Temple de Diane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Temple de Diane Aventine et Temple de Diane d'Aix-les-Bains.
Temple de Diane
Nîmes-Temple de Diane-2.jpg

Salle voûtée, niches et frontons

Présentation
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte du Gard
voir sur la carte du Gard
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Languedoc-Roussillon
voir sur la carte du Languedoc-Roussillon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nîmes
voir sur la carte de Nîmes
Red pog.svg

Le Temple de Diane est un monument romain construit au Ier siècle à Nîmes, dans le Gard.

Historique[modifier | modifier le code]

L'édifice s'inscrit dans le sanctuaire centré sur le nymphée et dédié à Auguste. Toutefois, sa fonction première est discutée. Son plan basilical exclut le fait qu'il s'agisse d'un temple et le terme « de Diane » ne s'appuie sur aucune donnée archéologique ou historique connue à ce jour. Il a pu abriter une bibliothèque. On date l'édifice de l'époque d'Auguste, la façade ayant sans doute été réaménagée au cours du IIe siècle. Au Moyen Âge il abrite un monastère, ce qui explique sa conservation. Au XVIIIe siècle il inspire de nombreux romantiques, Hubert Robert notamment. Aujourd'hui, il est accessible depuis les jardins de la Fontaine. Le temple de Diane fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1].

Structure[modifier | modifier le code]

Creusé en partie dans le flanc du mont Cavalier, l'édifice était à l'origine entouré de salles annexes et supportait un étage ou une terrasse. La façade principale, percée de trois grandes baies cintrées, a conservé deux niveaux.

Aujourd'hui, les vestiges consistent principalement en une salle voûtée d'une longueur de 14,52 m et d'une largeur de 9,55 m, flanquée de deux cages d'escalier qui permettaient d'accéder à des constructions mitoyennes disparues. Cette salle n'avait pour toute ouverture que la porte, dépourvue de système de fermeture, et la fenêtre qui la surmonte. Le mur latéral nord laisse apparaître une série de cinq niches rectangulaires surmontées en alternance de frontons triangulaires et semi-circulaires. Entre chaque niche s'élevait une colonne d'ordre composite adossée. Au fond, trois compartiments plus profonds présentent des plafonds ornés de caissons sculptés. cc

Lors des fouilles de 1745, on découvrit le sol antique, fait de « plaques de marbre de diverses couleurs », (décor en opus sectile) dont il reste le support de mortier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00103124 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Barjavel, « Au festival de Nîmes, Les Mouches se posent sur le temple de Diane », dans Paris-Presse-l'Intransigeant, 9-10 juillet 1950
  • Jules Canonge, Térentia, ou Le temple de Diane et les bains romains de Nîmes sous les empereurs, Giraud, 1843, 36 p.
  • Dominique Darde, Nîmes antique, Paris, Monum, Éditions du patrimoine, coll. « Guides archéologiques de la France »,‎ 1er mars 2005 (réimpr. 2006), broché avec rabats, 128 p. (ISBN 2-85822-797-7, présentation en ligne)
    152 illustrations, 4 restitutions 3D, 5 cartes et plans
  • François Durand, Les monuments antiques de Nîmes, Jo Fabre, 1925, p. 151
  • M. Ménard, Histoire des Antiquités de la ville de Nismes et de ses environs, Nismes, 1838 (7e éd.), p. 72-81
  • Jules Teissier-Rolland, Des bains et thermes chez les anciens, des bains romains de Nîmes et du Temple-de-Diane, Ballivet et Fabre, 1850, 262 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]