Église Sainte-Marie de Corneilla-de-Conflent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Sainte-Marie de Corneilla de Conflent
Façade ouest
Façade ouest
Présentation
Nom local Santa Maria
Culte Catholique romain
Type ancienne Collégiale, aujourd'hui église paroissiale
Rattachement Évêché de Perpignan
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XIIe siècle
Style dominant Roman
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Commune Corneilla-de-Conflent
Coordonnées 42° 34′ 02″ N 2° 22′ 53″ E / 42.56722, 2.3813942° 34′ 02″ Nord 2° 22′ 53″ Est / 42.56722, 2.38139  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Sainte-Marie de Corneilla de Conflent

Monument majeur de l'art roman catalan, l’église Sainte-Marie de Corneilla-de-Conflent est une ancienne collégiale, construite aux XIe et XIIe siècles. Elle est classée monument historique depuis 1840[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Mentionnée pour la première fois en 1018, l'église Sainte-Marie, propriété de l'évêché d'Elne, entre en possession des comtes de Cerdagne en 1025 en échange de leur église d'Escaro. Le comte Guillaume Raymond demande par testament en 1094 à son fils Guillaume Jorda d'établir un collège de chanoines dans l'église, ce qu'il fait en 1097 en la confiant à l'ordre de Saint-Augustin, qui dans la région possède déjà le prieuré de Serrabone[2].

À l'origine établis au nord de l'église, le cloître et les bâtiments conventuels, mal exposés et sujets à des instabilités de terrain, furent transférés au XIVe siècle au sud de la collégiale. L'ancien palais des comtes de Cerdagne fut cédé aux chanoines par le roi d'Aragon, et un nouveau cloître, de style gothique, édifié. Un pont, démoli en 1790, fut de plus construit pour enjamber le chemin royal de Fillols afin de faire communiquer de manière directe l'ancien château avec l'église[3].
La collégiale fut soumise au régime de la commende au XVIe siècle puis sécularisée en 1592 par le pape Clément VIII. Elle est aujourd'hui l'église paroissiale du village de Corneilla[4].

Description[modifier | modifier le code]

La nef[modifier | modifier le code]

L'église comporte une large nef de quatre travées, flanquée de collatéraux qui en sont séparés par des arcades en plein cintre reposant sur des piles rectangulaires. Les murs gouttereaux et la base des piles dateraient du XIe siècle, mais l'ensemble a été profondément remanié au XIIe siècle lorsque les trois vaisseaux furent voûtés, en berceau brisé pour la nef et en demi-berceau pour les collatéraux. Ce système de voûtement prive la nef d'un éclairage direct par des fenêtres hautes, ce qui fait que l'intérieur de l'église est fort sombre[5],[6].

Le transept et le chœur[modifier | modifier le code]

Datant du XIIe siècle, l'ensemble du transept et du chœur est saillant par rapport à la nef. Sa façade orientale, qui constitue le chevet, comprend l'abside principale, percée de trois fenêtres, et flanquée de part et d'autre de deux paires d'absidioles, ne comportant qu'une seule fenêtre d'axe. Extérieurement, seule l'abside principale, dans l'axe de la nef, est saillante, les quatre absidioles étant prises dans l'épaisseur du mur est. Une telle disposition n'existe, dans la région, qu'à Serrabone.

L'abside majeure est ornée d'une frise de dents d'engrenage qui court juste en dessous de la toiture, et qui surplombe une série d'arcatures aveugles. Les trois fenêtres de cette abside sont à double ébrasement et reliées par une frise de dents d'engrenage[7].

La façade occidentale[modifier | modifier le code]

Construite en granit, soigneusement appareillée, la façade occidentale comprend un fort beau portail monumental surmonté d'une fenêtre.

Le portail comprend trois paires de colonnettes qui, couronnées de six chapiteaux ornés de figures zoomorphes (lions, béliers) et végétales (feuilles), portent trois voussures. Le tympan est orné d'une mandorle encadrant une Vierge en majesté présentant l'Enfant. Cette mandorle est soutenue par deux anges. Sur la bordure de ce tympan court l'inscription : HEREDES VITAE : DOMINAM : LAUDARE : VENITE : PER QUAM VITAM DATUR : MUNDUS PER EAM REPARATUR (traduisible par « Héritiers de la Vie, venez louer la Dame // Par qui la Vie est donnée ; par elle le monde est restauré »)[8].

La fenêtre qui surmonte le portail comprend une paire de colonnettes supportant une voussure, surmontée par une frise de dents d'engrenage.

Le clocher[modifier | modifier le code]

Témoin de l'église du XIe siècle, le clocher est une tour quadrangulaire haute de vingt-deux mètres, coiffée d'un toit à deux versants. Il comporte quatre niveaux, les deux premiers étant percés de meurtrières, le troisième de deux meurtrières curieusement outrepassées, et le dernier d'une large baie pour les cloches surmontée de deux oculi[9],[10].

Mobilier[modifier | modifier le code]

L'église possède en outre trois Vierges romanes intéressantes, en bois, de beaux autels du XIIe siècle et des stalles du XVe.

Photographies de l'édifice[modifier | modifier le code]

Le mobilier[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA00104007 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Abbé Albert Cazes, Notre-Dame de Cornellà, Perpignan, Conflent,‎ 1991, p. 3-4
  3. Marcel Durliat, Roussillon roman, Zodiaque,‎ 1986 (ISBN 2-7369-0027-8), p. 221-223
  4. Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Barcelone, Les Presses du Languedoc,‎ 2003 (ISBN 2-85998-244-2), p. 210
  5. Abbé Albert Cazes, Notre-Dame de Cornellà, Perpignan, Conflent,‎ 1991, p. 8
  6. Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Barcelone, Les Presses du Languedoc,‎ 2003 (ISBN 2-85998-244-2), p. 210-211
  7. Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Barcelone, Les Presses du Languedoc,‎ 2003 (ISBN 2-85998-244-2), p. 211-212
  8. Marcel Durliat, Roussillon roman, Zodiaque,‎ 1986 (ISBN 2-7369-0027-8), p. 225
  9. Marcel Durliat, Roussillon roman, Zodiaque,‎ 1986 (ISBN 2-7369-0027-8), p. 223
  10. Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Barcelone, Les Presses du Languedoc,‎ 2003 (ISBN 2-85998-244-2), p. 213

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Albert Cazes, Notre-Dame de Cornellà, Perpignan, Conflent,‎ 1991
  • Marcel Durliat, Roussillon roman, Zodiaque,‎ 1986 (ISBN 2-7369-0027-8), p. 219-226
  • Géraldine Mallet, Églises romanes oubliées du Roussillon, Barcelone, Les Presses du Languedoc,‎ 2003 (ISBN 2-85998-244-2), p. 210-213

Article connexe[modifier | modifier le code]

Corneilla-de-Conflent

Lien externe[modifier | modifier le code]

L'ancienne collégiale sur le site "Architecture Religieuse en Occident"