The Capital Group Companies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Capital Group Companies, Inc.

Création 1931
Fondateurs Jonathan Bell Lovelace
Slogan 80 years of experience. 23 offices around the globe. 7,000 associates.
Siège social Drapeau des États-Unis Los Angeles (États-Unis)
Direction David I. Fisher (Pdt)
Activité Secteur financier
Produits Gestion d'actifs, fonds mutuel
Filiales Capital Guardian Trust Company, Capital International, Capital Research & Management Co.
Effectif 7 000 (2012)
Site web http://www.capgroup.com
Chiffre d’affaires ~1 300 milliards de $ d'AUM[1]

The Capital Group Companies (ou Capital Group, CGC) est l'un des trois plus grands organismes de gestion de fonds de pension au monde, avec The Vanguard Group et Fidelity Investments.

Généralités[modifier | modifier le code]

Cette société, fondée en 1931 par Jonathan Bell Lovelace pendant la Grande Dépression économique, est basée à Los Angeles. Elle emploie 7 000 associés (partners) répartis dans 23 bureaux dans le monde dont Londres, Genève, Sydney, Toronto, Tokyo, Hong Kong, Bombay et Singapour.

Au niveau des structures de management et des pôles d'activité de la holding, les activités se répartissent actuellement entre les filiales suivantes : Capital Research and Management Company (CRMC), American Funds, Capital Bank and Trust, Capital Guardian, et Capital Group International Inc. (CGII).

Capital Group Companies s'engage également dans des investissements de portefeuille privés. Par exemple, Capital International, gère indirectement le Morgan Stanley Capital International. En 2008, Capital Research and Management Company (CRMC) scinde en deux nouvelles entités indépendantes son pôle d'investissement privé : Capital Research Global Investors et Capital World Investors.

Capital Group Companies fait valoir que ses deux filiales CGII et CRMC (qui gère 30 millions de comptes pour investisseurs individuels) disposent d'équipes et de stratégies différentes et que les deux fonds n'agissent donc pas de concert.

La stratégie annoncée d'investissement de Capital Group ainsi que son code d'éthique privilégient les prises de participation à long terme. Les gestionnaires de Capital Group ne se veulent ni arbitragistes, ni « raiders » ou lobbyistes, tentant de faire pression sur le management pour promouvoir, par exemple, des cessions d'actifs ou des changements brutaux de stratégie.

Activités dans le monde[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

  • En août 2005, Capital Group International Inc. (CGII) détenait 8,80 % du capital d'Accor. Sa société sœur, Capital Research and Management Company (CRMC), détenait, elle, 5,20 % du groupe hôtelier. Capital Group Companies, contrôlait de fait 14 % d'Accor, détrônant alors le premier actionnaire, la Caisse des dépôts et consignations (CDC), dont la participation s'élevait à 7,6 % au 31 décembre 2004. Au cours de cette année, Capital Group possédait également des parts significatives chez Bouygues (8,11 % via CGII), Schneider (5,14 % via CGII) et Veolia (7,08 % via CRMC).
  • En octobre 2006, Capital Group International annonçait qu'elle franchissait la barre des 5 % dans le capital de Rhodia, par suite d'une acquisition d'actions Rhodia sur le marché boursier.
  • En juin 2009, dans un avis de l'AMF, la société Capital Research and Management Company (CRMC) annonçait avoir franchi le seuil de 10 % du capital de la société Michelin.
  • En octobre 2009, CRMC franchissait le seuil des 10 % du capital du groupe français Pernod Ricard[2]. Au 1er janvier 2010, toujours selon l'AMF, CRMC franchissait le seuil de 10 % du capital de Pernod Ricard, passant à 12,35 %.
  • En janvier 2010, dans un communiqué de l'AMF, CRMC annonçait avoir franchi à la hausse le seuil de 5 % du capital de Schneider Electric à 8,02 %, et le seuil de 10 % du capital de Suez Environnement à 10,85 %.
  • En mars 2010, dans un communiqué de l'AMF, CRMC annonçait avoir franchi à la baisse le seuil de 5 % du capital de Rhodia et à la hausse le seuil des 10 % du capital d'Air France à 10,12 %.
  • Le 7 octobre 2011, CRMC déclarait via l'AMF avoir franchi à la hausse le seuil de 5 % du capital de la Société générale et détenir 5,23 % du capital et 4,66 % des droits de vote du groupe bancaire.
  • le 21 février 2013, CRMC déclarait à l'AMF avoir franchi en hausse les seuils de 5 % du capital et des droits de vote de Renault et détenir 5,01 % du capital et des droits de vote du constructeur automobile au losange.
  • le 18 juillet 2013, CRCM déclare avoir franchi, à la hausse, le seuil de 5% du capital d'Alcatel-Lucent et détenir 5,09% du capital et 4,99% des droits de vote.
  • le 9 décembre 2013, CRCM déclare avoir franchi, à la hausse, le seuil de 10% des droits de vote d'Alcatel-Lucent et détenir 11,87% du capital et 11,64% des droits de vote.
  • le 7 janvier 2014, CRCM déclare avoir franchi, à la baisse, le seuil de 5% du capital et des droits de vote de Renault et détenir 4,93% du capital et des droits de vote.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Autriche[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annonce officielle du Goupe : « Assets managed by the Capital Group companies surpass US$1 trillion » (2004).
  2. « La société a déclaré détenir 25 880 116 actions Pernod Ricard (...) soit 10,01 % du capital et 9,15 % des droits de vote », précisait le communiqué de l'AMF.

Voir aussi[modifier | modifier le code]