de statue ou de pendentif, souvent en jade ou en os.

Les tiki pendus[modifier | modifier le code]

Hei tiki signifie littéralement "couronne de tiki". C'est donc un bijou porté, par les hommes comme par les femmes, en pendentif. Il possède une valeur rituelle (du type amulette).

Selon la coutume maori, le pendentif est passé de génération en génération; l'être humain représenté rappelle les ancêtres et peut symboliser la fertilité; il est considéré comme talisman ou fétiche personnel.

Les Tiki sculpture[modifier | modifier le code]

Tiki mâle en pierre, fin xviiie–début xixe siècle. Musée du Louvre.

Un Tiki est une sculpture en bois ou en pierre originaire d'Océanie représentant un homme ou une tête d'homme. Les plus connus sont certainement les Moaïs, statues monumentales de l'île de Pâques.

Les tikis sont souvent de sexe masculin, plutôt costauds, mais il en existe des féminins. Les attributs sexuels sont représentés dans la sculpture. Les bras sont repliés et ramenés vers l'avant, les mains posées sur le ventre. Les jambes sont fléchies et la tête souvent disproportionnée laisse apparaître des yeux immenses. La bouche est parfois très expressive laissant imaginer un cri. On peut faire la comparaison entre les tikis et certaines positions du Haka.

Les tikis symbolisent Tiki, l'ancêtre mi-humain mi-dieu qui fut le premier homme. C'est ce personnage mythique qui engendra les humains.

À Tahiti, on considère qu'un Tiki placé à l'extérieur d'une maison est destiné à en protéger les habitants.


Sources[modifier | modifier le code]

  • Ewen Jones et Myreille Pawliez, Dictionnaire Néo-Zélandais-Français, Paris, Éditions L'Harmattan,‎ 1998, 782 p. (ISBN 978-2738467027)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]