Monoï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monoï traditionnel de Fakarava
Huile de Monoï traditionnel

Le Monoï (« huile parfumée » ou « huile sacrée », Mono’i en tahitien, Manogi en paumotu, Pani en marquisien) est un produit de beauté obtenu par macérations de fleurs de Tiaré tahiti dans de l'huile raffinée de coprah. Le monoï est un produit traditionnel des îles qui constituent aujourd'hui la Polynésie française. Il est utilisé comme huile bronzante et évite la déshydratation de la peau au soleil, mais il ne protège pas contre les ultraviolets (UVA et UVB). Il sert aussi comme huile de massage et à huiler les cheveux.

Appellation d'origine[modifier | modifier le code]

En Polynésie française, on trouve principalement le Monoï traditionnel dit « monoï des Mama » fabriqué artisanalement à partir d'amande de coco fraiche râpée, et le Monoï de Tahiti, une appellation d'origine. À l'exportation et afin de répondre aux exigences règlementaires et à l'industrie cosmétique on retrouve presque exclusivement le Monoï de Tahiti. Ce dernier a été précisément défini le 1er avril 1992 par le décret no 92-340 qui l'a reconnu dans le cadre du « Monoï de Tahiti appellation d'origine » : ce décret précise notamment : « Le Monoï de Tahiti est le produit obtenu par la macération de fleurs de Tiaré dans l’huile de Coprah raffinée, extraite de noix de coco récoltées dans l’aire géographique de Polynésie française au stade de noix mûres, sur des sols d’origine corallienne. Ces noix doivent provenir du cocotier « Cocos nucifera » et les fleurs de Tiaré de l’espèce végétale « Gardenia tahitensis » (Flore de Candolle) d’origine polynésienne récoltées au stade de bouton. »[1].

Tout produit qui contient du Monoï de Tahiti doit obligatoirement mentionner dans la liste des ingrédients « cocos nucifera » et « gardenia tahitensis ». Tout produit qui respecte l'appellation d'origine Monoï de Tahiti peut utiliser — ce n'est pas une obligation pour les marques — le timbre de l'appellation d'origine qui donne une garantie supplémentaire et facilite la lecture du consommateur.

Le Monoï de Tahiti est un produit naturel qui peut être ECOCERT. Par contre, du fait du processus de fabrication de l'huile raffinée de coprah, il n'existe pas de Monoï de Tahiti « bio ».

Comme tout corps gras, le monoï se solidifie à une température inférieure à 24 °C / 78 °F (point de fusion). Il est donc parfois nécessaire de le passer sous l'eau chaude avant utilisation. Le passage fréquent de solide à liquide n'affecte pas les qualités physiques et la fragrance du Monoï.

Procédé de fabrication[modifier | modifier le code]

Fleur de Tiaré tahiti
La fleur de Tiaré tahiti.

Les fleurs de Tiaré de Tahiti, cueillies au stade de bouton, sont utilisées au plus tard le lendemain du jour de leur récolte. Elles sont mises en macération dans l'huile de coprah raffinée pendant un minimum de dix jours à raison d'au minimum dix fleurs par litre d'huile. Ce processus de fabrication, commun à tous les producteurs de monoï de Tahiti, est une méthode similaire à l'enfleurage en parfumerie. Au bout de cette période, le macérat est décanté, filtré, puis additionné d'un antioxydant naturel.

Le Service des affaires économiques en Polynésie française contrôle régulièrement le bon respect des exigences de l'appellation d'origine. Une commission de contrôle existe dans ce cadre, elle est dirigée par le président de la Polynésie française ou son représentant.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Prévient les vergetures.

Hydratation[modifier | modifier le code]

Une application quotidienne sur peau humide permet une très bonne hydratation de la peau, même en dehors des périodes de forte exposition au soleil. Le monoï permet sur une peau préparée au soleil de parfaire un bronzage et de réhydrater la peau après une période d'exposition au soleil, par exemple à la plage ou en bateau (soleil, vent, sel, etc.).

Réparation capillaire[modifier | modifier le code]

Le monoï s'utilise également sur cheveux humides pour « réparer » les cheveux desséchés et abîmés. Les cheveux deviennent doux, brillants et faciles à coiffer. À appliquer et laisser reposer 12 heures avant le shampooing en faisant attention à ne pas les exposer au soleil (ça les brulerait).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait du Journal officiel de la République française du mois d'avril 1992

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]