Thomas Owen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Owen.

Thomas Owen

Nom de naissance Gérald Bertot
Autres noms Stéphane Rey
Activités romancier
Naissance 22 juillet 1910
Drapeau de la Belgique Louvain
Décès 2 mars 2002
Drapeau de la Belgique Bruxelles
Genres roman policier, fantastique
Distinctions Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (1975)

Œuvres principales

  • La Cave aux crapauds (1945)
  • Pitié pour les ombres (1961)
  • Cérémonial nocturne (1966)

Thomas Owen de son vrai nom[1] Gérald Bertot (né le 22 juillet 1910 à Louvain et mort le 2 mars 2002 à Bruxelles) est un écrivain belge francophone contemporain. .

Biographie[modifier | modifier le code]

En novembre 1933, il épouse Juliette Ardies, dont il aura deux enfants. Ses études de droit terminées, il entre en 1937 dans une meunerie, le Moulin des Trois Fontaines, à Vilvorde dont il sera le directeur pendant 43 ans. Attiré par le surréalisme, il devient également critique d'art pour La Libre Belgique et L'Écho sous le pseudonyme de Stéphane Rey.

Mobilisé en 1939, il échappe à la déportation qui suit la capitulation du gouvernement belge.

Sa rencontre avec Stanislas-André Steeman sert de déclencheur à sa carrière d'écrivain. Ce dernier l'encourage à écrire des romans policiers, genre peu disponible à l'époque. Il publie de 1941 à 1943 plusieurs nouvelles et romans policiers d' « un humour assez féroce » qui attirèrent sur lui l'attention de la critique.

Il se tourne ensuite vers la littérature fantastique avec la parution des Chemins étranges. C'est de ce genre particulier, contes et récits d'épouvante, que lui viendra la reconnaissance du grand public. Ses nouvelles fantastiques nous plongent dans un univers en perpétuelle collision avec l'horreur et l'irrationnel.

Ami de Jean Ray, qu'il met en scène avec lui dans une de ses nouvelles (Au cimetière de Bernkastel), il écrira plusieurs articles sur lui, notamment dans la revue Bizarre (octobre 1955).

Point de vue[modifier | modifier le code]

Christophe Van De Ponseele[2] :

« Thomas Owen, en ses récits, procure cette sensation montante d'angoisse, de mystère insoutenable pour souvent dans les dernières lignes produire une chute à vous couper le souffle. Mêlant adroitement les figures de mort aux figures de sensualité, ses histoires se savourent comme autant de plaisirs sans cesse renouvelés. Ne délaissant pas une certaine pointe d'humour (Le petit fantôme, in Cérémonial Nocturne), il nous invite surtout à entrer dans un monde d'effroi au décor horriblement réel. Ses contes commencent toujours ou presque par une mise en situation troublante de réalité, des récits en "je" qui renforce ce sentiment de lecture d'histoire véridique et une description minutieuse du cadre. La situation posée, la rencontre avec vampires, ombres, revenants se glisse imperceptiblement et nous entraîne vers des conclusions généralement incomplètes, laissant au lecteur la suite de l'intrigue ou le devenir des personnages. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sous le pseudonyme de Stéphane Rey 
  • 1941 : Gordon Oliver mène l'enquête (Les Heures bleues N°13)
  • 1941 : Ce soir, 8 heures (A. Beirnaerdt - Le Jury N°16)
Sous le pseudonyme de Thomas Owen 
  • 1942 : Destination Inconnue (A. Beirnaerdt - Le Jury N°28)
  • 1942 : Un crime "swing (A. Beirnaerdt - Le Jury N°36)
  • 1942 : Le Nez de Cléopâtre (A. Beirnaerdt - Le Jury N°42)
  • 1942 : Duplicité, avec Elie Lanotte (Le Sphinx)
  • 1942 : L'Initiation à la peur (Les Auteurs Associés)
  • 1943 : Les Espalard (De Kogge)
  • 1943 : Les Chemins étranges (De Kogge) - (NéO, 1985) - (Lefrancq,1996)
  • 1943 : Hötel meublé (Les Auteurs Associés) - (Walter Beckers, 1973)
  • 1944 : Le Livre Interdit (De Kogge) - (Le Cri Vander, 1982)
  • 1945 : Les Invités de 8 heures (Meddens & Co)
  • 1945 : La Cave aux crapauds (La Boétie) - (Marabout, 1963 et 1974) - (NéO,1986) - (Lefrancq,1997) - (La Renaissance du Livre, 2000)
  • 1948 : Portrait d'une dame de qualité (Les Argonautes)
  • 1950 : Le Jeu secret (La Renaissance du Livre) - (La Renaissance du Livre, 2000) - (Luc Pire/Espace Nord, 2008)
  • 1958 : Le Coffret (L'Atelier du Livre)
  • 1961 : Pitié pour les ombres (La Renaissance du livre) - (Marabout, 1973) - (Lefrancq, 1996)
  • 1966 : Cérémonial nocturne (Marabout) - (NéO, 1986) - (Lefrancq, 1996)
  • 1970 : La Truie (Marabout) - (Labor, 1987)
  • 1975 : Le Rat Kavar (Marabout, 1975)
  • 1976 : Les Maisons suspectes (Éditions Jacques Antoine) - (Marabout, 1978)
  • 1980 : Le Livre noir des merveilles (Casterman)
  • 1982 : Les Grandes personnes (La Rose de Chêne) - (La Renaissance du Livre, 2000)
  • 1983 : Les Chambres secrètes (Éditions Delta)
  • 1984 : Les Fruits de l'orage (Éditions Lorelei)
  • 1984 : Les Sept péchés capitaux (Éditions Jacques Antoine)
  • 1990 : Carla hurla (La Rose de Chêne)
  • 1990 : Le Tétrastome (Lefebvre & Gillet, 1988) - (Bernard Gilson/Pré aux sources, 1990) - (La Renaissance du Livre, 2000)
  • 1994 : La Ténèbre (Lefrancq)
  • 1998 : Contes à l'encre de la nuit (Labor)
  • 2011 : La Porte oblique et autres secrets (Murmure des soirs)

Textes et préfaces[modifier | modifier le code]

  • Mariette Salbeh, Tarot image [1], livre d'artiste, (1987).
  • Jean-Louis M. Monod, L'Appel Recueil de nouvelles - Editions des Egraz - Yverdon (1973)

Adaptations de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il utilisera aussi le nom de plume Stéphane Rey parfois simplement orthographié ST-Rey.
  2. http://www.lefantastique.net/litterature/dossiers/owen/owen.htm