Sven Hedin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sven Hedin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Sven Hedin

Naissance 19 février 1865
Drapeau : Suède Stockholm, Suède
Décès 26 novembre 1952 (à 87 ans)
Drapeau : Suède Stockholm, Suède
Nationalité Drapeau : Suède Suédois
Profession géographe, topographe, explorateur, photographe, auteur de récits de voyage et illustrateur (de ses propres ouvrages)

Sven Anders von Hedin, né le 19 février 1865 à Stockholm et mort le 26 novembre 1952 à Stockholm, est un géographe, topographe, explorateur, photographe, auteur de récits de voyage et illustrateur (de ses propres ouvrages) suédois. Au nombre de ses réalisations, figurent la production des premières cartes détaillées de vastes parties du Pamir, du désert du Taklamakan, du Tibet, de l'ancienne route de la Soie, et des Himalayas. Il semble avoir été le premier explorateur à se rendre compte que les Himalayas constituent une seule étendue de montagne.

Il effectua de nombreux voyages en Asie centrale et publia des récits de ses explorations. Il est l'introducteur du terme Yardang en géomorphologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Entre 1886 et 1892, il étudia la géologie, la minéralogie, la zoologie, et le latin à l'Université de Stockholm, l'Université d'Uppsala, l'Université Humboldt de Berlin, et l'Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg. Il fut l'étudiant de Ferdinand von Richthofen, géographe et géologue allemand

Sven Hedin au Tibet vers 1907

Expéditions[modifier | modifier le code]

Vers vingt ans, il part visiter Téhéran et Bagdad, parcourt 3 000 kilomètres de déserts et vit en compagnie des indigènes. En 1892, il retourne en Perse, chargé par le roi de Suède, Oscar II, de remettre l'Ordre du Séraphin à Nasseredin Shah, le Shah d'Iran.[réf. nécessaire]

Entre la remise de ses diplômes, en 1892, et 1935, Hedin mena plusieurs expéditions en Asie centrale. De petite stature, d'apparence studieuse et chaussé de lunettes, Hedin s'avéra néanmoins un explorateur résolu, ayant à plusieurs reprises frôlé la mort en affrontant forces et éléments hostiles, tout au long de sa carrière.

Il fut aussi le premier à mettre au jour les ruines de villes bouddhistes anciennes en Asie centrale chinoise. En 1899, il découvrit la ville de garnison chinoise ancienne de Loulan (Lou-lan), dans le Takla-Makan. Beaucoup de manuscrits exhumés par ses soins à Loulan se sont révélés de grande importance historique. Bien que son intérêt principal en archéologie ait été de trouver des villes anciennes, il n'était pas intéressé par des fouilles minutieuses. La plupart des trésors des ruines ont été recueillis plus tard par les expéditions britanniques, et sont aujourd'hui la propriété du British Museum.

Dans ses expéditions ultérieures, il fut le premier à réaliser la carte de grandes parties du pays de montagne tibétain, et à superviser la cartographie et la recherche météorologique au Turkestan oriental et en Mongolie.

Hedin fut l'un des premiers explorateurs scientifiques européens à employer, dans ses expéditions, des savants et des assistants de recherche indigènes, les traitant à égalité avec ses collègues européens selon leur responsabilité et leur expérience. Toujours plein de curiosité, il continua ses expéditions asiatiques jusque durant ses années de retraite, bravant les guerres et les conflits, nombreux sur la route en Chine et en Asie centrale. Cependant, comme Nikolai Przhevalsky avant lui, Hedin n'a jamais atteint son objectif ultime : la ville alors interdite de Lhassa.

Durant l'été 1952, Heinrich Harrer eut l'occasion de revoir, à Stockholm, Sven Hedin, qui l'avait invité pour son 87e anniversaire, peu de temps avant sa mort. Au cours de ses études, Harrer l'avait rencontré à Graz, où Sven Hedin donnait une conférence. L'admiration qu'il lui vouait se transforma en amitié comme en témoigne une correspondance active entre Lhassa et Stockholm. « Vous avez atteint la ville de mes rêves... », lui écrivit l'explorateur, qui avait été contraint de mettre un terme à son expédition de 1907 à Shigatsé[1].

Expéditions d'exploration de Sven Hedin de 1886 à 1935.

Rapports avec l'Allemagne[modifier | modifier le code]

En 1914-1915, Sven Hedin fut correspondant de guerre, écrivant des reportages pro-allemand depuis les fronts de l'Ouest et de l'Est, ce qui lui valut d'être rayé de la liste des membres de la Société géographique royale britannique[2].

Selon l'écrivain britannique Christopher Hale, Sven Hedin se prit à détester l'empire britannique en même temps que grandissait la vénération qu'il éprouvait pour l'Allemagne, surtout après 1933. Il devint le défenseur tenace et impénitent du Troisième Reich. En 1936, il ouvrit les Jeux olympiques à Berlin aux côtés de Hitler bien que son arrière grand-père allemand eût été rabbin[3].

Collaboration avec les nationaux-socialistes[modifier | modifier le code]

Sven Hedin rencontra Adolf Hitler et d'autres dirigeants nationaux-socialistes et fut en correspondance régulière avec eux. La correspondance poliment tournée concernait des questions d'ordre du jour, des félicitations d'anniversaire, des publications à venir ou existantes de Sven Hedin, et des demandes de grâce pour des condamnés à mort, de clémence, de libération et de permission de sortir du pays, pour des personnes incarcérées en prison ou dans les camps de concentration. Par sa correspondance avec Joseph Goebbels et Dr Hans Dräger, Sven Edin pût obtenir l'impression année après année des slogans quotidiens (Herrnhuter Losungen)[4].

Les nazis ont essayé de frayer avec Sven Hedin en lui accordant des récompenses. Ils lui demandèrent de faire un discours sur le Sport comme professeur à l'ouverture des Jeux olympiques d'été de 1936 à Berlin, ce qu'il fit[5]. Ils le firent membre honoraire de l'Union germano-suédoise de Berlin (Deutsch-Schwedischen Vereinigung Berlin e.V.). En 1938, ils lui décernèrent l'Insigne d'honneur de la ville de Berlin (Ehrenplakette der Stadt Berlin). Pour son 75e anniversaire, le 19 février 1940, ils lui attribuèrent l'Ordre de l'Aigle allemand (Großkreuz des Deutschen Adlerordens) ; peu de temps avant, cette distinction avait été décernée à Henry Ford et à Charles Lindbergh. Le jour de l'an 1943, ils relâchèrent un professeur de philologie et recteur d'université d'Oslo, Didrik Arup Seip, du camp de concentration de Sachsenhausen, à la demande de Sven Hedin[6] dans le but d'obtenir qu'Hedin accepte des honneurs supplémentaires lors du 470e anniversaire de l'Université de Munich. Le 15 janvier 1943, il reçut la Médaille d'or de l'Académie bavaroise de sciences (Goldmedaille der Bayerischen Akademie der Wissenschaften). Le 16 janvier 1943, il reçut un doctorat honoris causa de la Faculté des sciences naturelles de l'Université de Munich[7]. Le même jour, les nazis fondèrent en son absence l'Institut Sven Hedin pour la recherche en Asie centrale, situé dans le château de Mittersill, qui était supposé promouvoir à long terme la recherche basée sur l'héritage scientifique de Sven Hedin et de Wilhelm Filchner comme experts de l'Asie. Cependant, il fut plutôt employé de façon impropre par Heinrich Himmler comme institut de l'Association de recherche sur l'héritage généalogique allemand (Forschungsgemeinschaft Deutsches Ahnenerbe e.V.)[8]. Le 21 janvier 1943, on lui demanda de signer le Livre d'or de la ville de Munich.

Critiques concernant le national-socialisme[modifier | modifier le code]

Sven Hedin et sa famille occupèrent les trois derniers étages de cet immeuble à Stockholm (Norr Mälarstrand 66), de 1935 à sa mort en 1952.

Selon Johannes Paul, une bonne partie de ce que faisaient les nazis au début de leur règne, avait l'assentiment de Sven Hedin. Celui-ci n'hésitait pas cependant à se montrer critique à leur égard dans des affaires telles que les persécutions contre les juifs, les conflits avec l'Église et les obstacles mis à la liberté des savants[9].

En 1937, Sven Hedin renonça à publier son livre Deutschland und der Weltfrieden en Allemagne parce que le Ministère de l'information populaire et de la propagande (Reichsministerium für Volksaufklärung und Propaganda) exigeait la suppression de passages critiques à l'égard du nazisme, notamment « l'éviction, de leurs postes, de professeurs juifs éminents ayant rendu de grands services à l'humanité » selon les termes employés par Hedin dans une lettre écrite au secrétaire d'état Walther Funk, datée du 16 avril 1937[10].

Actions pour la libération de déportés[modifier | modifier le code]

Après le refus d'Hedin de retirer ses critiques de son livre Deutschland und der Weltfrieden, les nazis, en 1938, confisquèrent les passeports d'un ami juif de Hedin, Alfred Philippson, et de sa famille pour empêcher leur départ volontaire aux États-Unis et les retenir en Allemagne dans le cadre d'un marchandage avec Hedin. Du coup, celui-ci s'exprima plus favorablement dans son livre Fünfzig Jahre Deutschland, se pliant à la censure du Ministère de l'Information populaire et de la propagande, et publiant le livre en Allemagne.

Le 8 juin 1942, les nazis augmentèrent la pression sur Hedin en envoyant Philippson et sa famille au camp de concentration de Theresienstadt. Ils purent ainsi forcer Hedin à écrire son livre Amerika im Kampf der Kontinente, en collaboration avec le Ministère de l'information populaire et de la propagande, et à le publier en Allemagne en 1942. En retour, les nazis classèrent Alfred Philippson comme « non éminent » et lui accordèrent ainsi qu'à sa famille des faveurs qui leur permirent de survivre. Dans une lettre du 29 mai 1946, Philippson, à présent libéré, exprime à Hedin sa gratitude d'avoir permis à sa famille de « survivre aux trois années d'incarcération et de famine » à Theresienstadt[11]. Dans sa réponse, en date du 19 juillet 1946, Hedin évoque son action, avec ses succès et échecs, en faveur de plus de cent Juifs déportés en Pologne et de quelques Norvégiens et de l'aide qu'il reçut du Dr. Paul Grassmann, attaché de presse auprès de l'ambassade allemande à Stockholm[12].

Sven Hedin soutint par ailleurs la cause de l'auteur norvégien Arnulf Øverland et du professeur de philologie et recteur de l'université d'Oslo Didrik Arup Seip, l'un et l'autre internés au camp de concentration de Sachsenhausen. Didrik Arup Seip fut libéré, mais pas Arnulf Overland (qui néanmoins survécut).

Actions pour obtenir la grâce de condamnés à mort[modifier | modifier le code]

Après la condamnation à mort pour espionnage par le plus haut tribunal militaire allemand (Reichskriegsgericht) à Berlin, de dix Norvégiens[13] le 24 février 1941, Sven Hedin fit appel, via le Général Colonel Nikolaus von Falkenhorst, à Adolf Hitler. Leur peine de mort fut commuée le 17 juin 1941 en dix ans de travaux forcés. Sept autres Norvégiens[14], qui avaient été condamnés aux travaux forcés, virent leur peine réduite.

Quand Nikolaus von Falkenhorst fut condamné à mort par un tribunal militaire anglais le 2 août 1946 à cause de sa responsabilité dans la mort de membres d'un commando britannique, Sven Hedin put obtenir sa grâce en faisant valoir que Nikolaus von Falkenhorst s'était efforcé de gracier de la même manière les dix Norvégiens qui avaient été condamnés à mort. Le 4 décembre 1946, sa peine fut commuée par le tribunal militaire anglais en 20 ans d'incarcération[15].

Durant ses dernières années, il publia un livre de mémoires sur ses actions diplomatiques en temps de guerre, sans une once de remords[16].

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 1902, il fut l'un des derniers Suédois à être anobli (titre non héréditaire). Comme il ne se maria pas et n'eut pas enfant, la branche noble de sa famille est maintenant éteinte. Il devint membre de l'Académie suédoise en 1913.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages traduits en français
  • Trois ans de luttes aux déserts d'Asie (traduit par Charles Rabot) , Hachette, 1899, 279 p.
  • Le Tibet dévoilé, Hachette, 1910
  • Dans les sables du Taklamakan, publié par Nicolas Chaudun,2011 (diffusion Acte Sud).
Ouvrages scientifiques
  • Die geographisch-wissenschaftlichen Ergebnisse meiner Reisen in Zentralasien 1894–97. Volume supplémentaire No 28 de Petermanns Mitteilungen. Gotha 1900.
  • Scientific results of a journey in Central-Asia. 10 Text- und 2 Atlasbände. Stockholm 1904–1907.
  • Southern Tibet. 11 Text- und 3 Atlasbände. Stockholm 1917-1922.
  • Série Reports from the scientific expedition to the north-western provinces of China under the leadership of Dr. Sven Hedin. The Sino-Swedish expedition. mit bisher über 50 Bänden, enthält Primär- und Sekundärliteratur. Stockholm 1937ff.
  • Central Asia atlas. Maps, Statens etnografiska museum. Stockholm 1966. (publié dans la série Reports from the scientific expedition to the north-western provinces of China under the leadership of Dr. Sven Hedin. The sino-swedish expedition; Ausgabe 47. 1. Geography; 1)
  • Eine Routenaufnahme durch Ostpersien. 2 Textbände + 1 Kartenmappe. 1918-1927
Ouvrage biographique
  • Verwehte Spuren. Orientfahrten des Reise-Bengt und anderer Reisenden im 17. Jahrhundert, Leipzig 1923.
Ouvrages de vulgarisation
  • Durch Asiens Wüsten. Drei Jahre auf neuen Wegen in Pamir, Lop-nor, Tibet und China, 2 Bände, Leipzig 1899; neue Ausgabe Wiesbaden 1981.
  • Im Herzen von Asien. Zehntausend Kilometer auf unbekannten Pfaden, 2 Bände, Leipzig 1903.
  • Abenteuer in Tibet, Leipzig 1904; neue Ausgabe Wiesbaden 1980.
  • Transhimalaja. Entdeckungen und Abenteuer in Tibet, 3 Bände, Leipzig 1909-1912; neue Ausgabe Wiesbaden 1985.
  • Zu Land nach Indien durch Persien. Seistan und Belutschistan, 2 Bände, Leipzig 1910.
  • Von Pol zu Pol, 3 Bände, Leipzig 1911-1912; neue Ausgabe Wiesbaden 1980.
  • Bagdad - Babylon - Ninive, Leipzig 1918.
  • Jerusalem, Leipzig 1918.
  • General Prschewalskij in Innerasien, Leipzig 1922.
  • Meine erste Reise, Leipzig 1922.
  • An der Schwelle Innerasiens, Leipzig 1923.
  • Mount Everest, Leipzig 1923.
  • Persien und Mesopotamien, zwei asiatische Probleme, Leipzig 1923.
  • Von Peking nach Moskau, Leipzig 1924.
  • Gran Canon. Mein Besuch im amerikanischen Wunderland, Leipzig 1926.
  • Auf großer Fahrt. Meine Expedition mit Schweden, Deutschen und Chinesen durch die Wüste Gobi 1927- 1928, Leipzig 1929.
  • Rätsel der Gobi. Die Fortsetzung der Großen Fahrt durch Innerasien in den Jahren 1928-1930, Leipzig 1931.
  • Jehol, die Kaiserstadt, Leipzig 1932.
  • Die Flucht des Großen Pferdes, Leipzig 1935. (Auszug bearbeitet durch Ehrhard Rühle, Verlag Brockhaus, Wiesbaden 1959)
  • Die Seidenstraße, Leipzig 1936.
  • Der wandernde See, Leipzig 1937.
Ouvrages politiques
  • Ein Warnungsruf, Leipzig 1912.
  • Ein Volk in Waffen, Leipzig 1915.
  • Nach Osten!, Leipzig 1916.
  • Deutschland und der Weltfriede, Leipzig 1937 (l'édition originelle en allemand fut imprimée mais non publiée, il n'y eut que cinq exemplaires de reliés, dont un en possession des éditions F. A. Brockhaus Verlages, Wiesbaden).
  • Fünfzig Jahre Deutschland, Leipzig 1938, 1. Auflage, F. A. Brockhaus
  • Amerika im Kampf der Kontinente, Leipzig 1942
Ouvrages autobiographiques
  • Mein Leben als Entdecker, Leipzig 1926.
  • Eroberungszüge in Tibet, Leipzig 1940.
  • Ohne Auftrag in Berlin, Buenos Aires 1949; Tübingen-Stuttgart 1950.
  • Große Männer, denen ich begegnete, 2 Bände, Wiesbaden 1951.
  • Meine Hunde in Asien, Wiesbaden 1953.
  • Mein Leben als Zeichner, publié par Gösta Montell à l'occasion du centenaire de Hedin à Wiesbaden en 1965.
Fiction
  • Tsangpo Lamas Wallfahrt, 2 Bände, Leipzig 1921-1923.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heinrich Harrer, Retour au Tibet, Editeur Arthaud, 1985 (ISBN 2700305086).
  2. (en) A Sven Hedin Chronology compiled by Daniel C. Waugh, University of Washington (Seattle) : 1914-1915 : « War correspondent writing pro-German reportage from the Western and Eastern Fronts. As a result, removed from the rolls of the British Royal Geographical Society. »
  3. (en) Christopher Hale, Himmler's Crusade. The Nazi Expedition to Find the Origins of the Aryan Race, John Wiley & Sons, Hoboken (NJ), 2003, 422 p. : « Hedin came to loathe the British Empire and revere Germany, and his passion grew ever more fervent after 1933. He became a persistent and unrepentant apologist for the Third Reich - he opend the Olympic Games alongside Hitler in 1936 - even though his german great grandfather had been a rabbi. »
  4. Source : dossier Sven Hedin aux Archives de Stockholm (correspondance avec Hans Draeger, Wilhelm Frick, Joseph Goebbels, Paul Grassmann et Heinrich Himmler).
  5. A Sven Hedin Chronology, op. cit. : « 1936 Gave speech at opening of 1936 Olympics in Berlin, in a period during which he frequently traveled to Germany and interacted with Nazi leaders. »
  6. Cf la lettre de Hans Draeger à Sven Hedin, datée du 17 janvier 1942, dans le dossier Sven Hedins Arkiv, Korrespondens, Tyskland, 457, conservé au Riksarkivet à Stockholm, et le livre de Michael H. Kater, Das "Ahnenerbe" der SS 1935-1945, Oldenbourg Verlag, 2001 (ISBN 348656529X).
  7. (de) Elisabeth Kraus, Die Universität München im dritten Reich: Aufsätze, Herbert Utz Verlag GmbH, München 2006. p. 494–502.
  8. Cf dossier R 135 du Bundesarchivs, localisé à Dienststelle Berlin-Lichterfelde.
  9. Abenteuerliche Lebensreise, p. 367 : « Much of what happened in the early days of Nazi rule had his approval. However, he did not hesitate to criticize whenever he considered this to be necessary, particularly in cases of Jewish persecution, conflict with the churches and bars to freedom of science. »
  10. Lettres inédites provenant du Riksarkivet à Stockholm, dossier de Heinrich Himmler : Sven Hedins Arkiv, Korrespondens, Tyskland, 470 : « When we first discussed my plan to write a book, I stated that I only wanted to write objectively, scientifically, possibly critically, according to my conscience, and you considered that to be completely acceptable and natural. Now I emphasized in a very friendly and mild form that the removal of distinguished Jewish professors who have performed great services for mankind is detrimental to Germany and that this has given rise to many agitators against Germany abroad. So I took this position only in the interest of Germany. My worry that the education of German youth, which I otherwise praise and admire everywhere, is deficient in questions of religion and the hereafter comes from my love and sympathy for the German nation, and as a Christian I consider it my duty to state this openly, and, to be sure, in the firm conviction that Luther’s nation, which is religious through and through, will understand me. So far I have never gone against my conscience and will not do it now either. Therefore, no deletions will be made. »
  11. « My dear Hedin! Now that letters can be sent abroad I have the opportunity to write to you…. We frequently think with deep gratitude of our rescuer, who alone is responsible for our being able to survive the horrible period of three years of incarceration and hunger in Theresienstadt concentration camp, at my age a veritable wonder. You will have learned that we few survivors were finally liberated just a few days before our intended gassing. »
  12. Lettres inédites provenant du Riksarkivet à Stockholm, dossier Sven Hedins Arkiv, Korrespondens, Tyskland, 487 : « In these difficult years we attempted to rescue over one hundred other unfortunate people who had been deported to Poland, but in most cases without success. We were however able to help a few Norwegians. My home in Stockholm was turned into something like an information and assistance office, and I was excellently supported by Dr. Paul Grassmann, press attaché in the German embassy in Stockholm. He too undertook everything possible to further this humanitarian work. But almost no case was as fortunate as yours, dear friend! And how wonderful, that you are back in Bonn. »
  13. Sigurd Jakobsen, Gunnar Hellesen, Helge Børseth, Siegmund Brommeland, Peter Andree Hjelmervik, Siegmund Rasmussen, Gunnar Carlsen, Knud Gjerstad, Christian Oftedahl et Frithiof Lund.
  14. Carl W. Mueller, Knud Naerum, Peder Fagerland, Ottar Ryan, Tor Gerrard Rydland, Hans Bernhard Risanger et Arne Sørvag
  15. (en) Cf Sven Hedin's German Diary 1935–1942, Dublin, 1951, p. 204–217, et Eric Wennerholm, Sven Hedin 1865–1952, p. 229–230.
  16. A Sven Hedin Chronology, op. cit. : « During his last years, he had published an unapologetic memoir of his wartime diplomacy. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]